Sur BFM Business, le 25 mars 2013, Stéphane Soumier a lancé en grande pompe la quatrième édition de l'émission trois minutes pour convaincre en mettant en avant le parrain de cette édition, René Ricol.
http://www.3minutespourconvaincre.com/

René Ricol, l'omniprésente personnalité publique, en charge en 2009 du contrôle du plan de relance et aujourd'hui du contrôle des investissements du grand emprunt.

Contrairement aux éditions précédentes, BFM Business s'essaie à communiquer sur le taux d'échec des candidats à l'émission.

I. 6, 10 ou 3 ? Ou plus ?

Vous allez constater que l'exercice est périlleux.

Une présentation illustrant l'interview le 25 mars 2013 de Nicolas Meunier, du comité d'expert, indique 10 % de taux de défection sur les 60 projets retenus.

taux echec 10 %

10 % de 60 cela fait 6 !

C'est pourtant le chiffre de 10 dossiers que Stéphane Soumier donne un peu plus tard à l'antenne, ce que confirme son blog.
http://eco-vibes.over-blog.com/article-20-millions-en-claquant-des-doigts-116480820.html
"60 dossiers déjà, seuls 10 n’ont pas tenu le choc"

Le 3 décembre 2012, sur la même antenne, Isabelle Vendeville, à l'origine avec Thibault Lanxade de 3 mn pour convaincre, déclare "sur les 50 entreprises il y en a que 3 qui ont disparu".

Donc en 3 mois le taux d'échec aurait particulièrement grimpé ?

Pour avoir été le seul à proposer une revue des dossiers déjà présentés au cours des précédentes éditions, InvestigationFin avait déjà travaillé le sujet, voir les articles :

- 16 mars 2012 3 minutes pour convaincre de BFM et InvestigationFin. Article 1.
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2012/03/16/23777271.html
- 3 avril 2012 3 minutes pour convaincre de BFM. Article 2. Synthèse du suivi
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2012/04/03/23924307.html
- 02 mai 2012 Edition 2012 de l'émission 3mn pour convaincre sur BFM Business. Article 1. Akustike dans le détail. http://investigationfin.canalblog.com/archives/2012/05/02/24164013.html
- 03 mai 2012 Edition 2012 de l'émission 3mn pour convaincre sur BFM Business. Article 2. La suite
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2012/05/03/24172383.html

II. Recensement InvestigationFin

61 dossiers et non 60.

5 entreprises pour lesquelles societe.com indique un redressement, une liquidation ou une dissolution

- French Kitch (édition mai 2010, console de cuisine) liquidation judiciaire depuis le 19 juin 2012
- Greenday (édition mai 2010, restauration rapide bio) liquidation judiciaire depuis le 15 février 2012
- Passiv'Construction Sycopan (édition mai 2010, construction de logements collectifs par panneaux préfabriqués) dissolution le 27 février 2012
- Smart Store (édition mai 2010, faire découvrir et tester des échantillons de produits innovants) redressement judiciaire depuis le 25 octobre 2012
- iMage'inn (édition décembre 2010, dématérialisation des données pour radiologues) liquidation judiciaire simplifiée le 16 mai 2012

Ainsi, comment Isabelle Vendeville peut-elle annoncer le 3 décembre 2012 seulement trois dossiers défaillants ?

8 entreprises pour lesquelles il y a une forte présomption de défaillance du dossier, car elles semblent très dormantes :

- Karcinolys (édition mai 2010, biotech lutte contre les cancers du foie pancréas inopérables) : pas de site internet, peu d'information récente sur google (déjà relevé en mars avril 2012 !) ; à fin 2011 des capitaux propres de 96 KE, pas de chiffre d'affaires, une perte de 42 KE.

ajouté le 28 janvier 2015 : nouveaux développements rendus publics en janvier 2015 (cf commentaire) ; néanmoins l'entreprise, près de 5 ans après son passage sur BFM Business, vient juste de réaliser les essais précliniques qu'elle annonçait en 2010 sur BFM ; le développement reprend mais à pris un certain retard, la sortie de l'investissement en 3 à 5 ans annoncée en mai 2010 n'a donc pas pu avoir lieu

Précision sur l'expression défaillance du dossier. La revue InvestigationFin consiste à se poser les questions suivantes : L'entreprise est-elle d'une part toujours active et/ou en vie, d'autre part les perspectives de développement qui étaient annoncés se sont-elles concrétisées ? Le rendement prévu de l'investissement est-il donc au rendez-vous ?


