Investigation Financière Economique et Boursière

23 janvier 2020

L'Enquête Casino. ANNEXE Questions posées.

Articles de L'Enquête Casino

Volet 1. Éclairage sur les magasins Zouari, principal franchisé du Groupe Casino

Volet 2. Questions sur des publications du groupe CASINO

Volet 3. Distribution alimentaire à Paris. L'Autorité de la concurrence a-t-elle fait le nécessaire pour remédier aux zones problématiques identifiées en 2013 ?

 

ANNEXE Questions posées

1) Casino : questions posées par courriel le 14 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020, pas de réponse obtenue

2) M Zouari : questions posées par courrier envoyé le 15 janvier 2020 ; un courriel de relance a été adressé le mercredi 22 janvier 2020 à M Zouari. Un communicant externe qui s'est présenté comme accompagnant M Zouari dans la gestion des relations avec la presse m'a alors contacté. Une conversation téléphonique a eu lieu, à l'issue de laquelle il n'est pas assuré qu'une réponse aux questions posées sera ttransmise ou pas.

3) Autorité de la concurrence : questions posées par courriel le 15 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020 ; pas de réponse obtenue ; me demande en quelle qualité toutes ces demandes sont soumises avant de se rapprocher du service concerné

4) Autorité des Marchés Financiers : questions posées par courriel le 16 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020 ; réponse obtenue L'AMF ne fait pas de commentaire sur des sociétés en particulier

 

1) Casino : questions posées par courriel le 14 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020, pas de réponse obtenue

Madame, Monsieur,

je vous transmets des questions au sujet de la communication financière du Groupe Casino :

- L'information relative à la cession de 49 % de magasins déficitaires supermarchés Casino à un master franchisé en 2016 et en 2017 peut-elle laisser penser à un nombre total de 33 magasins alors qu'il semble que cela ne concerne que 21 magasins seulement ? Lire A)

- les options d'achat pour CASINO sur 51 % de parts de magasins déficitaires transférés en 2015 et 2016 au master franchisé ZOUARI sont-elles considérées par l'Autorité de la Concurrence comme présentant une contrainte pour CASINO ? Lire B)

- y a-t-il un pourcentage de détention contradictoire pour la société HOLDING MAG ILE DE FRANCE dans le document de référence des comptes 2018 de Casino Lire C)

- questions sur le prospectus daté du 11 décembre 2019 d'émission obligataire QUATRIM Lire D)

- "Groupe Casino Franchisés" se présente sur sa page linkedin comme gérant 500 magasins du groupe Casino."Groupe Casino Franchisés" ne semble ni être un nom de société immatriculée au RCS ni une marque déposée à l'INPI. Le logo "Groupe Casino Franchisés" reprend l'identité visuelle de marques du groupe Casino déposées à l'INPI. L'utilisation par "Groupe Casino Franchisés" de l'identité visuelle de marques du groupe Casino déposées à l'INPI est-elle reconnue par le Groupe Casino ? Une autorisation a-t-elle été donnée ?

Ces questions sont posées dans le cadre d'un travail journalistisque qui pourra déboucher sur une et/ou plusieurs publications.

Vous remerciant par avance pour votre retour, je vous prie de croire en l'expression, Madame, Monsieur, de mes cordiales salutations.

A) Induction en erreur dans le document de référence du Groupe Casino des comptes 2017 sur le nombre de magasins déficitaires Casino supermarchés cédés à 49 % à un master franchisé

Dans le document de référence des comptes 2016 de Casino figure l'information d'une cession au deuxième semestre 2016 de 49 % de 12 magasins Casino supermarchés déficitaires à un master franchisé pour une perte nette de 34 millions d'euros et une option d'achat exerçable en 2019.

Dans le document de référence des comptes 2017 il est question d'une cession de 49 % de 21 magasins Casino supermarchés à un master franchisé en deux groupes, pour une perte nette de 30 millions d'euros, avec des options exerçables entre novembre 2018 et octobre 2020.

Dans la partie Opérations de périmètre réalisées en 2016, l'opération avec 12 magasins Casino supermarchés est rappelée.

Pourtant, il semble bien qu'il n'y ait eu au total que 21 supermarchés Casino déficitaires cédés à 49 % à un master franchisé et non 33 comme peut le laisser comprendre le document de référence des comptes 2017 de Casino.

Cette présomption est renforcée par l'existence d'une seule décision de l'autorité de la concurrence, celle du 3 février 2017 (17-DCC-14) relative à la prise de contrôle conjoint d'un groupe de 21 supermarchés Casino avec la famille ZOUARI.

Dans le plus récent prospectus du 11 décembre 2019 relatif à l'opération de financement obligataire QUATRIM de 800 millions d'euros lancée en novembre 2019, les deux opérations sur 12 et 21 supermarchés Casinos sont présentes, pouvant encore laisser comprendre qu'un total 33 magasins Casino supermarchés déficitaires ont été cédés.

De plus, la perte nette communiquée pour 21 magasins déficitaires de 30 millions d'euros est incohérente avec la perte nette de 34 millions d'euros pour 12 magasins déficitaires, si les 12 magasins déficitaires font partie du groupe de 21 magasins déficitaires.

L'information relative à la cession de 49 % de magasins déficitaires supermarchés Casino à un master franchisé en 2016 et en 2017 peut-elle laisser penser à un nombre total de 33 magasins alors qu'il semble que cela ne concerne que 21 magasins seulement ?

B) Traitement différend par l'Autorité de la Concurrence des opérations 2015 2016 avec les master franchisés M ZOUARI et M HADJEZ

Dans les documents de référence des comptes 2016 2017 et 2018, recoupés avec les décisions de l'autorité de la concurrence, les opérations de prise de contrôle conjoint à 51 % par la famille ZOUARI aux côtés de Casino sont accompagnées d'options d'achat pour Casino.

Le traitement différencié par l'autorité de la concurrence des deux master franchisés M ZOUAI et M HADJEZ pose toutefois question.

Dans le cas du master franchisé M HADJEZ (décision n°16-DCC-04 du 14 janvier 2016 pour 39 magasins), la prise de contrôle est exclusive concernant la société HOLDIMAG détenue à 49 % par FLPH et à 51 % par une société de M HADJEZ.

Dans le cas du master franchisé M ZOUARI (décision du 15-DCC-168 du 1 décembre 2015 pour 72 magasins et décision n°16-DCC-73 du 20 mai 2016 pour 119 magasins), la prise de contrôle est conjointe concernant la société HOLDINGMAG 2 détenue à 49 % par FLPH et à 51 % par une société de la famille ZOUARI.

Contrairement au cas de M Hadjez, l'autorité de la concurrence ne fournit aucun détail pour expliquer une qualification en contrôle conjoint ou bien n'indique pas l'existence d'options.

Dans l'opération avec M HADJEZ, l'autorité de la concurrence estime que la faculté de rachat des titres (promesse de vente consentie par la société de M HADJEZ à FLPH) détenus par la société de M HADJEZ dans HOLDIMAG, "constitue une option pour CASINO dont l'exercice n'est pas contraint et conditionné à la survenance de faits générateurs hors du contrôle de Casino ou exerçable au plus tôt, à partir du [...]. Dans ces conditions, les droits conférés au groupe Casino ne sont pas de nature à lui conférer une influence déterminante sur HOLDIMAG". L'autorité de la concurrence ajoute en bas de page concernant ses lignes directrices : "ou encore de l’existence d’options d’achat ; en elles-mêmes, de telles options ne peuvent conférer un contrôle sur la période antérieure à leur exercice, à moins que cette option ne s'exerce dans un proche avenir conformément à des accords juridiquement contraignants, mais elles peuvent venir conforter d’autres indices d’une influence déterminante »"

Un raisonnement inverse est-il tenu dans le cas de l'opération avec la famille ZOUARI pour entraîner une qualification en contrôle conjoint plutôt qu'en contrôle exclusif ?

Le contenu de la décision des associés du 18 janvier 2016 pour HOLDIMAG et du 30 juin 2016 pour HOLDING MAG ILE DE FRANCE est comparable sur de nombreux points, dont notamment : existence d'une promesse de vente, décisions importantes à la majorité des 2 tiers pour la mise en location gérance de tout magasin, ou pour toute fermeture ou transfert de magasin (à partir du 5 ème au cours de l'année civile pour HOLDIMAG à partir du 10 ème pour HOLDING MAG ILE DE FRANCE).

De ce qui précède, l'autorité de la concurrence ne tend-elle pas à considérer que les options d'achat pour CASINO présentent une contrainte pour CASINO ?

Pourquoi le contrôle est-il considéré comme conjoint dans le cas du multi franchisé ZOUARI et exclusif dans le cas du multi franchisé HADJEZ ?

C) Contradiction dans le document de référence des comptes 2018 de Casino sur la détention à 100 % ou à 49 % de HOLDING MAG ILE DE FRANCE.

Dans la décision du 20 mai 2016 de la Décision de l'Autorité de la Concurrence, il est mentionné la SNC Holdingmag2 par laquelle un groupe de 119 magasins est transféré à la famille Zouari alors qu'elle en détient déjà 71. Dans ses comptes 2017, ce sont 131 magasins détenus, il s'agit donc d'une société importante.

HoldingMag2 va changer de dénomination et s'appeler Holding Mag Ile de France.

Les documents de référence du groupe Casino pour les comptes 2015 à 2018 montrent une participation de 49 % dans Holding Mag 2. Il semble que Holding Mag 2 corresponde à HOLDING MAG ILE DE FRANCE.

D'après les comptes 2017 de CAPDIS, cette dernière détient bien 51 % de HOLDING MAG ILE DE FRANCE, tandis que d'après les comptes 2017 de FLPH, cette dernière détient 49 % de HOLDING MAG 2.

Mais d'après les comptes 2018 de Franprix Leader Price Holding, HOLDIMAG IDF (HOLDING MAG ILE DE FRANCE ?) est détenu à 100 % par FLPH (apparition en 2018 dans la liste des filiales, disparition de HOLDING MAG 2), corroborant d'une part les statuts mis à jour de HOLDING MAG ILE DE FRANCE (associé unique, AGE du 26 décembre 2018 augmentation en numéraire de 57 213 000 euros) et le document de référence des comptes 2018 du groupe CASINO selon lequel le sous-groupe FLPH Franprix-Leader Price Holding a pris le contrôle exclusif de HOLDING MAG ILE DE FRANCE en 2018.

Néanmoins le document de référence des comptes 2018 du groupe CASINO est contradictoire car :

- d'une part dans la Note 17 des principales sociétés consolidées HOLDING MAG 2 est détenu à 49 % ;

- d'autre part dans la partie 2.5.1 Prises de participation et de contrôle en 2018, Groupe Distribution Casino France sous-groupe Franprix-Leader Price Holding, la société HOLDING MAG ILE DE FRANCE est maintenant détenue à 100 %.

D) Prospectus de l'opération de refinancement obligataire du 30 octobre 2019 via QUATRIM SAS

Les Echos évoque le 6 novembre 2019 une version préliminaire du prospectus relatif à l'opération de refinancement annoncée le 22 octobre, de près de 800 pages, daté du 30 octobre 2019, qui circule dans les marchés.

Casino affirmerait dans ce document être visé par une enquête de l'Autorité des Marchés Financiers pour les exercices 2014 à 2016 sur l'exactitude, le caractère suffisamment détaillé et le timing de certaines opérations financières publiées par le groupe, en particulier le traitement comptable de sa participation dans Mercialys et certaines transactions immobilières.

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/ces-facteurs-de-risques-que-casino-navait-jamais-mentionnes-1145725

Le prospectus lié à cette opération de financement obligataire, opéré par sa filiale Quatrim SAS, n'est pas mis en ligne. Dernière consultation le 14 janvier 2020.

Il s'agit de la ligne Obligations high yield sécurisées EUR 800 M coupon 5,875 % XS2010039118 XS2010038490

https://www.groupe-casino.fr/obligations/

Pourquoi le lien https://www.groupe-casino.fr/obligations/ ne met-il pas en ligne le prospectus de l'émission obligataire QUATRIM ?

Pourquoi la date du prospectus (11 décembre 2019) est-elle postérieure à la date d'émission (20 novembre 2019) des titres ?

 

2) M Zouari

Monsieur ZOUARI

j'effectue actuellement un travail de recherche journalistique sur le groupe Casino et sur principal master franchisé, vous-même, dont j'ai appris l'existence en septembre 2019.

Quelques citations des articles de presse qui parlent de vous : méconnu du grand public, couple secret, qui se cache.

J'ai donc entrepris une démarche journalistique originale relativement aux médias traditionnels consistant à identifier la gestion présente et passée des magasins sous enseigne Monoprix, Franprix et Leader Price.

Ce travail me permet non seulement d'être en mesure d'apporter une information inédite au grand public sur le parcours des magasins du groupe Casino sous votre gestion, mais a été un point de départ pour traiter d’autres problématiques comme la concurrence à Paris ou bien la qualité de la communication financière du groupe Casino.

A) Sur l'historique des magasins du groupe Casino gérés par le groupe Zouari, pouvez-vous confirmer qu'actuellement le total des magasins sous enseigne du groupe Casino est de l'ordre de la centaine de magasins ?

B)

Deux questions concernent des incohérences de pourcentage de détention de sociétés de votre Groupe :

1) sociétés CMA DIS et ALFA DIS.

La société Monop', d'après ses comptes 2018, détient 20 % des sociétés CMA DIS et ALFA DIS.

Or, d'après les comptes 2018 de la société SMD, SMD détient 100 % de CMA DIS et ALFA DIS.

Quelle est la correcte version ?

2) société HOLDING MAG ILE DE FRANCE

D'après les statuts mis à jour le 31 décembre 2018 HOLDING MAG ILE DE FRANCE est une filiale à 100 % du groupe CASINO. Le document de référence des comptes 2018 du Groupe CASINO donne deux informations contradictoires

- d'une part dans la Note 17 des principales sociétés consolidées HOLDING MAG 2 (qui est en fait HOLDING MAG ILE DE FRANCE) est détenu à 49 % ;

- d'autre part dans la partie 2.5.1 Prises de participation et de contrôle en 2018, Groupe Distribution Casino France sous-groupe Franprix-Leader Price Holding, la société HOLDING MAG ILE DE FRANCE est maintenant détenue à 100 %.

Confirmez-vous que le groupe CASINO a pris le contrôle exclusif de HOLDING MAG ILE DE FRANCE en 2018 ?

C)

L'autorité de la concurrence a publié un communiqué de presse le 13 décembre 2019 sur la prise de contrôle exclusif par Casino de 198 points de vente détenus conjointement avec la famille ZOUARI via les sociétés CAPDIS et HOLDING MAG SPRING.

Puisqu'une partie importante de ces magasins dans CAPDIS est détenue via sa filiale à 51 % à fin 2017 HOLDING MAG ILE DE FRANCE et que cette dernière a été rachetée en totalité par le groupe CASINO à fin 2018, l'autorité de la concurrence aurait-elle du être notifiée plus tôt ?

Pourquoi l'autorité de la concurrence parle d'un contrôle conjoint de la société CAPDIS alors que cette société a un seul associé HGZ ? Est-ce en raison de la promesse de vente consentie entre HGZ et FLPH dans le pacte d'associés en date du 17 décembre 2015 ? Cette promesse de vente peut-elle être interprétée comme contraignante pour FLPH ?

D)

Il semble enfin que les activités de votre Groupe soient mises en avant sur linkedin sous l'appellation Groupe Casino Franchisés. Pouvez-vous confirmer qu'il ne s'agit ni d'un nom de société immatriculé au RCS ni d'une marque déposée à l'Inpi ?

Ces questions sont posées dans le cadre d'un travail journalistique qui pourra déboucher sur une et/ou plusieurs publications.

Vous remerciant par avance pour votre retour.

Bien cordialement.

3) Autorité de la concurrence

Madame, Monsieur,

je vous remercie, les questions posées sont développées ci-après :

I Décision du 14 janvier 2016 n°16-DCC-04 relative à la prise de contrôle exclusive de 39 magasins par M HADJEZ Décisions n° 15-DCC-168 du 1 décembre 2015 et n°16-DCC-73 du 20 mai 2016 relatives à la prise de contrôle conjoint par la famille ZOUARI de 72 magasins et de 119 magasins

Dans le cas du master franchisé M HADJEZ (décision n°16-DCC-04 du 14 janvier 2016), la prise de contrôle est exclusive concernant la société HOLDIMAG détenue à 49 % par FLPH et à 51 % par une société de M HADJEZ.

Dans le cas du master franchisé M ZOUARI (décision n° 15-DCC-168 du 1 décembre 2015 et décision n°16-DCC-73 du 20 mai 2016), la prise de contrôle est conjointe concernant la société HOLDINGMAG 2 détenue à 49 % par FLPH et à 51 % par une société de la famille ZOUARI.

Contrairement au cas de M Hadjez, l'autorité de la concurrence ne fournit aucun détail pour expliquer une qualification en contrôle conjoint ou bien n'indique pas l'existence d'options.

Dans l'opération avec M HADJEZ, l'autorité de la concurrence estime que la faculté de rachat des titres (promesse de vente consentie par la société de M HADJEZ à FLPH) détenus par la société de M HADJEZ dans HOLDIMAG, "constitue une option pour CASINO dont l'exercice n'est pas contraint et conditionné à la survenance de faits générateurs hors du contrôle de Casino ou exerçable au plus tôt, à partir du [...]. Dans ces conditions, les droits conférés au groupe Casino ne sont pas de nature à lui conférer une influence déterminante sur HOLDIMAG". L'autorité de la concurrence ajoute en bas de page concernant ses lignes directrices : "ou encore de l’existence d’options d’achat ; en elles-mêmes, de telles options ne peuvent conférer un contrôle sur la période antérieure à leur exercice, à moins que cette option ne s'exerce dans un proche avenir conformément à des accords juridiquement contraignants, mais elles peuvent venir conforter d’autres indices d’une influence déterminante »"

Un raisonnement inverse est-il tenu dans le cas de l'opération avec la famille ZOUARI pour entraîner une qualification en contrôle conjoint plutôt qu'en contrôle exclusif ?

Le contenu de la décision des associés du 18 janvier 2016 pour HOLDIMAG et du 30 juin 2016 pour HOLDING MAG ILE DE FRANCE est comparable sur de nombreux points, dont notamment : existence d'une promesse de vente, décisions importantes à la majorité des 2 tiers pour la mise en location gérance de tout magasin, ou pour toute fermeture ou transfert de magasin (à partir du 5 ème au cours de l'année civile pour HOLDIMAG à partir du 10 ème pour HOLDING MAG ILE DE FRANCE).

De ce qui précède, l'autorité de la concurrence ne tend-elle pas à considérer que les options d'achat pour CASINO présentent une contrainte pour CASINO ?

II Décision du 3 février 2017 17-DCC-14 relative à la prise de contrôle conjoint d'un groupe de 21 supermarchés Casino avec la famille ZOUARI.

Dans le document de référence des comptes 2016 de Casino figure l'information d'une cession au deuxième semestre 2016 de 49 % de 12 magasins Casino supermarchés déficitaires à un master franchisé pour une perte nette de 34 millions d'euros et une option d'achat exerçable en 2019.

Dans le document de référence des comptes 2017 il est question d'une cession de 49 % de 21 magasins Casino supermarchés à un master franchisé en deux groupes, pour une perte nette de 30 millions d'euros, avec des options exerçables entre novembre 2018 et octobre 2020.

Pourtant, il semble bien qu'il n'y ait eu au total que 21 supermarchés Casino déficitaires cédés à 49 % à un master franchisé et non 33 comme peut le laisser comprendre le document de référence des comptes 2017 de Casino.

Confirmez-vous qu'il n'existe pas de décision d'autorité de la concurrence relativement à la cession en 2016 de 12 supermarchés Casino déficitaires à un master franchisé ? Et qu'il convient de comprendre que les 12 magasins évoqués dans le document de référence des comptes 2016 de Casino font partie des 21 magasins évoqués dans le document de référence des comptes 2017 de Casino ?

III Communiqué de presse du 13 décembre 2019 sur la prise de contrôle exclusif par Casino de 198 points de vente détenus conjointement avec la famille ZOUARI via les sociétés CAPDIS et HOLDING MAG SPRING

D'après les comptes 2017 de CAPDIS, de nombreux magasin sont détenus via sa filiale à 51 % HOLDING MAG ILE DE FRANCE (anciennement dénommée HOLDINGMAG 2 citée dans la décision n°16-DCC-73 du 20 mai 2016) , 131 magasins dont 87 Leader Price et 44 Franprix.

A fin 2018, il semble que HOLDING MAG ILE DE FRANCE soit détenue à 100 % par FLPH filiales de CASINO, d'après ses statuts mis à jour.

La prise de contrôle exclusif par CASINO d'une partie au moins des 198 points de vente du communiqué de presse du 13 décembre 2019 n'est-elle pas antérieure ?

IV Décision n° 13-DCC-90 du 11 juillet 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monoprix par la société Casino Guichard-Perrachon.

1) exclusion des magasins Marché d'à Côté

La décision ne permet pas de savoir si oui ou non ces magasins exploités sous une enseigne du groupe Casino ont été exclus, ni pourquoi. Le point 241 est déclaré confidentiel.

Mes recherches me permettent de penser que de tels magasins ont bien été exclus du calcul de parts de marché en surface de ventes.

Confirmez-vous une telle exclusion ? En quoi l'exclusion ou non des magasins Marché d'à côté est-elle confidentielle et pas les magasins Hypercacher par exemple ?

2) exclusion de certains magasins Franprix / Leader Express

Le point 243 de la décision montre que le nombre de points de vente à Paris à l'enseigne Franprix / Leader Express exploités par des commerçants indépendants est confidentiel.

Il est étonnant que ce point puisse être confidentiel alors que dans un précédent rapport de l'Autorité de la Concurrence (Avis n° 12-A-01 du 11 janvier 2012 relatif à la situation concurrentielle dans le secteur de la distribution alimentaire à Paris), ce niveau d'information ne semble pas du tout être confidentiel. Ainsi, les 316 magasins à l'enseigne Franprix sont exploités soit par intégration directe au groupe Casino (41), soit par 8 master franchisés (213) dont le groupe Casino détient plus de 50 % du capital, soit par des contrats de franchise (62) avec des sociétés d'exploitation non détenues majoritairement par Casino.

Il semble par conséquent que l'exclusion des Franprix exploités par des commerçants indépendants puisse concerner ces 62 magasins du rapport de janvier 2012.

Dans la décision de juillet 2013, quasiment tous les éléments développés sont marqués du secret, excepté la conclusion : ces magasins peuvent être considérés comme ayant une politique commerciale autonome du groupe Casino et être décomptés au nombre de ses concurrents.

Dans l'avis de janvier 2012, un an et demi avant, il n'est pas du tout question d'une politique commerciale autonome. A l'inverse, de nombreux éléments sont développés laissant penser à l'inverse :

- lien contractuel au groupe Casino par un contrat d'exclusivité d'approvisionnement, de licence de marque, de prêt d'enseigne et d'assistance technique, soit avec la société Baud soit avec Distribution Franprix

- durée de 5 ans en général, parfois trois, renouvelables par tacite reconduction

- agrément du successeur éventuel prévu au contrat

- pacte de préférence à prix et conditions équivalentes de vente des locaux ou de cession du droit au bail, de cession des actions ou parts sociales

- obligations de non-concurrence, de non-réaffiliation et de secret d'une année

- approvisionnement par la centrale de référencement de groupe Casino EMC Distribution

- achats effectués pour tous les magasins par deux centrales d'achat spécifiques à l'enseigne Franprix : Distribution Franprix (produits secs) et Sédifrais (fruits et légumes et produits frais) ; prix de vente identiques pour tous les magasins Franprix

L'avis de janvier 2012 n'exclut pas du tout ces magasins du calcul des parts de marché en surface de vente.

Qu'est-ce qui a changé entre janvier 2012 et juillet 2013 pour que l'Autorité de la Concurrence puisse exclure de tels magasins. En quoi de tels magasins auraient-ils davantage de politique commerciale autonome que les magasins des master franchisés par exemple ? Quels éléments concrets peuvent prouver l'autonomie de la politique commerciale, alors que de multiples contraintes contractuelles pèsent sur ces exploitants dits indépendants ?

3) Revue des 47 zones problématiques identifiées dans la décision de juillet 2013

3)a) Zone 2 Monop' 131 rue Saint Denis 75001 80 90 % 6 magasins Casino 1 concurrent

Deux magasins ont changé d'enseigne : Franprix 16 rue du Grenier Saint Lazare 75016 (A2 Pas puis La Vie Claire) et Monop RER Châtelet Les Halles 75001 (Marks & Spencer Food).

Dans cette zone, deux autres concurrents ont ouvert, Carrefour 77 rue Rambuteau 75001 et G20 15 rue du Grenier Saint Lazare 75003. Mais 3 Franprix (73 bd de Sébastopol 75002, 6 rue de Turbigo 75001, 12 rue de la Cossonnerie 75001) ont ouvert en 2017, et un Monoprix en 2017, au Forum des Halles.

Cette zone semble demeurer problématique en terme de concurrence. Partagez-vous cet avis ?

Dans la décision de juillet 2013, aucune contrainte n'est formulée quant à la création de nouveaux magasins du groupe Casino, que ce soit dans les zones problématiques ou celles qui le deviendraient. Est-ce justifié ?

3)b) Zone 3 Monoprix 95 bd de Sébastopol 75002 70 80 % 12 magasins Casino 5 concurrents

Dans cette zone, afin d'obtenir les 12 magasins Casino et 5 concurrents, il convient de traiter le Marché d'à côté 343 rue saint martin 75003 comme un magasin Casino.

Au 343 rue Saint Martin 75003 justement, A2 Pas a remplacé Marché d'à côté. Ce qui donne le signal que ce magasin fait partie des 55 magasins cédés à Paris à un concurrent, plutôt qu'un magasin concurrent reprise par un concurrent.

Or, cet A2 Pas a été remplacé en 2017 ou en 2018 par un Franprix. La société Proxymartin qui détient le magasin a été acquise à 100 % par Casino selon le document de référence de ses comptes 2018.

Est-ce une infraction avec les engagements pris pour une durée de 10 ans pendant laquelle Casino ne peut réacquérir les magasins cédés, ni acquérir sur ceux-ci une influence directe ou indirecte ?

3)c) Zone 8 Monop' 17 bd Saint Martin 75003 90 100 % 6 magasins Casino zéro magasin concurrent

Dans cette zone 2 magasins fermés : Monop' 17 bd Saint Martin 75003 (Intermarché) Monop' 65 rue de Turbigo 75003 (A2 Pas)

Seules deux modifications d'enseigne (magasins de surface réduites) sur 6 magasins semblent insuffisantes pour remédier à la problématique de la concurrence. Confirmez-vous ce point ?

3)d) Zone 18 Monoprix 1 rue la Boétie 75008 60 70 % 5 magasins Casino 4 magasins concurrents

A noter que le Marché d'à côté 15 rue de Rome 75008 peut être compté comme un concurrent pour que le comptage des magasins corresponde. Pourtant, ce Marché d'à côté a été remplacé par un Intermarché fin 2013 début 2014 ! Comme si ce magasin permettait à la concurrence de se développer face à Casino.

Le magasin Marché d'à côté du 15 rue de Rome 75008 remplacé par Intermarché fait-il partie de la liste des 55 magasins devant être cédés à Paris ?

3)e) zone 25 Monop' 60 cour Saint Emilion 75012 90 100 % 3 magasins Casino 0 magasin concurrent

Le Monop' du 60 cour Saint Emilion 75012 a été fermé mais il n'a pas été cédé à une enseigne concurrente. Comment la concurrence est-elle respectée dans cette zone suite à cette fermeture ?

3)f) zone 37 Monoprix 18 rue de Passy 75016 60 70 % 5 magasins Casino 4 magasins concurrents

J'ai identifié dans cette zone – magasins Casino pour 1 seul concurrent.

Un magasin Casino a-t-il été considéré comme un concurrent ? Est-ce le Franprix du 25 rue de la Tour 75016 ?

Deux magasins ont changé d'enseigne : Franprix 12 rue Duban 75016 (Marks & Spencer) Franprix 88 av Paul Doumer 75016 (A2 Pas puis Intermarché)

Mais 2 Franprix ont été ouverts en 2017 et 2018. La zone demeure-t-elle problématique en appliquant les critères de la décision de juillet 2013 ?

3)g) zone 38 Monop' 11 rue du Dôme 75016 90 100 % 5 magasins Casino 0 magasin concurrent

Un seul magasin a changé d'enseigne : Franprix 14 avenue de la Grande Armée 75017 (Intermarché).

Un seul magasin fermé dans cette zone semble insuffisant. De plus un Monop' a ouvert fin 2014 au 41 rue Galilée 75016. La zone demeure-t-elle problématique en appliquant les critères de la décision de juillet 2013 ?

3)h) zone 39 Monoprix 24 rue des Belles Feuilles 75016 90 100 % 6 magasins Casino 2 magasins concurrents

1 magasin fermé Leader Price 46 bis rue Saint Didier 75016 (U Express)

1 Monop' a été ouvert en 2019 au 38 avenue Bugeaud 75016 et un Carrefour Market en 2018 au 181 avenue Victor Hugo 75016. La cession d'un seul magasin semble insuffisante. La zone demeure-t-elle problématique en appliquant les critères de la décision de juillet 2013 ?

3)i) zone 40 Monoprix 49 rue d'Auteuil 75016 50 60 % 3 magasins Casino 1 magasin concurrent

1 magasin fermé Franprix 33 rue Raffet 75016 (A2 Pas).

Curieusement un Monoprix a ouvert en 2014 2015 au 109 avenue Mozart 75016 sans qu'il ait été compté dans le nombre des magasins Casino par l'autorité de la concurrence dans son calcul de 2013. Même si l'hypermarché Carrefour d'Auteuil semble expliquer la fourchette de 50 - 60 %, l'ouverture d'un Monoprix pose question. Pourquoi le Monoprix ouvert en 2014 2015 au 109 avenue Mozart ne semble pas avoir été pris en compte dans le nombre de magasins Casino ? Ce magasin rend-il à nouveau la zone problématique en appliquant les critères de la décision de juillet 2013 ?

3)j) zone 44 Monoprix 13 avenue Secrétan 75019 80 90 % 10 magasins Casino 3 magasins concurrents

1 magasin fermé Franprix 26 rue de Meaux 75019 (Kosher street puis Hyper Casher), donc pas par un concurrent.

1 magasin fermé en 2018 Franprix 39 rue Bouret 75019, pas remplacé à avril 2019.

Un Franprix a ouvert en 2017 87 quai de la Seine 75019 et un Monop' a ouvert en 2017 22 rue Louis Blanc 75010.

Pourquoi aucun magasin Casino n'a changé d'enseigne ? La zone demeure-t-elle problématique en appliquant les critères de la décision de juillet 2013 ?

4) Identification de zones problématiques révélées par la création de Monop' postérieurement à 2013

4)1) Monoprix 6 boulevard Raspail 75007

Ce Monoprix a été ouvert en 2016. Dans une zone de 500 mètres, il n'y avait alors aucun magasin concurrent mais 2 autres magasins Casino : Franprix 73 rue du Bac 75007 et Monoprix 35 rue du Bac 75007. Un Carrefour City a ouvert en 2018 2019 au 55 rue de Grenelle 75007.

Cette zone semble par conséquent problématique pour un Monoprix ouvert en 2016

4)2 Monop' 50 rue de Berri 75008

Ce Monop' a été ouvert en 2015. Dans une zone de 300 mètres, il y avait alors un seul magasin concurrent, un Diagonal 29 rue de Berri 75008 qui a fermé, remplacé par un Coccinelle en 2019, mais récemment c'est un Franprix qui doit ouvrir. De plus , il y a un Monop' 43 rue de Lisbonne 75008 et un Franprix 11 avenue Myron t Herrick 75008.

Ce qui donne une zone problématique avec 5 magasins Casino pour zéro concurrent.

4)3) Monop' 22 rue Louis Blanc 75010

Ce Monop' a été ouvert en 2017 2018. Dans une zone de 300 mètres, il n'y avait qu'un seul magasin concurrent, un Carrefour City au 206 rue Lafayette 75010. Et 3 Franprix : 246 rue du Faubourg Saint Martin 75010, 16 rue Alexandre Parodi 75010 ; 189 rue du Faubourg Saint Martin 75010.

Avec 4 magasins Casino et un seul magasin concurrent, cette zone semble problématique.

4)4) Monop' 148 avenue de Versailles 75016

Ce Monop' a été ouvert en 2014 2015. Dans une zone de 300 mètres, il n'y avait alors pas de magasin concurrent (un Intermarché a ouvert en 2016 2017 au 59 rue Boileau 75016) et 2 Franprix : 136 avenue de Versailles 75016, 160 avenue de Versailles 75016.

Avec 3 magasins Casino et un seul magasin concurrent, cette zone semble problématique.

4)5) Monop' 38 avenue Bugeaud 75016

Ce Monop' a ouvert en 2019.

Dans une zone de 300 mètres, un seul magasin concurrent, un Proxi 30 avenue Bugeaud 75016. Deux Franprix au 174 rue de la Pompe 75016 et 9 rue de la Faisanderie 75016.

Avec 3 magasins Casino pour un petit magasin concurrent, l'ouverture de ce Monop' en 2019 crée une zone problématique.