- Moto Park Elec (édition mai 2010, bornes de rechargement pour scooters électriques) : le site internet est en vie mais très peu d'informations sur google, chiffre d'affaires 2011 nul, perte en 2011 de 46 KE.
- PoD Technologies (édition mai 2010, envoyer applications et logiciels sur serveurs externes par google apps) : le site internet est en vie mais même l'information sur le nouveau PDG depuis février 2012 n'est pas à jour (indiqué comme Directeur Technique !), peu d'informations sur google
- Makoto (édition décembre 2010, site de stockage recharge pour véhicule électrique) : pas de site internet, pas de résultat google, perte en 2011 de 97 KE
- Georges Pralus Innovation (édition décembre 2010, exploitation sous licence des inventions brevetées de Georges Pralus) : pas de société SAS Georges Pralus Innovation créée, pas de site, pas de lien google.
- Cycode (édition 2011, réseau social pour entreprise) : site accessible par login et mot de passe, aucune information societe.com depuis la création le 10 février 2011, aucune augmentation de capital par conséquent.
- Obad Mobile Marketing (édition 2011, dématérialisation marketing relationnel et mobile) : site en vie mais actualité sur le site non récente ; création de la société en septembre 2007 mais aucune augmentation de capital depuis
- Akustike Eco Perfinno (édition 2012, fabrication d'isolants naturels) : dernière actualité sur le site Akustike le 25 mai 2012 ; pas de liens récents Eco Perfinno sur google ni de société créée ?

A signaler le cas de Cognisight Technologies (édition décembre 2010, développement et exploitation d'une famille de processeurs) : la société existe bien mais est basée aux Etats-Unis (General Vision) alors que le business plan prévoyait la création d'une société SAS en France ! L'édition 2010 de 3 mn pour convaincre avait été intimement liée au dispositif ISF PME !

Ainsi, le nombre d'échecs annoncé par BFM Business semble en deçà de la réalité.

III. Autre sujet, le nombre de dossiers ayant effectivement donné lieu à des augmentations de capital suite à l'émission 3 mn pour convaincre.

BFM Business prétend que 20 millions d'euros ont été levés sur 40 des 60 dossiers présentés.

Problème, si on identifie les sociétés pour lesquelles il n'y a pas eu d'augmentation de capital dans la période qui suit (dans les six mois voire plus) le passage à l'antenne :

Passiv'Construction Sycopan, Smart Store, Starzup (passage en mai 2010 à l'antenne et augmentation de capital en septembre 2011), Netcosports (dernière augmentation de capital en novembre 2009), Booster Academy (dernière augmentation de capital en mars 2010), iMage'inn, Woodeos, Kode (passage en décembre 2012 et augmentation de capital en juillet 2012), Georges Pralus Innovation (société non créée), Cavissima, Cycode, i Déménager, Net-Investissement, Obad Mobile Marketing, Papermind, Simul Retraite, Terra in Design, Akustike, Fret Bay, Noomeo, Madame Pops and Kids, MOPeasy.

On en compte 22 ! Ce qui en laisse moins de 40 pour lesquelles il y aurait eu un investissement par BFM Business !

Et encore j'aurais pu allonger la liste :

Exemple n°1 : Immojeune, dernière augmentation de capital le 13 mars 2012 pour un passage à l'antenne en mai 2012.

Exemple n°2 : Foxy Lady Project également, puisqu'il y a bien eu une augmentation de capital en octobre 2010, mais dans le podcast de 29 août 2011, le représentant de la société indique que ce n'est pas par l'émission que des investisseurs ont été trouvés.

Exemple n°3 : Amateur de Design, passage à l'antenne en décembre 2010, société reprise par WebMediaGroup en 2011 (avril ?).

IV Enfin, dernier sujet, c'est la rentabilité (bon ok au début c'est plus dur) des dossiers. Sur les 61 dossiers, 17 ont publié leurs comptes 2011. 13 présentaient des pertes, seules 4 entreprises affichaient un bénéfice, assez maigre d'ailleurs.

- Starzup présentait bien un bénéfice de 55 KE mais avec une perte d'exploitation de 79 KE pour un chiffre d'affaires de 51 KER !
- Netcosports bénéfice de 78 KE pour un chiffre d'affaires de 1 million d'euros
- Booster Academy au 30 juin 2012 bénéfice de 0,6 KE pour un chiffre d'affaires de 2,3 millions d'euros. Sauf que cette entreprise avait été créée en 2004, on est loin de l'amorçage !
- Librepost bénéfice de 30 KE pour un chiffre d'affaires de 201 KE.