4)6) Monop' 15 rue de Saussure 75017

Ce Monop' a ouvert en 2015 et a fermé en 2016 2017.

Dans une zone de 300 mètres, il n'y avait en 2016 aucun magasin concurrent et 3 magasins Casino : un Monoprix 13 rue de Lévis 75017 qui constituait en 2013 une zone problématique, et 2 Franprix : 15 rue Boursault 75017, 36 rue de Saussure 75017.

Avec 4 magasins Casino et aucun magasin concurrent et de plus dans une zone qui était jugée problématique en 2013, l'ouverture de ce Monop' en 2015 pose question.

Les 6 exemples ci-dessus illustrent des créations de zones problématiques suite à l'ouverture de Monop' postérieurement à 2013.

Alors que la situation en 2013 conduisait à identifier 55 zones problématiques à Paris, pourquoi une injonction de ne pas créer de nouvelles zones problématiques n'a -t-elle pas été prise ?

Quelles mesures correctrices l'Autorité de la Concurrence pourrait-elle être amenée à prendre afin de corriger de telles anomalies ?

Vous remerciant par avance pour votre retour, je vous prie de croire en l'expression, Madame, Monsieur, de mes cordiales salutations.

 

4) Autorité des Marchés Financiers

OBJET communication financière du groupe CASINO et obligation QUATRIM

Madame,

par la présente je vous transmets des questions au sujet de la communication financière du Groupe Casino :

- L'information relative à la cession de 49 % de magasins déficitaires supermarchés Casino à un master franchisé est-elle correcte dans le document de référence des comptes 2017 et dans les prospectus d'émission obligataire ? Lire A)

- les options d'achat pour CASINO sur 51 % de parts de magasins déficitaires transférés en 2015 et 2016 à des master franchisés sont-elles considérées par l'Autorité de la Concurrence comme présentant une contrainte pour CASINO ? En question, le communiqué de presse Casino du 8 août 2018 affirmant que Casino n'a pas d'obligation de racheter les magasins transférés à ses multi franchisés. Lire B)

- y a-t-il un pourcentage de détention contradictoire pour la société HOLDING MAG ILE DE FRANCE dans le document de référence des comptes 2018 de Casino Lire C)

- questions sur le prospectus daté du 11 décembre 2019 d'émission obligataire QUATRIM : document provisoire connu de privilégiés, non-publication sur le site Casino, date d'émission et cotation antérieure à la date de publication du prospectus Lire D)

Ces questions sont posées dans le cadre d'un travail journalistique qui pourra déboucher sur une et/ou plusieurs publications.

Vous remerciant par avance pour votre retour, je vous prie de croire en l'expression, Madame, de mes cordiales salutations.

A) Induction en erreur dans le document de référence du Groupe Casino des comptes 2017 sur le nombre de magasins déficitaires Casino supermarchés cédés à 49 % à un master franchisé

Dans le document de référence des comptes 2016 de Casino figure l'information d'une cession de 49 % au deuxième semestre 2016 de 12 magasins Casino supermarchés déficitaires à un master franchisé pour une perte nette de 34 millions d'euros et une option d'achat exerçable en 2019.

Dans le document de référence des comptes 2017 il est question d'une cession de 49 % de 21 magasins Casino supermarchés à un master franchisé en deux groupes, pour une perte nette de 30 millions d'euros, avec des options exerçables entre novembre 2018 et octobre 2020.

Dans la partie Opérations de périmètre réalisées en 2016, l'opération avec 12 magasins Casino supermarchés est rappelée.

Pourtant, il semble bien qu'il n'y ait eu au total que 21 supermarchés Casino déficitaires cédés à 49 % à un master franchisé et non 33 comme peut le laisser comprendre le document de référence des comptes 2017 de Casino.

Cette présomption est renforcée par l'existence d'une seule décision de l'autorité de la concurrence, celle du 3 février 2017 (17-DCC-14) relative à la prise de contrôle conjoint d'un groupe de 21 supermarchés Casino avec la famille ZOUARI.

Dans le plus récent prospectus du 11 décembre 2019 relatif à l'opération de financement obligataire QUATRIM de 800 millions d'euros lancée en novembre 2019, les deux opérations sur 12 et 21 supermarchés Casinos sont présentes, pouvant encore laisser comprendre qu'un total 33 magasins Casino supermarchés déficitaires ont été cédés.

De plus, la perte nette communiquée pour 21 magasins déficitaires de 30 millions d'euros est incohérente avec la perte nette de 34 millions d'euros pour 12 magasins déficitaires, si les 12 magasins déficitaires font partie du groupe de 21 magasins déficitaires.

L'information relative à la cession de 49 % de magasins déficitaires supermarchés Casino à un master franchisé est-elle correcte dans le document de référence des comptes 2017 et dans les prospectus d'émission obligataire ?

B) Communiqué de presse du 8 août 2018 du Groupe Casino en réponse au rapport de la société Bernstein

Le 8 août 2018, la société Bernstein (Sanford C. Bernstein Limited) publiait un rapport portant notamment sur les relations de Casino avec ses franchisés en France.

Dans le communiqué de presse du 8 août 2018, le Groupe Casino affirmait ne pas avoir d'obligation de racheter les magasins transférés en franchises.

Parmi, les master franchisés cités, M Zouari et Hadjez, décrits comme des partenaires de longue date, majeurs, bien connus du groupe, avec de fortes capacités financières.

Dans les documents de référence des comptes 2016 2017 et 2018, recoupés avec les décisions de l'autorité de la concurrence, les opérations de prise de contrôle conjoint à 51 % par la famille ZOUARI aux côtés de Casino sont accompagnées d'options d'achat pour Casino.

Dans le cas des cessions au même master franchisé, au premier semestre 2018, de 40 % de Leader Price, de Franprix et de 5 supermarchés Casino, le document de référence des comptes 2018 de Casino évoque un engagement de rachat au master franchisé sur 40 % et une promesse de vente au profit de Casino.

Comme de telles obligations de rachat ne concernent pas des magasins transférés en franchise mais des cessions sans perte de contrôle exclusif, le communiqué de Casino du 08 août 2018 semble exact.

Le traitement différencié par l'autorité de la concurrence des deux master franchisés M ZOUARI et M HADJEZ pose toutefois question.

Dans le cas du master franchisé M HADJEZ (décision n°16-DCC-04 du 14 janvier 2016 pour 39 magasins), la prise de contrôle est exclusive concernant la société HOLDIMAG détenue à 49 % par FLPH et à 51 % par une société de M HADJEZ.

Dans le cas du master franchisé M ZOUARI (décision du 15-DCC-168 du 1 décembre 2015 pour 72 magasins et décision n°16-DCC-73 du 20 mai 2016 pour 119 magasins), la prise de contrôle est conjointe concernant la société HOLDINGMAG 2 détenue à 49 % par FLPH et à 51 % par une société de la famille ZOUARI.

Contrairement au cas de M Hadjez, l'autorité de la concurrence ne fournit aucun détail pour expliquer une qualification en contrôle conjoint ou bien n'indique pas l'existence d'options.

Dans l'opération avec M HADJEZ, l'autorité de la concurrence estime que la faculté de rachat des titres (promesse de vente consentie par la société de M HADJEZ à FLPH) détenus par la société de M HADJEZ dans HOLDIMAG, "constitue une option pour CASINO dont l'exercice n'est pas contraint et conditionné à la survenance de faits générateurs hors du contrôle de Casino ou exerçable au plus tôt, à partir du [...]. Dans ces conditions, les droits conférés au groupe Casino ne sont pas de nature à lui conférer une influence déterminante sur HOLDIMAG". L'autorité de la concurrence ajoute en bas de page concernant ses lignes directrices : "ou encore de l’existence d’options d’achat ; en elles-mêmes, de telles options ne peuvent conférer un contrôle sur la période antérieure à leur exercice, à moins que cette option ne s'exerce dans un proche avenir conformément à des accords juridiquement contraignants, mais elles peuvent venir conforter d’autres indices d’une influence déterminante »"

Un raisonnement inverse est-il tenu dans le cas de l'opération avec la famille ZOUARI pour entraîner une qualification en contrôle conjoint plutôt qu'en contrôle exclusif ?

Le contenu de la décision des associés du 18 janvier 2016 pour HOLDIMAG et du 30 juin 2016 pour HOLDING MAG ILE DE FRANCE est comparable sur de nombreux points, dont notamment : existence d'une promesse de vente, décisions importantes à la majorité des 2 tiers pour la mise en location gérance de tout magasin, ou pour toute fermeture ou transfert de magasin (à partir du 5 ème au cours de l'année civile pour HOLDIMAG à partir du 10 ème pour HOLDING MAG ILE DE FRANCE).

De ce qui précède, l'autorité de la concurrence ne tend-elle pas à considérer que les options d'achat pour CASINO présentent une contrainte pour CASINO ?

C) Contradiction apparente dans le document de référence des comptes 2018 de Casino sur la détention à 100 % ou à 49 % de HOLDING MAG ILE DE FRANCE.

Dans la décision du 20 mai 2016 de la Décision de l'Autorité de la Concurrence, il est mentionné la SNC Holdingmag2 par laquelle un groupe de 119 magasins est transféré à la famille Zouari alors qu'elle en détient déjà 71. Dans ses comptes 2017, ce sont 131 magasins détenus, il s'agit donc d'une société importante.

HoldingMag2 va changer de dénomination et s'appeler Holding Mag Ile de France.

Les documents de référence du groupe Casino pour les comptes 2015 à 2018 montrent une participation de 49 % dans Holding Mag 2. Il semble que Holding Mag 2 corresponde à HOLDING MAG ILE DE FRANCE.

D'après les comptes 2017 de CAPDIS, cette dernière détient bien 51 % de HOLDING MAG ILE DE FRANCE, tandis que d'après les comptes 2017 de FLPH, cette dernière détient 49 % de HOLDING MAG 2.

Mais d'après les comptes 2018 de Franprix Leader Price Holding, HOLDIMAG IDF (HOLDING MAG ILE DE FRANCE ?) est détenu à 100 % par FLPH (apparition en 2018 dans la liste des filiales, disparition de HOLDING MAG 2), corroborant d'une part les statuts mis à jour de HOLDING MAG ILE DE FRANCE (associé unique, AGE du 26 décembre 2018 augmentation en numéraire de 57 213 000 euros) et le document de référence des comptes 2018 du groupe CASINO selon lequel le sous-groupe FLPH Franprix-Leader Price Holding a pris le contrôle exclusif de HOLDING MAG ILE DE FRANCE en 2018.

Néanmoins le document de référence des comptes 2018 du groupe CASINO semble contradictoire car :

- d'une part dans la Note 17 des principales sociétés consolidées HOLDING MAG 2 est détenu à 49 % ;

- d'autre part dans la partie 2.5.1 Prises de participation et de contrôle en 2018, Groupe Distribution Casino France sous-groupe Franprix-Leader Price Holding, la société HOLDING MAG ILE DE FRANCE est maintenant détenue à 100 %.

D) Prospectus de l'opération de refinancement obligataire du 30 octobre 2019 via QUATRIM SAS

Les Echos évoque le 6 novembre 2019 une version préliminaire du prospectus relatif à l'opération de refinancement annoncée le 22 octobre, de près de 800 pages, daté du 30 octobre 2019, qui circule dans les marchés.

Casino affirmerait dans ce document être visé par une enquête de l'Autorité des Marchés Financiers pour les exercices 2014 à 2016 sur l'exactitude, le caractère suffisamment détaillé et le timing de certaines opérations financières publiées par le groupe, en particulier le traitement comptable de sa participation dans Mercialys et certaines transactions immobilières.

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/ces-facteurs-de-risques-que-casino-navait-jamais-mentionnes-1145725

Curieusement, Casino ne met pas en ligne (dernière consultation le 14 janvier 2020) de prospectus lié à cette opération de financement obligataire, opéré par sa filiale Quatrim SAS.

Il s'agit de la ligne Obligations high yield sécurisées EUR 800 M coupon 5,875 % XS2010039118 XS2010038490

https://www.groupe-casino.fr/obligations/

Est-il normal que seules des salles de marché aient eu accès à un tel document (provisoire de surcroît), faisant d'eux des privilégiés à l'information financière, alors que de nouveaux risques jusque-là non communiqués par Casino y sont dévoilés selon Les Echos ?

Est-il normal que le prospectus, en date du 11 décembre 2019, ne soit toujours mis en ligne sur le site https://www.groupe-casino.fr/obligations/ ?

Est-il normal pour une société de procéder à une émission de titres cotés (date d'émission du 20 novembre 2019) en l'absence d'un prospectus définitif (11 décembre 2019) ?


L'Enquête Casino. Volet 3. L'Autorité de la concurrence et les zones problématiques identifiées en 2013 à Paris.

L'Enquête Casino. Volet 3. Distribution alimentaire à Paris. L'Autorité de la concurrence a-t-elle fait le nécessaire pour remédier aux zones problématiques identifiées en 2013 ?

 

L'Enquête Casino

Volet 1. Éclairage sur les magasins Zouari, principal franchisé du Groupe Casino

Volet 2. Questions sur des publications du groupe CASINO

Volet 3. Distribution alimentaire à Paris. L'Autorité de la concurrence a-t-elle fait le nécessaire pour remédier aux zones problématiques identifiées en 2013 ?

 

L'Enquête Casino. Volet 3. Distribution alimentaire à Paris. L'Autorité de la concurrence a-t-elle fait le nécessaire pour remédier aux zones problématiques identifiées en 2013 ?

Les habitants de Paris ont forcément près de chez eux un magasin d'une enseigne du Groupe Casino : un Franprix, ou un Monop', ou un Naturalia, ou un Monoprix, ou même parfois un Leader Price, ou un Vival, ou un Casino. Voire deux, trois ou quatre, ou plus de magasins.

Saisie par la Mairie de Paris en février 2011, L'Autorité de la concurrence publiait le 11 janvier 2012 un avis relatif à la situation concurrentielle dans le secteur de la distribution alimentaire à Paris.

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/sites/default/files/commitments//12a01.pdf

Selon ses calculs, la part de marché du groupe Casino était de [50-70 %], le deuxième opérateur, Carrefour était de [10-20 %]. L'avis confirmait alors que la distribution alimentaire généraliste était particulièrement concentrée dans Paris intra-muros. L'Autorité de la concurrence regrettait qu'en l'espèce son pouvoir d'action était limité.

Changement de ton le 11 juillet 2013, lorsque l'Autorité de la concurrence autorisait le groupe Casino à prendre le contrôle total de Monoprix, en exigeant, dans le cadre de cette opération, que soient vendus 58 magasins, 55 à Paris et 3 en Province.

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/sites/default/files/commitments//13DCC90decision_version_publication.pdf

 

copie écran page 1 décision autorité de la concurrence 11 juillet 2013 Casino Monoprix

copie écran page 1 décision autorité de la concurrence

Dans sa décision, l'Autorité de la concurrence considérait "que sur l'ensemble de Paris intra-muros, et en excluant la pression concurrentielle exercée par les hypermarchés de banlieue, Casino et Monoprix totalisent donc des parts de marché très élevées, l’opération aboutissant à la création de monopoles et de duopoles sur certaines zones."

47 zones problématiques étaient identifiées, dans lesquelles Casino détient 60 % de parts de marché en surface de vente ou bien entre 45 et 60 % mais avec moins de 3 concurrents.

Dans ces 47 zone problématiques, 55 magasins (soit en propre, soit en franchise) devaient être cédés.

Ni l'identité des magasins cédés, ni le délai négocié de cession n'avaient été dévoilés.

Le volet 3 de L'Enquête Casino sur la distribution alimentaire à Paris permet :

- d'identifier précisément, pour chaque zone problématique, quels étaient les magasins du groupe Casino et les magasins concurrents

- d'identifier 12 zones qui posent question

- d'identifier précisément les magasins, au nombre de 57, dont l'enseigne est devenue concurrente

- de recenser, depuis la décision de juillet 2013, le nombre (88) de magasins Casino ouverts dans la capitale, dont 35 dans les 47 zones problématiques

- d'identifier 6 ouvertures de Monop' postérieurement à 2013 qui génèrent une situation de zone problématique.

Suite à cette enquête, peut-on considérer que l'Autorité de la Concurrence a fait le nécessaire pour remédier aux zones problématiques dans la distribution alimentaire à Paris ?

Questions posées à l'Autorité de la concurrence par courriel le 15 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020 ; pas de réponse obtenue ; me demande en quelle qualité toutes ces demandes sont soumises avant de se rapprocher du service concerné. Se référer à l'annexe relative aux questions posées.

I Méthode de l'Autorité de la concurrence en 2013 pour déterminer les parts de marché

II Les 12 zones problématiques de 2013 qui posent question

III Identification des 55 magasins devant être cédés à Paris

IV Ouverture de magasins Casino à Paris postérieurement à la décision de juillet 2013 de l'Autorité de la Concurrence

Identification de 6 zones problématiques révélées par la création de Monop' postérieurement à 2013

 

I Méthode de l'Autorité de la concurrence en 2013 pour déterminer les parts de marché

- non-intégration au marché pertinent des petits commerces de bouche, des commerces spécialistes du surgelé et des marchés alimentaires

- analyse par point de vente cible (Monop' ou Monoprix) d'un rayon de 300 mètres lorsque la surface de vente est inférieure à 400 m² et de 500 mètres lorsque la surface de vente est supérieure à 400 m²

- évaluation des parts de marché des parties en tenant compte de la surface de vente des magasins ; selon la base de données communiquées par la partie notifiante, Casino et Monoprix totalisent [60 - 70] % de part de marché en surface de vente alimentaire

- exclusion des magasins Hypercacher

- exclusion de magasins Franprix et Leader Price Express exploités par des commerçants indépendants (franchisés) car considérés comme ayan une politique commerciale autonome, comptés comme concurrents

- exclusion de 3 magasins situés dans des gares ou des stations

- exclusion de deux magasins Monop' déjà contrôlés par Casino avant l'opération

- dans certains cas de chevauchement significatif de zones de chalandise de plusieurs magasins cibles, examen sur les zones se chevauchant

- 102 magasins cibles dont 48 Monop' et 54 Monoprix

- magasins de plus de 120 m² pris en compte

- risques pour la concurrence écartés si les surfaces de vente alimentaires sont inférieures à 45 % ou si compris entre 45 % et 60 % du total, avec au moins trois groupes concurrents et à condition que ces derniers détiennent au moins la moitiés des magasins de surface supérieure à 120 m²

- rayon d'influence de 2 km pour les hypermarchés

Les engagements de cession sont pris pour une durée de 10 ans.

- changement d'enseigne pour 55 magasins à Paris (soit par cession soit par résiliation des contrats d'affiliation)

- engagement de céder un point de vente d'une surface au moins égale à 600 m² dans les zones autour de la rue Lecourbe (15 ème) et rue des Belles Feuilles (16 ème)

Des questions ont été posées à l'Autorité de la Concurrence relativement à sa méthodologie :

a) exclusion des magasins Marché d'à Côté

La décision ne permet pas de savoir si oui ou non ces magasins exploités sous une enseigne du groupe Casino ont été exclus, ni pourquoi. Le point 241 est déclaré confidentiel.

Mes recherches me permettent de penser que de tels magasins ont bien été exclus du calcul de parts de marché en surface de ventes.

Confirmez-vous une telle exclusion ? En quoi l'exclusion ou non des magasins Marché d'à côté est-elle confidentielle et pas les magasins Hypercacher par exemple ?

b) exclusion de certains magasins Franprix / Leader Express

Le point 243 de la décision montre que le nombre de points de vente à Paris à l'enseigne Franprix / Leader Express exploités par des commerçants indépendants est confidentiel.

Il est étonnant que ce point puisse être confidentiel alors que dans un précédent rapport de l'Autorité de la Concurrence (Avis n° 12-A-01 du 11 janvier 2012 relatif à la situation concurrentielle dans le secteur de la distribution alimentaire à Paris), ce niveau d'information ne semble pas du tout être confidentiel. Ainsi, les 316 magasins à l'enseigne Franprix sont exploités soit par intégration directe au groupe Casino (41), soit par 8 master franchisés (213) dont le groupe Casino détient plus de 50 % du capital, soit par des contrats de franchise (62) avec des sociétés d'exploitation non détenues majoritairement par Casino.

Il semble par conséquent que l'exclusion des Franprix exploités par des commerçants indépendants puisse concerner ces 62 magasins du rapport de janvier 2012.

Dans la décision de juillet 2013, quasiment tous les éléments développés sont marqués du secret, excepté la conclusion : ces magasins peuvent être considérés comme ayant une politique commerciale autonome du groupe Casino et être décomptés au nombre de ses concurrents.

Dans l'avis de janvier 2012, un an et demi avant, il n'est pas du tout question d'une politique commerciale autonome. A l'inverse, de nombreux éléments sont développés laissant penser à l'inverse :

- lien contractuel au groupe Casino par un contrat d'exclusivité d'approvisionnement, de licence de marque, de prêt d'enseigne et d'assistance technique, soit avec la société Baud soit avec Distribution Franprix

- durée de 5 ans en général, parfois trois, renouvelables par tacite reconduction

- agrément du successeur éventuel prévu au contrat

- pacte de préférence à prix et conditions équivalentes de vente des locaux ou de cession du droit au bail, de cession des actions ou parts sociales

- obligations de non-concurrence, de non-réaffiliation et de secret d'une année

- approvisionnement par la centrale de référencement de groupe Casino EMC Distribution

- achats effectués pour tous les magasins par deux centrales d'achat spécifiques à l'enseigne Franprix : Distribution Franprix (produits secs) et Sédifrais (fruits et légumes et produits frais) ; prix de vente identiques pour tous les magasins Franprix

L'avis de janvier 2012 n'exclut pas du tout ces magasins du calcul des parts de marché en surface de vente.

Qu'est-ce qui a changé entre janvier 2012 et juillet 2013 pour que l'Autorité de la Concurrence puisse exclure de tels magasins ? En quoi de tels magasins auraient-ils davantage de politique commerciale autonome que les magasins des master franchisés par exemple ? Quels éléments concrets peuvent prouver l'autonomie de la politique commerciale, alors que de multiples contraintes contractuelles pèsent sur ces exploitants dits indépendants ?

 

II Les 12 zones problématiques de 2013 qui posent question

L'Autorité de la Concurrence a listé les 47 zones problématiques, avec pour chaque zone le nombre de magasins Casino et le nombre de magasins concurrents.

 

copie écran page 53 décision AC 11 juillet 2013

copie écran page 53 décision AC 11 juillet 2013

L'identification unitaire de l'ensemble des magasins Casino ou concurrents permet de recouper avec plus ou moins de succès les données publiées.

En annexe, le détail du résultat pour les 47 zones problématiques définies par l'Autorité de la concurrence en 2013.

Suivent les 12 zones problématiques qui posent question :

- Zone 2 Monop' du 131 rue Saint Denis 75001 80 - 90 %

- Zone 3 Monoprix du 95 bd de Sébastopol 75002 70 - 80 %

- Zone 8 Monop' 17 bd Saint Martin 75003 90-100 %

- Zone 18 Monoprix 1 rue la Boétie 75008 60-70 %

- Zone 19 Monoprix 24 bd des Italiens 75009 80-90 %

- Zone 20 Monoprix 52 rue de Caumartin 75009 70-80 %

- Zone 25 Monop' station 60 62 cour Saint Emilion 75012 90-100 %

- Zone 37 Monoprix 18 rue de Passy 75016 60-70 %

- Zone 38 Monop' 11 rue du Dôme 75016 90-100 %

- Zone 39 Monoprix 24 rue des Belles Feuilles 75016 90-100 %

- Zone 40 Monoprix 49 rue d'Auteuil 75016 50-60 %

- Zone 44 Monoprix 13 15 avenue de Secrétan 75019 80-90 %

Zone 2 Monop' du 131 rue Saint Denis 75001 80 - 90 %

6/1 selon AC 6/1 selon recoupement zone de 300 m

2 magasins fermés Franprix 16 rue du grenier Saint Lazare 75016 (A2 Pas puis La Vie Claire) et Monop RER Châtelet Les Halles 75001 (Marks & Spencer Food)

Dans cette zone, deux autres concurrents ont ouvert, Carrefour 77 rue Rambuteau 75001 et G20 15 rue du grenier saint Lazare 75003. Mais 3 Franprix (73 bd de Sébastopol 75002, 6 rue de Turbigo 75001, 12 rue de la Cossonnerie 75001) ont ouvert en 2017, et un Monoprix en 2017, au Forum des Halles.

Cette zone semble donc demeurer problématique. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 3 Monoprix du 95 bd de Sébastopol 75002 70 - 80 %

12/5 selon AC 12/5 selon recoupement zone de 500 m

7 magasins fermés Monop' 131 rue Saint Denis 75001 (Diagonal) Monop' 65 rue de Turbigo 75003 'A2 Pas) Monop RER Châtelet Les Halles 75001 (Marks & Spencer Food) Franprix 85 bis rue de Réaumur 75002 (A2 Pas) Franprix 42 rue de Turbigo 75002 (Intermarché) Franprix 16 rue du Grenier saint Lazare 75003 (A2 Pas puis La Vie Claire) Marché d'à côté 343 rue Saint Martin 75003 (A2 Pas puis Franprix !)

A noter qu'au 343 rue saint martin 75003, Franprix a remplacé en 2017 ou 2018 A2 Pas.

Dans sa décision de 2013, l'autorité de la concurrence a traité de la question de l'exclusion ou non des magasins Marché d'à côté. La décision ne permet pas de savoir si oui ou non ces magasins exploités sous une enseigne du groupe Casino ont été exclus, ni pourquoi. Le point 241 est déclaré confidentiel.

Le fait que ce Marché d'à côté du 343 rue Saint Martin ait été repris par A2 Pas donne plutôt le signal d'un magasin cédé (parmi les 55 à Paris) à un concurrent, et non d'un magasin concurrent repris par un concurrent.

En infraction par conséquent avec les engagements pris pour une durée de 10 ans, pendant laquelle Casino ne peut réacquérir les magasins cédés, ni acquérir sur ceux-ci une influence directe ou indirecte. La société Proxymartin qui détient le magasin a été pourtant acquise à 100 % par Casino selon le document de référence de ses comptes 2018..

Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 8 Monop' 17 bd Saint Martin 75003 90-100 %

6/0 selon AC 6/0 selon recoupement zone de 300 m

2 magasins fermés Monop' 17 bd Saint Martin 75003 (Intermarché) Monop' 65 rue de Turbigo 75003 (A2 Pas)

Seules deux cessions sur 6, pour des magasins de taille réduite, semblent insuffisantes. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 18 Monoprix 1 rue la Boétie 75008 60-70 %

5/4 selon AC 5/4 selon recoupement zone de 500 m

2 magasins fermés Monop' 6 rue de la Pépinière 75008 (Marks & Spencer) Franprix 9 rue de Laborde 75008 (A2 Pas puis G20)

A noter que le Marché d'à côté 15 rue de Rome 75008 peut être compté comme un concurrent pour que le comptage des magasins corresponde. Pourtant, ce Marché d'à côté a été remplacé par un Intermarché fin 2013 début 2014 ! Comme si ce magasin permettait à la concurrence de se développer face à Casino ?

Question posée à l'autorité de la concurrence. Le magasin Marché d'à côté du 15 rue de Rome 75008 remplacé par Intermarché fait-il partie de la liste des 55 magasins devant être cédés à Paris ?

Zone 19 Monoprix 24 bd des Italiens 75009 80-90 %

6/2 selon AC 5/2 selon recoupement zone de 500 m

3 magasins fermés Franprix 9 rue du 4 septembre 75002 (A2 Pas) Monop' 15 rue du 4 septembre 75002 (Intermarché) Franprix 48 rue de la Chaussée d'Antin 75009 (Marks & Spencer)

1 autre magasin fermé mais en 2018 Monoprix 24 bd des Italiens 75009 (pas de concurrent après). Toutefois, 2 Franprix (11 rue Scribe 75009 et 19 rue Chauchat 75009) ont été ouverts en 2018 et un Monop' 9 rue Lafayette 75009 en 2015. Comment autant d'ouvertures de magasins sous enseigne Casino sont-elles possibles dans une zone jugée problématique en 2013 ?

 

copie écran zone 19 24 bd des Italiens 75009

copie écran zone 19 24 bd des Italiens 75009

Zone 20 Monoprix 52 rue de Caumartin 75009 70-80 %

7/2 selon AC 7/2 selon recoupement zone de 500 m

3 magasins fermés Franprix 48 rue de la Chaussée d'Antin 75009 (Marks & Spencer) Monop' 6 rue de la Pépinière 75008 (Marks & Spencer) Franprix 9 rue de Laborde 75008 (A2 Pas puis G20.

Même remarque que AC 18 avec le Marché d'à côté 15 rue de Rome 75008.

Zone 25 Monop' station 60 62 cour Saint Emilion 75012 90-100 %

3/0 selon AC 3/0 selon recoupement ; les hyper semblent comptés dans le calcul des parts mais pas dans le nombre de concurrents.

1 magasin fermé mais pas cédé à une autre enseigne : Monop' station 60 62 cour Saint Emilion 75012. Comment la concurrence est-elle respectée dans cette zone suite à cette fermeture ? Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Certes un Carrefour City a ouvert mi 2016 au 5 cour Saint Emilion 75012.

Zone 37 Monoprix 18 rue de Passy 75016 60-70 %

5/4 selon AC 6/1 selon recoupement zone de 500 m

2 magasins fermés Franprix 12 rue Duban 75016 (Marks & Spencer) Franprix 88 av Paul Doumer 75016 (A2 Pas puis Intermarché)

Le magasin Franprix 25 rue de la Tour 75016 est-il considéré comme indépendant et compté comme un concurrent ?

2 Franprix ont été ouverts en 2017 et 2018. La zone semble demeurer problématique. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

 

copie écran zone 37 18 rue de Passy 75016

 

copie écran my maps zone 37

 

Zone 38 Monop' 11 rue du Dôme 75016 90-100 %

5/0 selon AC 5/0 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 14 avenue de la Grande Armée 75017 (Intermarché).

1 seul magasin fermé dans cette zone semble insuffisant. De plus un Monop' a ouvert fin 2014 au 41 rue Galilée 75016. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

 

copie écran zone 38 11 rue du dome 75016

copie écran my maps zone 38

Zone 39 Monoprix 24 rue des Belles Feuilles 75016 90-100 %

6/2 selon AC 6/2 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Leader Price 46 bis rue Saint Didier 75016 (U Express)

1 Monop' a été ouvert en 2019 au 38 avenue Bugeaud 75016 et un Carrefour Market en 2018 au 181 avenue Victor Hugo 75016. La cession d'un seul magasin semble insuffisante. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 40 Monoprix 49 rue d'Auteuil 75016 50-60 %

3/1 selon AC 3/1 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 33 rue Raffet 75016 (A2 Pas).

Curieusement un Monoprix a ouvert en 2014 2015 au 109 avenue Mozart 75016 sans qu'il ait été compté dans le nombre des magasins Casino par l'autorité de la concurrence dans son calcul de 2013. Même si l'hypermarché Carrefour d'Auteuil semble expliquer la fourchette de 50 - 60 %, l'ouverture d'un Monoprix pose question. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 44 Monoprix 13 15 avenue de Secrétan 75019 80-90 %

10/3 selon AC 10/3 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 26 rue de Meaux 75019 (Kosher street puis Hyper Casher), donc pas par un concurrent.

1 magasins fermé en 2018 Franprix 39 rue Bouret 75019, pas remplacé à avril 2019.

Un Franprix a ouvert en 2017 87 quai de la Seine 75019 et un Monop' a ouvert en 2017 22 rue Louis Blanc 75010.

Le respect de la concurrence dans cette zone semble problématique. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

 

copie écran zone 44 13 Secrétan 75019

copie écran my maps zone 44

 

III Identification des 55 magasins devant être cédés à Paris

Le 21 mars 2014, Les Echos affirmait que Casino devait encore vendre 44 magasins à Paris, 4 étant vendus à G20 et 7 sur le point de l'être à d'autres opérateurs. Dans le même article, Intermarché n'aurait pas choisi de se développer à Paris en acquérant les magasins mis sur le marché car ces magasins seraient trop petits (200 à 300 m²) pour son modèle économique.

https://www.lesechos.fr/2014/03/casino-doit-encore-vendre-44-magasins-a-paris-276220

Ce n'est pas ce qui s'est passé puisqu'Intermarché a repris 7 magasins (4 Monop' 2 Franprix 1 Marché d'à côté), dont 6 via une opération dénommée MOKA. Un article de LSA Conso du 8 décembre 2014 le confirme alors.

Le 15 mai 2014, Capital titrait sur la reprise de 30 magasins cédés par Casino à Auchan à Paris, d'après une annonce de ce dernier. 30 magasins (1 Casino, 1 marché d'à côté, 5 Monop', 23 Franprix) ont bien pu être identifiés, ils ont bien été repris par quelques gros partenaires indépendants.

https://www.capital.fr/entreprises-marches/auchan-reprend-30-magasins-cedes-par-casino-a-paris-934873

D'après un article de Pointsdevente.fr en date du 31 mai 2014, G20 aurait racheté sept magasins (c'est le cas, mais 5 seulement concernent les 47 zones problématiques), Marks & Spencer six (confirmé) et système U un seul (3 en fait). Carrefour n'aurait alors déposé aucune offre. Finalement Carrefour aura repris 2 magasins.

https://www.pointsdevente.fr/business/a2pas-conquiert-paris/

Les 55 (57 dans le décompte) magasins cédés à des concurrents peuvent être listés ainsi d'après l'enquête menée :

- 30 Auchan

- 5 G20

- 7 Intermarché

- 6 Marks & Spencer

- 3 U Express

- 3 Carrefour

- 2 Diagonal

- 1 Coccinelle

Mais 5 autres magasins ont également été cédés dans les 47 zones problématiques à des non-concurrents (au sens de l'Autorité de la concurrence) :

- 2 Naturalia (Groupe Casino)

- 2 Bio C Bon

- 1 Kosher street

Il semble donc que le nombre de magasins devant être cédés à Paris par Casino était supérieur à 55.

De plus, 9 autres magasins ont été cédés mais dans des zones non problématiques :

- 2 G20

- 3 Diagonal

- 1Naturalia

- 1 Darty

- 1 Intermarché

- 1 Carrefour

 

IV Ouverture de magasins Casino à Paris postérieurement à la décision de juillet 2013 de l'Autorité de la concurrence

Si Casino devait céder à Paris 55 magasins dans les zones problématiques afin de revenir à un niveau de concurrence acceptable, comment analyser l'ouverture depuis la décision de juillet 2013 d'au moins 88 magasins Casino dans la capitale, dont 35 dans les 47 zones problématiques ?

- 59 Franprix (1 fermé) dont 17 dans les zones problématiques

- 21 Monop' (5 fermés) dont 12 dans les zones problématiques

- 4 Monoprix dont 2 dans les zones problématiques

- 4 Leader Price Express (tous fermés) dont 4 dans les zones problématiques

On a pu constater dans la partie II comment dans certaines zones problématiques de telles ouvertures pouvaient poser question.

A noter le nombre élevé (33 sur 88) de tels magasins dont la gestion relève de la famille ZOUARI, multi franchisé du groupe Casino. Voir le volet groupe Zouari de L'Enquête Casino.

Identification de 6 zones problématiques révélées par la création de Monop' postérieurement à 2013

4)1) Monoprix 6 boulevard Raspail 75007

Ce Monoprix a été ouvert en 2016. Dans une zone de 500 mètres, il n'y avait alors aucun magasin concurrent mais 2 autres magasins Casino : Franprix 73 rue du Bac 75007 et Monoprix 35 rue du Bac 75007. Un Carrefour City a ouvert en 2018 2019 au 55 rue de Grenelle 75007.

Cette zone semble par conséquent problématique pour un Monoprix ouvert en 2016

 

copie zone ecran new zone 1 6 bd Raspail 75007

copie écran new zone 1 6 boulevard Raspail 75007

4)2 Monop' 50 rue de Berri 75008

Ce Monop' a été ouvert en 2015. Dans une zone de 300 mètres, il y avait alors un seul magasin concurrent, un Diagonal 29 rue de Berri 75008 qui a fermé, remplacé par un Coccinelle en 2019, mais récemment c'est un Franprix qui doit ouvrir. De plus , il y a un Monop' 43 rue de Lisbonne 75008 et un Franprix 11 avenue Myron t Herrick 75008.

Ce qui donne une zone problématique avec 5 magasins Casino pour zéro concurrent.

 

copie zone ecran new zone 2 50 rue de Berri 75008

copie écran new zone 2 50 rue de Berri 75008

4)3) Monop' 22 rue Louis Blanc 75010

Ce Monop' a été ouvert en 2017 2018. Dans une zone de 300 mètres, il n'y avait qu'un seul magasin concurrent, un Carrefour City au 206 rue Lafayette 75010. Et 3 Franprix : 246 rue du Faubourg Saint Martin 75010, 16 rue Alexandre Parodi 75010 ; 189 rue du Faubourg Saint Martin 75010.

Avec 4 magasins Casino et un seul magasin concurrent, cette zone semble problématique.

 

copie zone ecran new zone 3 22 rue Louis Blanc 75010

copie écran my maps new zone 3 22 rue Louis Blanc 75010

4)4) Monop' 148 avenue de Versailles 75016

Ce Monop' a été ouvert en 2014 2015. Dans une zone de 300 mètres, il n'y avait alors pas de magasin concurrent (un Intermarché a ouvert en 2016 2017 au 59 rue Boileau 75016) et 2 Franprix : 136 avenue de Versailles 75016, 160 avenue de Versailles 75016.

Avec 3 magasins Casino et un seul magasin concurrent, cette zone semble problématique.

 

copie zone ecran new zone 4 148 av de Versailles 75016

copie écran my maps new zone 4 148 avenue de Versailles 75016

4)5) Monop' 38 avenue Bugeaud 75016

Ce Monop' a ouvert en 2019.

Dans une zone de 300 mètres, un seul magasin concurrent un Proxi 30 avenue Bugeaud 75016. Deux Franprix au 174 rue de la Pompe 75016 et 9 rue de la Faisanderie 75016.

Avec 3 magasins Casino pour un petit magasin concurrent, l'ouverture de ce Monop' en 2019 crée une zone problématique.

 

copie zone ecran new zone 5 38 av Bugeaud 75016

copie écran my maps new zone 5 38 avenue Bugeaud 75016

4)6) Monop' 15 rue de Saussure 75017

Ce Monop' a ouvert en 2015 et a fermé en 2016 2017.

Dans une zone de 300 mètres, il n'y avait en 2016 aucun magasin concurrent et 3 magasins Casino : un Monoprix 13 rue de Lévis 75017 qui constituait en 2013 une zone problématique, et 2 Franprix : 15 rue Boursault 75017, 36 rue de Saussure 75017.

Avec 4 magasins Casino et aucun magasin concurrent et de plus dans une zone qui était jugée problématique en 2013, l'ouverture de ce Monop' en 2015 pose question.

 

copie zone ecran new zone 6 15 rue de Saussure 75017

copie écran my maps new zone 6 15 rue de Saussure 75017

Les 6 exemples ci-dessus illustrent des créations de zones problématiques suite à l'ouverture de Monop' postérieurement à 2013.

Alors que la situation en 2013 conduisait à identifier 55 zones problématiques à Paris, pourquoi une injonction de ne pas créer de nouvelles zones problématiques n'a-t-elle pas été prise par l'Autorité de la concurrence ?

Quelles mesures correctrices l'Autorité de la Concurrence pourrait-elle être amenée à prendre afin de remédier aux zones qui demeurent problématiques ?

 

ANNEXE Pour les 47 zones problématiques, identification des magasins Casino et des magasins concurrents

L'identification unitaire des Monoprix et des Monop' permet d'identifier les magasins cibles pour calculer les parts de concurrence :

- 48 Monop' (48 selon l'Autorité de la Concurrence) dont 26 (dont 16 ont été fermés) font partie des magasins définis dans les 47 zones problématiques, et 18 sont en cours et 4 ont été fermés.

- 58 Monoprix (54 selon l'Autorité de la Concurrence) dont 29 (dont 1 a été fermé) font partie des magasins définis dans les 47 zones problématiques, et 29 sont en cours. Deux Monoprix détenus par des indépendants n'ont pas été comptés comme des magasins cibles.

L'Autorité de la Concurrence a listé les 47 zones problématiques, avec pour chaque zone le nombre de magasins Casino et le nombre de magasins concurrents.

copie écran page 53 décision AC 11 juillet 2013

L'identification unitaire de l'ensemble des magasins Casino ou concurrents permet de recouper avec plus ou moins de succès les données publiées.

Zone 1 Monoprix du 21 avenue de l'Opéra 75001 90-100 %

5 /1 selon AC 5/1 selon recoupement zone de 500 m

2 magasin fermés Franprix 20 place du marché Saint-Honoré 75001 (A2 Pas) et Franprix 9 rue du 4 septembre 75002 (A2 Pas)

 

copie écran zone 1 21 avenue opéra 75001

 

copie écran my maps 21 avenue de l'Opéra

Zone 2 Monop' du 131 rue Saint Denis 75001 80 - 90 %

6/1 selon AC 6/1 selon recoupement zone de 300 m

2 magasins fermés Franprix 16 rue du grenier Saint Lazare 75016 (A2 Pas puis La Vie Claire) et Monop RER Châtelet Les Halles 75001 (Marks & Spencer Food)

Dans cette zone, deux autres concurrents ont ouvert, Carrefour 77 rue Rambuteau 75001 et G20 15 rue du grenier saint Lazare 75003. Mais 3 Franprix (73 bd de Sébastopol 75002, 6 rue de Turbigo 75001, 12 rue de la Cossonnerie 75001) ont ouvert en 2017, et un Monoprix en 2017, au Forum des Halles.

Cette zone semble donc demeurer problématique. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 3 Monoprix du 95 bd de Sébastopol 75002 70 - 80 %

12/5 selon AC 12/5 selon recoupement zone de 500 m

7 magasins fermés Monop' 131 rue Saint Denis 75001 (Diagonal) Monop' 65 rue de Turbigo 75003 'A2 Pas) Monop RER Châtelet Les Halles 75001 (Marks & Spencer Food) Franprix 85 bis rue de Réaumur 75002 (A2 Pas) Franprix 42 rue de Turbigo 75002 (Intermarché) Franprix 16 rue du Grenier saint Lazare 75003 (A2 Pas puis La Vie Claire) Marché d'à côté 343 rue Saint Martin 75003 (A2 Pas puis Franprix !)

A noter qu'au 343 rue saint martin 75003, Franprix a remplacé en 2017 ou 2018 A2 Pas.

Dans sa décision de 2013, l'autorité de la concurrence a traité de la question de l'exclusion ou non des magasins Marché d'à côté. La décision ne permet pas de savoir si oui ou non ces magasins exploités sous une enseigne du groupe Casino ont été exclus, ni pourquoi. Le point 241 est déclaré confidentiel.

Le fait que ce Marché d'à côté du 343 rue Saint Martin ait été repris par A2 Pas donne plutôt le signal d'un magasin cédé (parmi les 55 à Paris) à un concurrent, et non d'un magasin concurrent repris par un concurrent.

En infraction par conséquent avec les engagements pris pour une durée de 10 ans, pendant laquelle Casino ne peut réacquérir les magasins cédés, ni acquérir sur ceux-ci une influence directe ou indirecte. La société Proxymartin qui détient le magasin a été pourtant acquise à 100 % par Casino selon le document de référence de ses comptes 2018..

Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 4 Monoprix du 15 boulevard Saint Denis 75004 70-80 %

11/7 selon AC 10/7 selon recoupement zone de 500 m

4 magasins fermés Monop' 65 rue de Turbigo 75003 (A2 Pas) Franprix 85 bis rue de Réaumur 75002 (A2 Pas) Franprix 42 rue de Turbigo 75002 (Intermarché) Marché d'à côté 343 rue Saint Martin 75003 (A2 Pas puis Franprix !)

Même remarque que la zone 3 relativement au 343 rue Saint Martin 75003.

Zone 5 Monop' du 4 rue de la Bourse 75002 60-70 %

3/1 selon AC 3/1 selon recoupement zone de 300 m

2 magasins fermés Franprix 9 rue du 4 Septembre 75002 (A2 Pas) Monop' 15 rue du 4 Septembre 75002 (Intermarché)

Zone 6 Monop' 15 rue du 4 Septembre 75002 90-100 %

4/0 selon AC 4/0 selon recoupement zone de 300 m

3 magasins fermés Franprix 9 rue du 4 septembre 75002 (A2 Pas) Monop' 15 rue du 4 Septembre 75002 (Intermarché)

1 autre magasin fermé mais en 2018 Monoprix 24 bd des Italiens 75009 (pas de concurrent après)

Zone 7 Monoprix 164 rue du Temple 75003 90-100 %

9/1 selon AC 9/1 selon recoupement zone de 500 m

3 magasins fermés : Monop' 65 rue de Turbigo 75003 (A2 Pas) Monop' 17 bd Saint Martin 75003 (Intermarché) Monop' 48 rue de Malte 75011 (A2 Pas)

Zone 8 Monop' 17 bd Saint Martin 75003 90-100 %

6/0 selon AC 6/0 selon recoupement zone de 300 m

2 magasins fermés Monop' 17 bd Saint Martin 75003 (Intermarché) Monop' 65 rue de Turbigo 75003 (A2 Pas)

Seules deux cessions sur 6, pour des magasins de taille réduite, semblent insuffisantes. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 9 Monop' 65 rue de Turbigo 75003 90-100 %

5/1 selon AC 5/1 selon recoupement zone de 300 m

4 magasins fermés Monop' 17 bd Saint Martin 75003 (Intermarché) Monop' 65 rue de Turbigo 75003 (A2 Pas) Franprix 42 rue de Turbigo 75002 (Intermarché) Franprix 43 rue Notre Dame de Nazareth 75003 (Coccinelle)

Zone 10 Monop' 34 rue de Rivoli 75004 70-80 %

4/1 selon AC 4/1 selon recoupement zone de 300 m

2 magasins fermés Monop' 34 rue de Rivoli 75004 (Intermarché) Franprix 16 rue du Roi de Sicile 75004 (A2 Pas)

Zone 11 Monoprix 71 rue Saint Antoine 75004 70-80 %

5/2 selon AC 5/2 selon recoupement zone de 500 m

2 magasin fermé Franprix 16 rue du Roi de Sicile 75004 (A2 Pas) Franprix 16 rue de la Cerisaie 75004 (Bio C Bon)

Zone 12 3 magasins Monop' 135 bd Saint Martin 75004 Monop' 6 bd de Sébastopol 75004 Monop' 87 rue de la Verrerie 75004 50-60 %

8/7 selon AC 8/5 selon recoupement zone de 300 m

3 magasins fermés Monop' 87 rue de la Verrerie 75004 (Naturalia !) Monop' 131 rue Saint Denis 75001 (Diagonal) Franprix 16 rue du Grenier Saint Lazare 75016 (A2 Pas puis La Vie Claire)

Zone 13 2 magasins Monop' 35 bd Saint Michel 75005 Monoprix 24 bd Saint Michel 75006 60-70 %

6/7 selon AC 6/6 selon recoupement zone de 300 m pour le Monop' et de 500 m pour le Monoprix

2 magasin fermé Monop' 35 bd Saint Michel 75005 (Marks & Spencer Food) Franprix 6 rue de la Harpe 75005 (autre supermarché A2 Pas ? puis rien)

Zone 14 Monoprix 7 rue du Dragon 52 rue de Rennes 75006 70-80 %

3/1 selon AC 4/1 selon recoupement zone de 500 m

3 magasins fermés Franprix 71 rue de Rennes 75006 (G20 puis Carrefour) Franprix 90 rue de Rennes 75006 (A2 Pas) 31 rue Mazarine 75006 (A2 Pas puis La Vie Claire)

Zone 15 Monop' 55 bd du Montparnasse 75006 60-70 %

3/3 selon AC 3/1 selon recoupement zone de 300 m

1 magasin fermé Monop' 55 bd du Montparnasse 75006 (G20)

Zone 16 Monoprix 107 rue de la Boétie 75008 60-70 %

4/4 selon AC 4/2 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 35 rue de Ponthieu 75008 (A2 Pas puis Carrefour)

Zone 17 Monop' 6 rue de la Pépinière 75008 60-70 %

3/1 selon AC 3/1 selon recoupement zone de 300m

2 magasins fermés Monop' 6 rue de la Pépinière 75008 (Marks & Spencer) Franprix 9 rue de Laborde 75008 (A2 Pas puis G20)

Zone 18 Monoprix 1 rue la Boétie 75008 60-70 %

5/4 selon AC 5/4 selon recoupement zone de 500 m

2 magasins fermés Monop' 6 rue de la Pépinière 75008 (Marks & Spencer) Franprix 9 rue de Laborde 75008 (A2 Pas puis G20)

A noter que le Marché d'à côté 15 rue de Rome 75008 peut être compté comme un concurrent pour que le comptage des magasins corresponde. Pourtant, ce Marché d'à côté a été remplacé par un Intermarché fin 2013 début 2014 ! Comme si ce magasin permettait à la concurrence de se développer face à Casino ?

Question posée à l'Autorité de la concurrence. Le magasin Marché d'à côté du 15 rue de Rome 75008 remplacé par Intermarché fait-il partie de la liste des 55 magasins devant être cédés à Paris ?

Zone 19 Monoprix 24 bd des Italiens 75009 80-90 %

6/2 selon AC 5/2 selon recoupement zone de 500 m

3 magasins fermés Franprix 9 rue du 4 septembre 75002 (A2 Pas) Monop' 15 rue du 4 septembre 75002 (Intermarché) Franprix 48 rue de la Chaussée d'Antin 75009 (Marks & Spencer)

1 autre magasin fermé mais en 2018 Monoprix 24 bd des Italiens 75009 (pas de concurrent après). Toutefois, 2 Franprix (11 rue Scribe 75009 et 19 rue Chauchat 75009) ont été ouverts en 2018 et un Monop' 9 rue Lafayette 75009 en 2015. Comment autant d'ouvertures de magasins sous enseigne Casino sont-elles possibles dans une zone jugée problématique en 2013 ?

 

copie écran zone 19 24 bd des Italiens 75009

copie écran zone 19 24 bd des Italiens 75009

Zone 20 Monoprix 52 rue de Caumartin 75009 70-80 %

7/2 selon AC 7/2 selon recoupement zone de 500 m

3 magasins fermés Franprix 48 rue de la Chaussée d'Antin 75009 (Marks & Spencer) Monop' 6 rue de la Pépinière 75008 (Marks & Spencer) Franprix 9 rue de Laborde 75008 (A2 Pas puis G20)

Même remarque que AC 18 avec le Marché d'à côté 15 rue de Rome 75008.

Zone 21 Monop' 16 rue du Faubourg Montmartre 75009 60-70 %

11/8 selon AC 8/8 selon recoupement (insatisfaisant) zone de 500 m

2 magasins fermés Monop' 12 rue de Châteaudun 75009 (Intermarché) Franprix 39 rue Richer 75009 (Naturalia)

Zone 22 Monoprix 91 rue du faubourg saint Antoine 75010 50-60 %

10/8 selon AC 10/6 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 3 rue des Petits Hôtels 75010 (Diagonal puis G20)

Zone 23 Monop' 13 rue du 8 mai 1945 75010 70-80 %

3/1 selon AC 3/1 selon recoupement zone de 300 m

1 magasin fermé Franprix 3 rue des Petits Hôtels 75010 (Diagonal puis G20)

Zone 24 Monop' 42 rue Saint Maur 75011 50-60 %

8/7 selon AC 8/7 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 88 bd de Ménilmontant 75020 (A2 Pas)

Autre magasin fermé mais en 2018 Franprix 72 av Parmentier 75011 (Biocoop)

Zone 25 Monop' station 60 62 cour Saint Emilion 75012 90-100 %

3/0 selon AC 3/0 selon recoupement ; les hyper semblent comptés dans le calcul des parts mais pas dans le nombre de concurrents.

1 magasin fermé mais pas cédé à une autre enseigne : Monop' station 60 62 cour Saint Emilion 75012. Comment la concurrence est-elle respectée dans cette zone suite à cette fermeture ? Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Certes un Carrefour City a ouvert mi 2016 au 5 cour Saint Emilion 75012.

Zone 26 Monoprix 104 avenue de France 75013 90-100 %

4/0 selon AC 2/0 selon recoupement non satisfaisant. Deux hyper Géant 13 place de Vénétie 75013 (à 1,3 km) et Casino 125 bd Vincent Auriol 75013 (à 1,0 km).

1 magasin fermé Franprix 64 rue du Chevaleret 75013 (A2 Pas)

Zone 27 Monop' 23 bis boulevard Arago 75013 90 100 %

4/0 selon AC 4/0 selon recoupement, zone de 300 m

1 magasin fermé Franprix 3 bd de Port Royal 75013 (G 20)

Zone28 Monoprix 92 rue d'Alésia 75014 50-60 %

8/5 selon AC 8/5 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Monop' 69 avenue du Général Leclerc 75014 (Marks & Spencer Food).

Zone 29 3 magasins Monoprix 8 av du Général Leclerc 75014 Monoprix 54 54 avenue du Général Leclerc 75014 Monop' 88 rue de la Tombe Issoire 75014 50-60 %

9/7 selon AC 10/7 selon recoupement, zone de 500 m pour les Monoprix et 300 m pour le Monop

2 magasins fermés Monop' 88 rue de la Tombe Issoire 75014 (U Express), Monop' 69 avenue du Général Leclerc 75014 (Marks & Spencer Food).

Zone 30 2 magasins Monop' 327 329 rue de Vaugirard 75015 Monoprix 340 rue de Vaugirard 75015 70-80 %

9/5 selon AC 10/5 selon recoupement zone de 500 m

3 magasins fermés Monop' 327 329 rue de Vaugirard 75015 (A2 Pas) Franprix 118 rue de l'Abbé Groult 75015 (A2 Pas puis Coccinelle) Franprix 25 rue Desnouettes 75015 (Carrefour City)

Zone 31 2 magasins Monoprix 105 rue de la Convention 75015 Monop' 88 av Félix Faure 75015 50-60 %

8/9 selon AC 8/7 selon recoupement zone de 500 m pour le Monoprix de 300 m pour le Monop'

2 magasins fermés Monop' 88 av Félix Faure 75015 (Bio C Bon) Monop' 31 rue de Lourmel 75015 (A2 Pas puis Intermarché)

Zone 32 Monoprix 76 rue Lecourbe 75015 80-90 %

7/4 selon AC 7/4 selon recoupement zone de 500 m

2 magasins fermés Franprix 36 rue Pérignon 75015 (A2 Pas) Casino supermarché 115 rue Lecourbe 75015 (A2 Pas)

 

copie écran zone 32 76 rue Lecourbe 75015

 

copie écran my maps 76 rue Lecourbe 75015

Zone 33 Monoprix 19 rue Linois 75015 60-70 %

6/6 selon AC 6/6 selon recoupement zone de 500 m

2 magasins fermés Monop' 81 rue de Lourmel 75015 (A2 Pas puis Intermarché) Franprix 17 21 rue de Javel 75015 (Simply market, auchan)

Zone 34 Monop' 28 bd de Grenelle 75015 60-70 %

2/2 selon AC 2/2 selon recoupement zone de 300 m

1 magasin fermé Monop' 28 bd de Grenelle 75015 (A2 Pas)

Zone 35 Monop' 128 avenue de Suffren 75015 90-100 %

2/1 selon AC 2/1 selon recoupement zone de 300 m

1 magasin fermé Franprix 36 rue Pérignon 75015 (A2 Pas)

Zone 36 2 magasins Monop' 77 rue des Entrepreneurs 75015 Monop' 81 rue de Lourmel 75015 50-60 %

5/4 selon AC 5/4 selon recoupement

1 magasin fermé Monop' 81 rue de Lourmel 75015 (A2 Pas puis Intermarché)

Zone 37 Monoprix 18 rue de Passy 75016 60-70 %

5/4 selon AC 6/1 selon recoupement zone de 500 m

2 magasins fermés Franprix 12 rue Duban 75016 (Marks & Spencer) Franprix 88 av Paul Doumer 75016 (A2 Pas puis Intermarché)

Le magasin Franprix 25 rue de la Tour 75016 est-il considéré comme indépendant et compté comme un concurrent ?

2 Franprix ont été ouverts en 2017 et 2018. La zone semble demeurer problématique. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

 

copie écran zone 37 18 rue de Passy 75016

 

copie écran my maps zone 37

 

Zone 38 Monop' 11 rue du Dôme 75016 90-100 %

5/0 selon AC 5/0 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 14 avenue de la Grande Armée 75017 (Intermarché).

1 seul magasin fermé dans cette zone semble insuffisant. De plus un Monop' a ouvert fin 2014 au 41 rue Galilée 75016. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

 

copie écran zone 38 11 rue du dome 75016

copie écran my maps zone 38

Zone 39 Monoprix 24 rue des Belles Feuilles 75016 90-100 %

6/2 selon AC 6/2 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Leader Price 46 bis rue Saint Didier 75016 (U Express)

1 Monop' a été ouvert en 2019 au 38 avenue Bugeaud 75016 et un Carrefour Market en 2018 au 181 avenue Victor Hugo 75016. La cession d'un seul magasin semble insuffisante. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 40 Monoprix 49 rue d'Auteuil 75016 50-60 %

3/1 selon AC 3/1 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 33 rue Raffet 75016 (A2 Pas).

Curieusement un Monoprix a ouvert en 2014 2015 au 109 avenue Mozart 75016 sans qu'il ait été compté dans le nombre des magasins Casino par l'autorité de la concurrence dans son calcul de 2013. Même si l'hypermarché Carrefour d'Auteuil semble expliquer la fourchette de 50 - 60 %, l'ouverture d'un Monoprix pose question. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

Zone 41 Monoprix 25 av des Ternes 75017 60-70 %

7/4 selon AC 7/4 selon recoupement zone de 500 m.

3 magasins fermés Franprix 10 rue de Saint Senouch 75017 (A2 Pas) Franprix 14 avenue de la Grande Armée 75017 (Intermarché) Franprix 22 avenue Hoche 75008 (Carrefour City)

Zone 42 Monoprix 13/15 rue de Lévis 75017 80 90 %

8/3 selon AC 7/2 selon recoupement zone de 500 m. Il y a 2 entrées pour le Monoprix dans deux immeubles différents (1 rue de Lévis 1 rue des dames), il est possible que cela explique l'écart entre 7 et 8.

2 magasins fermés Franprix 92 rue de Lévis 75017 (A2 Pas) Franprix 23 rue de Constantinople 75008 (A2 Pas)

Zone 43 Monoprix 89 rue Philippe de Girard 75018 70-80 %

4/3 selon AC 4/2 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 19 27 rue Myrha 75018 (G20)

Zone 44 Monoprix 13 15 avenue de Secrétan 75019 80-90 %

10/3 selon AC 10/3 selon recoupement zone de 500 m

1 magasin fermé Franprix 26 rue de Meaux 75019 (Kosher street puis Hyper Casher), donc pas par un concurrent.

1 magasins fermé en 2018 Franprix 39 rue Bouret 75019, pas remplacé à avril 2019.

Un Franprix a ouvert en 2017 87 quai de la Seine 75019 et un Monop' a ouvert en 2017 22 rue Louis Blanc 75010.

Le respect de la concurrence dans cette zone semble problématique. Question posée à l'Autorité de la concurrence.

 

copie écran zone 44 13 Secrétan 75019

copie écran my maps zone 44

Zone 45 Monoprix 119 avenue de Flandre 75019 60-70 %

8/6 selon AC 8/4 selon recoupement zone de 500 m

3 magasins fermés Franprix 73 rue Curial 75019 (A2 Pas) Franprix 7 rue Riquet 75019 (A2 Pas) Franprix 155 avenue de Flandre 75019 (Carrefour City).

Zone 46 Monop' 200 av Jean Jaurès 75019 80-90 %

3/1 selon AC 3/1 selon recoupement, zone de 300 m.

1 magasin fermé Monop' 200 av Jean Jaurès 75019 (G20)

Zone 47 Monoprix 20 bd de Charonne 75020 70-80 %

5/6 selon AC 5/5 selon recoupement zone de 500 m

2 magasins fermés Franprix 70 bd de Charonne 75020 (A2 Pas puis G20) Franprix 50 rue de Buzenval 75020 (A2 Pas puis G20)

L'Enquête Casino. Volet 2. Questions sur des publications du groupe CASINO

L'Enquête Casino

Volet 1. Éclairage sur les magasins Zouari, principal franchisé du Groupe Casino

Volet 2. Questions sur des publications du groupe CASINO

Volet 3. Distribution alimentaire à Paris. L'Autorité de la concurrence a-t-elle fait le nécessaire pour remédier aux zones problématiques identifiées en 2013 ?

 

L'Enquête Casino. Volet 2. Questions sur des publications du groupe CASINO

 

Par voie de communiqué de presse du 17 décembre 2019, l'Autorité des Marchés Financiers a clôturé l'enquête ouverte le 12 février 2016 portant sur l'information financière et sur les agissements de la société MUDDY WATER CAPITAL. Des lettres d'observation ont été adressées aux deux camps.

https://www.amf-france.org/Actualites/Communiques-de-presse/AMF/annee-2019

Le 8 août 2018, la société Bernstein (Sanford C. Bernstein Limited) publiait un rapport portant notamment sur les relations de Casino avec ses franchisés en France.

Le même jour, le Groupe Casino répondait ne pas avoir d'obligation de racheter les magasins transférés en franchises, contrairement à ce qui est mentionné dans le rapport de Bernstein.

https://www.groupe-casino.fr/wp-content/uploads/2018/08/2018-08-08-CP-Casino-rejette-les-estimations-de-Bernstein-liees-aux-operations-avec-ses-franchises.pdf

Mais le recoupement entre de nombreuses informations publiques sur CASINO ou des franchisés montrent que des questions peuvent être posées sur la fiabilité de certaines informations.

Des questions ont été posées non seulement à CASINO, mais également à l'un de ses principaux master franchisé, le groupe ZOUARI, ainsi qu'à l'Autorité des Marchés Financiers et l'Autorité de la Concurrence. Se référer à l'annexe.

Très récemment, le groupe CASINO, en quête de financements, a émis début novembre 2019 une émission obligataire de 800 millions d'euros via une filiale du nom de QUATRIM. Le prospectus associé à cette opération, du 11 décembre 2019, est daté postérieurement à l'opération, et sans que la groupe Casino ne le mette à disposition sur son site dédié à cet effet.

Que dans le même document de référence une filiale de taille significative semble apparaître de manière contradictoire comme détenue à 49 % et à 100 % n'est pas anodin.

Et pourtant l'AMF se contente de répondre qu'elle ne fait pas de commentaire sur une société en particulier. Circulez il n'y a rien à dire.

Ce volet 2 de L'Enquête Casino doit permettre d'améliorer le niveau d'exigence de la fiabilité des informations publiées par les sociétés cotées.

Révélations donc sur ces anomalies identifiées relativement à la communication financière du groupe CASINO.

A) L'information relative à la cession de 49 % de magasins déficitaires supermarchés Casino à un master franchisé est-elle correcte dans le document de référence des comptes 2017 de Casino et dans un prospectus d'émission obligataire ?

B) Les options d'achat pour CASINO sur 51 % de parts de magasins déficitaires transférés en 2015 et 2016 à des master franchisés sont-elles considérées par l'Autorité de la Concurrence comme présentant une contrainte pour CASINO ? En question, le communiqué de presse Casino du 8 août 2018 affirmant que Casino n'a pas d'obligation de racheter les magasins transférés à ses multi franchisés. Lire B)

C) Y a-t-il un pourcentage de détention contradictoire pour la société HOLDING MAG ILE DE FRANCE dans le document de référence des comptes 2018 de Casino ?

D) Questions sur la prospectus daté du 11 décembre 2019 d'émission obligataire QUATRIM : document provisoire connu de privilégiés, non-publication sur le site Casino du prospectus définitif, date d'émission et cotation de l'obligation antérieure à la date de publication du prospectus définitif

 

A) Induction en erreur dans le document de référence du Groupe Casino des comptes 2017 sur le nombre de magasins déficitaires Casino supermarchés cédés à 49 % à un master franchisé

Dans le document de référence des comptes 2016 de Casino figure l'information d'une cession de 49 % de 12 magasins Casino supermarchés déficitaires à un master franchisé pour une perte nette de 34 millions d'euros et une option d'achat exerçable en 2019.

Dans le document de référence des comptes 2017 il est question d'une cession de 49 % de 21 magasins Casino supermarchés à un master franchisé en deux groupes de magasins, pour une perte nette de 30 millions d'euros, avec des options exerçables entre novembre 2018 et octobre 2020.

Dans la partie Opérations de périmètre réalisées en 2016 du même document de référence des comptes 2017, l'opération avec 12 magasins Casino supermarchés est rappelée.

Pourtant, il semble bien qu'il n'y ait eu au total que 21 supermarchés Casino déficitaires cédés à 49 % à un master franchisé et non 33 comme peut le laisser comprendre le document de référence des comptes 2017 de Casino.

Cette présomption est renforcée par l'existence d'une seule décision de l'Autorité de la concurrence, celle du 3 février 2017 relative à la prise de contrôle conjoint d'un groupe de 21 supermarchés Casino avec la famille ZOUARI.

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/sites/default/files/commitments//17DCC14decisionversionpublication.pdf

 

copie ecran autorité de la concurrence 3 février 2017 21 supermarchés casino

copie ecran autorité de la concurrence 3 février 2017 21 supermarchés Casino

 Dans le plus récent prospectus du 11 décembre 2019 relatif à l'opération de financement obligataire QUATRIM de 800 millions d'euros lancée en novembre 2019, les deux opérations sur 12 et 21 supermarchés Casinos sont présentes, pouvant laisser comprendre qu'un total 33 magasins Casino supermarchés déficitaires ont été cédés.

De plus, la perte nette communiquée pour 21 magasins déficitaires de 30 millions d'euros est incohérente avec la perte nette de 34 millions d'euros pour 12 magasins déficitaires, si les 12 magasins déficitaires font partie du groupe de 21 magasins déficitaires.

L'information dans le document de référence des comptes 2017 relative à la cession de 49 % de magasins déficitaires supermarchés Casino à un master franchisé peut-elle donc induire en erreur sur le nombre exact de magasins concernés ?

B) Communiqué de presse du 8 août 2018 du Groupe Casino en réponse au rapport de la société Bernstein

Le 8 août 2018, la société Bernstein (Sanford C. Bernstein Limited) publiait un rapport portant notamment sur les relations de Casino avec ses franchisés en France.

Dans le communiqué de presse du 8 août 2018, le Groupe Casino affirme ne pas avoir d'obligation de racheter les magasins transférés en franchises, contrairement à ce qui est mentionné dans le rapport de Bernstein.

https://www.groupe-casino.fr/wp-content/uploads/2018/08/2018-08-08-CP-Casino-rejette-les-estimations-de-Bernstein-liees-aux-operations-avec-ses-franchises.pdf

Parmi, les master franchisés cités, M Zouari et Hadjez, décrits comme des partenaires de longue date, majeurs, bien connus du groupe, avec de fortes capacités financières.

Dans les documents de référence des comptes 2016 2017 et 2018, recoupés avec les décisions de l'autorité de la concurrence, les opérations de prise de contrôle conjoint à 51 % par la famille ZOUARI aux côtés de Casino sont accompagnées d'options d'achat pour Casino.

Dans le cas des cessions au même master franchisé, au premier semestre 2018, de 40 % de Leader Price, de Franprix et de 5 supermarchés Casino, le document de référence des comptes 2018 de Casino évoque un engagement de rachat au master franchisé sur 40 % et une promesse de vente au profit de Casino.

Comme de telles obligations de rachat ne concernent pas des magasins transférés en franchise mais des cessions sans perte de contrôle exclusif, le communiqué de Casino du 08 août 2018 semble exact.

Mais le traitement différend par l'Autorité de la Concurrence des deux master franchisés M ZOUARI et M HADJEZ pose question.

Dans le cas du master franchisé M HADJEZ (décision du 14 janvier 2016 n°16-DCC-04), la prise de contrôle est exclusive concernant la société HOLDIMAG détenue à 49 % par FLPH et à 51 % par une société de M HADJEZ.

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/sites/default/files/commitments//16DCC04decisionversionpublication.pdf

Dans le cas du master franchisé M ZOUARI (décision du 15-DCC-168 du 1 décembre 2015 et décision n°16-DCC-73 du 20 mai 2016), la prise de contrôle est conjointe concernant la société HOLDINGMAG 2 détenue à 49 % par FLPH et à 51 % par une société de la famille ZOUARI.

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/sites/default/files/commitments//15DCC168decisionversionpublication.pdf

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/sites/default/files/commitments//16DCC73VersionPublication.pdf

3

copie écran décision autorité de la concurrence

 Contrairement au cas de M Hadjez, l'autorité de la concurrence ne fournit aucun détail pour expliquer une qualification en contrôle conjoint ou bien n'indique pas l'existence d'options.

Dans l'opération avec M HADJEZ, l'autorité de la concurrence estime que la faculté de rachat des titres (promesse de vente consentie par la société de M HADJEZ à FLPH) détenus par la société de M HADJEZ dans HOLDIMAG, "constitue une option pour CASINO dont l'exercice n'est pas contraint et conditionné à la survenance de faits générateurs hors du contrôle de Casino ou exerçable au plus tôt, à partir du [...]. Dans ces conditions, les droits conférés au groupe Casino ne sont pas de nature à lui conférer une influence déterminante sur HOLDIMAG". L'autorité de la concurrence ajoute en bas de page concernant ses lignes directrices : "ou encore de l’existence d’options d’achat ; en elles-mêmes, de telles options ne peuvent conférer un contrôle sur la période antérieure à leur exercice, à moins que cette option ne s'exerce dans un proche avenir conformément à des accords juridiquement contraignants, mais elles peuvent venir conforter d’autres indices d’une influence déterminante »"

Un raisonnement inverse est-il tenu dans le cas de l'opération avec la famille ZOUARI pour entraîner une qualification en contrôle conjoint plutôt qu'en contrôle exclusif ?

Le contenu de la décision des associés du 18 janvier 2016 pour HOLDIMAG et du 30 juin 2016 pour HOLDING MAG ILE DE FRANCE est comparable sur de nombreux points, dont notamment : existence d'une promesse de vente, décisions importantes à la majorité des 2 tiers pour la mise en location gérance de tout magasin, ou pour toute fermeture ou transfert de magasin (à partir du 5 ème au cours de l'année civile pour HOLDIMAG à partir du 10 ème pour HOLDING MAG ILE DE FRANCE).

De ce qui précède, l'Autorité de la concurrence ne tend-elle pas à considérer que les options d'achat pour CASINO présentent une contrainte pour CASINO ?

Mais un événement postérieur à la clôture qui figure dans les comptes 2017 (certifiés le 18 septembre 2018 par les commissaires aux comptes ERNST & YOUNG et SOFIDEM) de HOLDING MAG ILE DE FRANCE indique que FLPH (Casino) s'est engagée à racheter 20 sociétés.

Toutes ces sociétés (magasins Franprix ou Leader Price) sont passées sous gestion ZOUARI en 2016 ou en 2018.

 

Copie écran page 9 comptes 2017 HOLDING MAG ILE DE FRANCE

copie écran engagement de rachat dans HOLDING MAG ILE DE FRANCE comptes 2017

copie écran communiqué de presse Casino 8 aout 2018

copie écran communiqué de presse Casino 8 août 2018

Est-il donc exact pour Casino d'affirmer le 8 août 2018 qu'il n'existe pas d'obligation de racheter les magasins en franchise alors que les comptes 2017 de HOLDING MAG ILE DE FRANCE certifiés le 18 septembre 2018 montrent qu'il existe des obligations de rachat sur 20 sociétés ?

 

C) Contradiction dans le document de référence des comptes 2018 de Casino sur le pourcentage de détention dans HOLDING MAG ILE DE FRANCE : 49 % ou 100 %

Dans la décision du 20 mai 2016 de la Décision de l'Autorité de la Concurrence, il est mentionné la SNC Holdingmag2 par laquelle un groupe de 119 magasins est transféré à la famille Zouari alors qu'elle en détient déjà 71. Dans ses comptes 2017, ce sont 131 magasins détenus, il s'agit donc d'une société importante.

HoldingMag2 va changer de dénomination et s'appeler Holding Mag Ile de France.

Les documents de référence du groupe Casino pour les comptes 2015 à 2018 montrent une participation de 49 % dans Holding Mag 2. Il semble que Holding Mag 2 corresponde à HOLDING MAG ILE DE FRANCE.

D'après les comptes 2017 de CAPDIS, cette dernière détient bien 51 % de HOLDING MAG ILE DE FRANCE, tandis que d'après les comptes 2017 de FLPH, cette dernière détient 49 % de HOLDING MAG 2.

Mais d'après les comptes 2018 de Franprix Leader Price Holding, HOLDIMAG IDF (HOLDING MAG ILE DE FRANCE ?) est détenu à 100 % par FLPH (apparition en 2018 dans la liste des filiales, disparition de HOLDING MAG 2), corroborant d'une part les statuts mis à jour de HOLDING MAG ILE DE FRANCE (associé unique, AGE du 26 décembre 2018 augmentation en numéraire de 57 213 000 euros) et le document de référence des comptes 2018 du groupe CASINO selon lequel le sous-groupe FLPH Franprix-Leader Price Holding a pris le contrôle exclusif de HOLDING MAG ILE DE FRANCE en 2018.

Néanmoins le document de référence des comptes 2018 du groupe CASINO est contradictoire car :

- d'une part dans la Note 17 des principales sociétés consolidées HOLDING MAG 2 est détenu à 49 % ;

- d'autre part dans la partie 2.5.1 Prises de participation et de contrôle en 2018, Groupe Distribution Casino France sous-groupe Franprix-Leader Price Holding, la société HOLDING MAG ILE DE FRANCE est maintenant détenue à 100 %.

 

Doc Ref comptes 2018 contradiction Holding Mag Ile de France

copie écran extraits document référence comptes 2018

 

D) Prospectus de l'opération de refinancement obligataire de novembre 2019 via QUATRIM SAS

Les Echos évoque le 6 novembre 2019 une version préliminaire du prospectus relatif à l'opération de refinancement annoncée le 22 octobre, de près de 800 pages, daté du 30 octobre 2019, qui circule dans les marchés.

Casino affirmerait dans ce document être visé par une enquête de l'Autorité des Marchés Financiers pour les exercices 2014 à 2016 sur l'exactitude, le caractère suffisamment détaillé et le timing de certaines opérations financières publiées par le groupe, en particulier le traitement comptable de sa participation dans Mercialys et certaines transactions immobilières.

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/ces-facteurs-de-risques-que-casino-navait-jamais-mentionnes-1145725

Casino ne met pas en ligne (dernière consultation le 14 janvier 2020) de prospectus lié à cette opération de financement obligataire, opéré par sa filiale Quatrim SAS.

Il s'agit de la ligne Obligations high yield sécurisées EUR 800 M coupon 5,875 % XS2010039118 XS2010038490

https://www.groupe-casino.fr/obligations/

 

copie ecran casino liste obligations

copie écran liste des obligations

Le 13 novembre 2019, Casino a publié un communiqué de presse saluant le succès de son émission obligataire. Alors que le prospectus sur lequel les investisseurs doivent s'appuyer est daté du 11 décembre 2019 !

copie ecran page prospectus 11 décembre 2019

copie écran page 1 du prospectus en date du 11 décembre 2019 pour une émission souscrite

https://www.groupe-casino.fr/wp-content/uploads/2019/11/Succes-de-l-offre-de-rachat-obligataire-pour-un-montant-total-de-plus-de-750ME.pdf

Est-il normal que seules des salles de marché aient eu accès à un tel document (provisoire de surcroît), faisant d'eux des privilégiés à l'information financière, alors que de nouveaux risques jusque-là non-communiqués par Casino y sont dévoilés selon Les Echos ?

Est-il normal que le prospectus, en date du 11 décembre 2019, ne soit toujours mis en ligne sur le site https://www.groupe-casino.fr/obligations/ ?

Est-il normal pour une société de procéder à une émission de titres cotés (date d'émission du 20 novembre 2019) en l'absence d'un prospectus définitif (11 décembre 2019) ?

Toutes ces questions ont été posées à l'AMF. Mais l'AMF dit ne pas faire de commentaire sur des sociétés en particulier.

ANNEXE Questions posées

1) Casino : questions posées par courriel le 14 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020, pas de réponse obtenue

2) M Zouari : questions posées par courrier envoyé le 15 janvier 2020 ; un courriel de relance a été adressé le mercredi 22 janvier 2020 à M Zouari. Un communicant externe qui s'est présenté comme accompagnant M Zouari dans la gestion des relations avec la presse m'a alors contacté. Une conversation téléphonique a eu lieu, à l'issue de laquelle il n'est pas assuré qu'une réponse aux questions posées sera ttransmise ou pas.

3) Autorité de la Concurrence : questions posées par courriel le 15 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020 ; pas de réponse obtenue ; me demande en quelle qualité toutes ces demandes sont soumises avant de se rapprocher du service concerné

4) Autorité des Marchés Financiers : questions posées par courriel le 16 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020 ; réponse obtenue L'AMF ne fait pas de commentaire sur des sociétés en particulier

L'Enquête Casino. Volet 1. Éclairage sur les magasins Zouari, principal franchisé du Groupe Casino

L'Enquête Casino

Volet 1. Éclairage sur les magasins Zouari, principal franchisé du Groupe Casino

Volet 2. Questions sur des publications du groupe CASINO

Volet 3. Distribution alimentaire à Paris. L'Autorité de la concurrence a-t-elle fait le nécessaire pour remédier aux zones problématiques identifiées en 2013 ?

 

L'Enquête Casino. Volet 1. Éclairage sur les magasins Zouari, principal franchisé du Groupe Casino

 

Début octobre 2019, un groupe français jusque-là assez discret est mis en avant par les médias économiques. L'enseigne de surgelés Picard fait alors l'objet d'une offre de 156 millions d'euros pour en prendre 43 %.

Challenges titre alors le 4 octobre 2019 Qui se cache derrière le groupe Zouari qui va reprendre Picard ?

https://www.challenges.fr/classement/classement-des-fortunes-de-france/qui-se-cache-derriere-le-groupe-zouari-qui-va-reprendre-picard_599390

Challenges ressort alors l'article qui avait été consacré à Moez-Alexandre et Soraya Zouari en juillet 2018, couple peu connu selon le magazine qui gère pourtant environ 500 magasins du groupe Casino dans sa mise à jour d'octobre 2019. Avec une fortune estimée à 600 millions d'euros.

 

1

copie écran article de Challenges

 Le groupe Zouari, la famille Zouari, les médias en parlent ainsi :

- "Méconnu du grand public, rare dans les médias, l'entrepreneur franco-tunisien intrigue" dans Entreprendre.fr le 12 novembre 2019

https://www.entreprendre.fr/qui-est-moez-alexandre-zouari-le-prochain-patron-de-picard/

- "ce couple secret qui rachète les surgelés Picard" titre Le Journal du Dimanche le 7 octobre 2019

https://www.lejdd.fr/Economie/les-zouari-ce-couple-secret-qui-rachete-les-surgeles-picard-3923849

- "Soraya et Moez-Alexandre Zouari vivaient jusquici dans lombre du groupe Casino, dont ils sont les premiers franchisés" soulignait Capital.fr le 17 décembre 2019

https://www.capital.fr/entreprises-marches/et-si-le-groupe-casino-parvenait-a-sen-sortir-1357931

A l'issue de plusieurs mois d'enquête pour identifier un à un les magasins dans lesquels la famille Zouari est ou a été impliqués, le présent article permet d'en savoir davantage sur l'historique des magasins sous enseigne Casino de la famille Zouari.

Des questions ont été adressées par courrier le mercredi 15 janvier 2020 à l'adresse de la société PRO DISTRIBUTION. Un courriel de relance a été adressé le mercredi 22 janvier 2020 à M Zouari. Un communicant externe qui s'est présenté comme accompagnant M Zouari dans la gestion des relations avec la presse m'a alors contacté. Une conversation téléphonique a eu lieu, à l'issue de laquelle il n'est pas assuré qu'une réponse aux questions posées sera ttransmise ou pas.

Des questions ont également été adressées le mercredi 15 janvier 2020 au service communication de l'Autorité de la Concurrence pour ce qui concerne :

- la décision du 3 février 2017 sur le contrôle conjoint de 21 magasins supermarchés Casino,

- ainsi que le communiqué de presse du 13 décembre 2019 portant sur la prise de contrôle exclusif par Casino de 198 points de vente détenus conjointement avec la famille Zouari.

Relancée par courriel le 21 janvier 2020, l'Autorité de la concurrence répondait qu'elle n'avait pas encore transmis les questions.

Actuellement, l'ordre de grandeur estimé du nombre de magasins sous enseigne Casino sous gestion ZOUARI est de la centaine, essentiellement des Franprix et des Monop'.

A) 1988 - 2014 la montée en puissance, principalement par PRO DISTRIBUTION, filiale Casino à 60 % à fin 2015 puis à 70 % à fin 2018

B) 2015 2018 La hausse fulgurante

C) Les créations récentes de fonds de commerce

D) Totalisation des magasins identifiés sous gestion Zouari (actuels ou non)

E) Un nombre de magasins sous gestion Zouari en baisse depuis 2018

F) Groupe Casino Franchisés

G) Décembre 2019 198 points de vente retournés en contrôle exclusif à Casino

 

A) 1988 - 2014 la montée en puissance, principalement par PRO DISTRIBUTION, filiale Casino à 60 % à fin 2015 puis à 70 % à fin 2018

L'article de Challenges raconte que le couple a ouvert une première supérette en 1998 au 88 boulevard de Ménilmontant à Paris dans le 20 ème arrondissement avant de l'associer à Franprix.

 

Photo enseigne Franprix à Paris

 

La société SARL AVENIR portait cet établissement, avec un début d'établissement selon le RCS au 10 février 2000 et une fin le 15 avril 2014. Fin car l'Autorité de la Concurrence, suite à sa décision du 11 juillet 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Monoprix par Casino a imposé à Casino la cession de 55 magasins sur Paris. Ce magasin en fait partie puisque c'est un A2 Pas du groupe Auchan qui s'est installé. Par conséquent, en juillet 2014 le Franprix était fermé. Le fonds de commerce a été cédé pour 74 000 euros. La société qui a porté le magasin, SARL AVENIR est détenu par PRO DISTRIBUTION, dont la famille Zouari détenait alors 40 % et Casino 60 % en 2014.

Challenges poursuit en évoquent un business plan de 100 magasins de proximité dans la capital.

Il s'agit principalement de Franprix : 57 identifiés en gestion, des créations de fonds de commerce principalement, dont 12 sont fermés et 4 dont la gestion n'est plus en cours par la famille Zouari entre 2000 et 2009.

Sur ces 57 magasins ouverts ou fermés, PRO DISTRIBUTION en détient 48.

Il y a également deux Leader Price pour la période 2004 - 2005 dont 1 détenu par PRO DISTRIBUTION. Puis 27 Leader Price pour la période 2008 - 2009, principalement en Bretagne, assez peu en création de commerce, principalement en passage en gestion de magasins de Pierre Basuyau. Sur ces 27 magasins, 9 ont été fermés, 3 ne sont plus en gestion Zouari. Sur ces 27, 5 sont détenus par PRO DISTRIBUTION et 2 par Holding Mag Ile de France, Casino s'étant engagé courant 2018 à racheter ces 2 sociétés. 14 sont des SNC dont les associés selon le Bodacc : pour 4 (Dba détenu à 60 % par Casino fin 2011 et Pleneno Distribution associés DBA et Kergonez Distribution avant cession à LIDL en août 2019), pour 2 Pleneno Distribution, pour 6 Gesdis (60 % Zouari) et Jondis (transférée en 2017 2018 pour 51 % à Zouari).

C'est au début des années 2010 que la famille Zouari se diversifie dans l'enseigne Monoprix avec la création de 3 fonds de commerces détenus par PRO DISTRIBUTION. Deux Monop' en 2010 (5 rue des Haudriettes 75003 118 rue Lafayette 75010) et un Monoprix en 2011 (10 12 rue de l'abreuvoir à Courbevoie).

De 2010 à 2014, 9 Franprix (dont 7 détenus par PRO DISTRIBUTION) et 7 Leader Price (dont 5 ayant pour associés DBA et Pleneno Distribution) sont soit passés en gestion à la famille Zouari (12) ou ont fait l'objet d'une création de fonds de commerce (4).

A ce stade, sur la période 2000 2014, ce sont 100 magasins identifiés. Aujourd'hui, certains sont fermés (23) ou bien pour 8 d'entre eux la gestion n'est plus assurée par la famille Zouari.

B) 2015 2018 La hausse fulgurante

Selon Challenges, "d'année en année, les Zouari se sont déployés en rachetant par dizaines des magasins à Casino ou à dautres franchisés".

"De simples franchisées au départ, ces familles sont devenues quasi-associées. La famille Zouari a participé aux réflexions sur les nouveaux concepts de Franprix (Mandarine) et Leader Price (Next) et leurs points de vente ont été parmi les premiers à les lancer."

L'Autorité de la Concurrence parle de prise de contrôle conjoint de magasins, par centaines :

- 11 décembre 2015 décision de l'Autorité de la Concurrence prise de contrôle conjoint par la famille Zouari d'un groupe de 72 magasins Franprix et Leader Price

 

3

 

copie écran décision autorité de la concurrence

- 20 mai 2016 décision de l'Autorité de la Concurrence prise de contrôle conjoint par la famille Zouari d'un groupe de 119 magasins Franprix et Leader Price : contrôle conjoint par Franprix Leader Price Holding (FLPH) et la famille Zouari par une SNC HoldingMag2 , qui détient alors 71 magasins Leader Price, Franprix et Panier des Gourmets. HoldingMag2 semble donc également la société par laquelle a été effectuée la prise de contrôle conjoint des 72 magasins évoqués dans la décision du 11 décembre 2015.

HOLDINGMAG2 a changé de dénomination pour devenir HOLDING MAG ILE DE FRANCE. Les documents de référence du groupe Casino pour les comptes 2015 à 2018 montrent une participation de 49 % dans Holding Mag 2, devenu donc HOLDING MAG ILE DE FRANCE.

Les statuts de HOLDING MAG ILE DE FRANCE mis à jour suite aux décisions des associés en date du 30 juin 2016 fournissent la liste de 95 sociétés qui correspondent selon les rapprochements effectués à 108 magasins.

Bizarrement, le document de référence des comptes 2018 de Casino indique également qu'en 2018 le sous-groupe FLPH Franprix-Leader Price Holding a pris le contrôle exclusif de HOLDING MAG ILE De FRANCE, ce qui est une contradiction du même document. Ce point sera développé dans un autre volet de L'enquête Casino.

Sur un total de 191 magasins concernés par les deux décision du 11 décembre 2015 et du 20 mai 2016, 182 ont été identifiés.

Sur les 131 sociétés (44 Franprix 87 Leader Price) dans la liste des filiales détenues à 51 % de HOLDING MAG ILE DE FRANCE dans les comptes 2017 :

- prise de contrôle conjoint par la famille Zouari en 2016 :

* sous forme SNC (58) : Holding Grand Ouest (4) Holding Sud Est (6) Holding Sud Ouest (21) Holding Mag IDF Équilibre (4) Minimarché Essonne (4) autre SNC (19)

* sous forme autre (65) SARL SASU SAS

- prise de contrôle conjoint par la famille Zouari en 2017 : 5 sous forme SARL ou SAS

- prise de contrôle conjoint par la famille Zouari en 2018 : dont 2 en SASU et 1 en SNC

Dans les comptes 2017 de HOLDING MAG ILE DE FRANCE, 71 sociétés (24 Franprix 47 Leader Price) ont été cédées ou sur le point de l'être :

- 43 cédées le 21 juin 2018

- 8 cédées le 6 septembre 2018

- 20 avec engagement de rachat par Casino

Les documents de référence des comptes 2015 et 2016 de Casino évoquent la cession de 51 % de magasins déficitaires à 2 master franchisés..

Mais également la cession de 49 % de magasins bénéficiaires à 2 master franchisés. Ce type d'opération ne donne pas lieu à une décision de l'autorité de la concurrence.

Les filiales de FLPH à 51 % (RENALIS 2, EMERIS) ne semblent pas concerner le master franchisé ZOUARI, ce qui n'est pas le cas de VERDALIS. VERDALIS est détenue fin 2017 à 49 % par FINADIS qui est une filiale à 100 % de CAPDIS. VERDALIS d'après ses comptes 2018 est tête de groupe de 48 sociétés (notamment HDRIV et TASKCO), dont la liste, intégralement recoupée, fait le lien avec 60 magasins : 17 Leader Price dont 5 ont fermé et 43 Franprix. Sur ces 60 magasins, 1 seul est en cours de gestion par la famille ZOUARI, 4 autres l'ont été mais 2 ont fermé et 2 sont repassés en gestion CASINO. Ce sont donc 55 magasins (42 Franprix et 13 Leader Price à fin 2018) de plus identifiés ayant un lien avec la famille ZOUARI avec une détention de 49 % de ces magasins via VERDALIS puis FINADIS puis CAPDIS, sans en assurer la gestion.

Le deuxième master franchisé concerné par ces opérations apparaît dans la décision n°16-DCC-04 du 14 janvier 2016 de l'autorité de la concurrence, relative à la prise de contrôle par M Hadjez de 39 magasins, via la société HOLDIMAG détenue à 51 % par M Hadjez et à 49 % par FLPH. La faculté de rachat des titres pour Casino (promesse de vente consentie à FLPH) détenus par la holding de M Hadjez dans HOLDIMAG constitue selon l'autorité de la concurrence une option dont l'exercice n'est pas contraint, ce qui induit que Casino n'a pas une influence déterminante sur HOLDIMAG. La prise de contrôle par M Hadjez est considérée comme exclusive par l'Autorité de la Concurrence.

Dans le cas des cessions 2015 et 2016 à la famille ZOUARI, la prise de contrôle est considérée comme conjointe. Contrairement au cas de M Hadjez, l'autorité de la concurrence ne fournit dans le cas de M Zouari aucun détail pour expliquer une qualification en contrôle conjoint ou bien n'indique pas l'existence d'options. La question a été posée à l'Autorité de la Concurrence, voir l'annexe.

Le document de référence des comptes de Casino évoque des options d'achat relativement aux cessions de 51 % de magasins déficitaires à 2 master franchisés.

- 3 février 2017 décision de l'Autorité de la Concurrence prise de contrôle conjoint par la famille Zouari d'un groupe de 21 magasins Casino supermarchés et Hyper Casino : cession par DCF à Holdco (société non identifiée au RCS).

Il semble que le document de référence des comptes 2016 de Casino évoque une opération portant sur 12 magasins. Ils auraient été cédés au 2ème semestre 2016 à hauteur de 51 %, avec une option d'achat exerçable en 2019.

Dans le prospectus du 11 décembre 2019 relatif à l'opération de financement obligataire QUATRIM de 800 millions d'euros lancée en novembre 2019, il est question de 2 opérations différentes :

- au 2ème semestre 2016 cession de 12 magasins Casino supermarchés déficitaires à 1 master franchisé options d'achat exerçables par Casino en 2019

- février 2017 cession de 51 % sur 2 groupes de 21 magasins Casino supermarchés déficitaires à 1 master franchisé options d'achat exerçables par Casino entre novembre 2018 et octobre 2020

Il n'a pas été trouvé de décision de l'Autorité de la concurrence portant sur 12 magasins supermarchés casino en 2015. La question a été posée à l'Autorité de la Concurrence, voir l'annexe.

En fait, la société qui a mené l'opération s'appelle CAPDIS, qui a acquis 51 % des titres de SUMACAS BSO HOLDING le 22 février 2017. Les comptes 2017 évoquent un associé unique HGZ. CAPDIS détient fin 2017 100 % de FINADIS, 51 % de HOLDING MAG ILE DE FRANCE et 51 % de SUMACAS BSO HOLDING. Une société HOLDING ILE DE FRANCE a été constituée en septembre 2018, CAPDIS en détient 51 %.

Les statuts de CAPDIS évoquent un pacte d'associés entre HGZ (Holding Groupe Zouari) et FLPH (Casino) le 17 décembre 2015 modifié le 30 juin 2016 et l'existence d'une promesse de vente consentie par HGZ à FLPH sur l'intégralité des titres de la société.

- 27 décembre 2017 décision de l'Autorité de la Concurrence prise de contrôle conjoint par la famille Zouari d'un groupe de 125 magasins Franprix et Leader Price et Casino : cession à 4 holdings détenues à 100 % par Holdco (non identifiée au rcs) détenue à 100 % par JV Expansion (non identifiée au rcs), capital détenu à ? % par FZ Invest et ? % par FLPH.

Selon le document de référence Casino des comptes 2017, page 52, ce ne sont pas 125 magasins qui sont concernés mais 122 :

- 105 cédés

- 17 en location gérance

Selon le document de référence des comptes 2017 de Casino, la cession s'est concrétisée le 28 février 2018, et la gestion est déjà assurée depuis octobre 2017. La participation de FLPH (Casino) est de 49 % dans l'ensemble avec une option d'achat à horizon fin 2021. Selon le document de référence 2018 Casino, l'option est exerçable entre 2021 et 2023.

La décision de l'Autorité de la Concurrence fournit les villes concernées par l'opération et le nombre de magasins par ville.

Pour les magasins Leader Price de Royan (17200) Pont l'abbé d'Arnoult (17250) et Saujon (17600), il n'a pas été identifié de trace de gestion famille ZOUARI au RCS. Pour Saint Maur les Fossés (94) il s'agit d'un supermarché Casino.

122 magasins ont bien été identifiés au lieu de 125, ce qui corrobore le contenu du document de référence Casino.

Soit un total en 2 ans de 337 magasins en 4 opérations, et qui semblent détenus à 51 % par la famille ZOUARI et sont passés sous leur gestion. Auxquels il convient d'ajouter 55 magasins (42 Franprix et 13 Leader Price à fin 2018) ayant un lien avec la famille ZOUARI avec une détention de 49 % de ces magasins via VERDALIS puis FINADIS puis CAPDIS, sans en assurer la gestion.

Sur ces 337 magasins :

- 131 ont été identifiés parmi les filiales de HOLDING MAG ILE DE FRANCE dont 122 pour des passages en gestion en 2016

- 21 supermarchés Casino détenus à 51 % par CAPDIS

De ce qui précède, on peut retenir que les liens entre Casino et la famille ZOUARI sont très proches.

On pouvait d'ailleurs le lire ainsi dans Challenges :

""Avec Casino, nous sommes des partenaires, nous nous disons tout", confirme Moez-Alexandre Zouari, dont la famille est coactionnaire de Casino dans chacune de ses entreprises"

D'autres magasins (29) identifiés sont passés en gestion par la famille ZOUARI en 2017 et 2018 sans faire partie des décisions de l'Autorité de la Concurrence :

- passage en gestion en 2017 : 9 Franprix et 8 Leader Price

- passage en gestion en 2018 : 4 Franprix et 8 Leader Price

Dans le prospectus du 11 décembre 2019 relatif à l'opération de financement obligataire QUATRIM de 800 millions d'euros lancée en novembre 2019, il est question le 28 février 2018 d'une cession à 1 master franchisé de 40 % dans des Franprix et des Leader Price avec une option de vente pour l'acheteur et une option d'achat pour Casino. Il est également mentionné au 1er semestre 2018 la cession de 40 % de 5 supermarchés Casino à 1 master franchisé, avec une option de vente valorisée 19 millions d'euros.

Il n'est pas possible de déterminer s'il s'agit de la famille ZOUARI et d'identifier d'éventuels magasins concernés.

Il convient également d'évoquer GESDIS, créée en 2013 et détenue d'après les documents de référence des comptes 2016 à 2018 de Casino par FLPH à 40 % et à 60 % par la famille ZOUARI. GESDIS est associée depuis 2016 2017 à des Leader Price (13 identifiés dont 8 fermés) de l'ouest de la France ou d'Ile de France pour la plupart historiquement gérés par Pierre BASUYAU ou PRO DISTRIBUTION ou par la famille ZOUARI.

FLPH a pris le contrôle exclusif de GESDIS d'après la décision n°19-DCC-171 du 9 septembre 2019, suite à la promesse de vente unilatérale de vente d'actions en date du 27 juin 2019 et une lettre d'exercice de la promesse de vente en date du 23 juillet 2019. Cette opération concerne 3 magasins d'Ile de France.

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/sites/default/files/integral_texts/2019-11/19dcc171_version_publique.pdf

C) Les créations récentes de fonds de commerce

Sur la période 2014 2019, la famille Zouari a procédé à d'autres créations de fonds de commerces, au nombre de 36 :

- 22 Franprix dont 19 à Paris ; dont 14 sociétés détenues par PRO DISTRIBUTION ; une (STG DISTRIBUTION) a pour unique associée la société IMANES, une société de la famille ZOUARI.

- 11 Monop' en 2014 2015 dont 10 à Paris dont 2 ont fermé et 1 à Boulogne Billancourt

- 2 Monop' en 2019 à Paris

Ces Monop' sont détenus à 100 % par SMD selon ses comptes 2018. SMD est une société d'acquisition et de gestion de toute participation créée en 2014 dont la gestion est assurée par la société IMANES; holding de la famille ZOUARI. Les statuts de SMD ne précisent ni l'identité de qui a apporté au capital 200 000 euros en numéraire à la constitution de la société, ni l'identité du ou des associés.

 

Photo enseigne Monop à Paris

 

Dans les faits marquants de l'exercice, la société SMD a créé 15 nouvelles filiales dans la perspective d'y accueillir de nouveaux fonds de commerce en 2019. 14 de ces filiales, début janvier 2020, présentaient encore l'adresse du siège des sociétés de la famille ZOUARI à Sèvres.

Pour deux filiales il y a une incohérence entre différentes sources. D'après les comptes 2018 de Monop', CMA DIS (Monop' du 5 boulevard Saint Germain 75005) et ALFA DIS (Monop' du 3 rue d'Edimbourg 75008) sont détenus à 20 % par Monop'. Les statuts de CMA DIS indiquent également une participation Monop' de 20 %, en contradiction avec les comptes 2018 de SMD. La question a été posée à M ZOUARI.

- Le 4 au 4 avenue Franklin Roosevelt dans le 8 ème à Paris en 2018, dont la société Franklindis est détenue à 100 % par EXPANSION MAG DIGITAL, une société de la famille ZOUARI.

D) Totalisation des magasins identifiés sous gestion Zouari (actuels ou non)

Le total des magasins identifiés à fin novembre 2019 dans lesquels la famille Zouari a ou a été impliqués dans la gestion s'élève à 495 :

- 283 Leader Price

- 173 Franprix

- 16 Monoprix (1) et Monop' (15)

- 22 supermarchés Casino

- 1 magasin format Le 4

Auxquels il convient d'évoquer 55 magasins (42 Franprix et 13 Leader Price à fin 2018) ayant un lien avec la famille ZOUARI avec une détention de 49 % de ces magasins via VERDALIS puis FINADIS puis CAPDIS, sans en assurer la gestion.

Soit un total de 550 magasins.

Le chiffre arrondi de 500 magasins a été largement diffusé.

Exemple Linéaires dans un article du 22 janvier 2018 intitulé Casino : le discret partenaire aux 500 magasins.

Ou bien Le 21 janvier 2019, sur le site de CBRE, dans le cadre d'une interview de Moez Alexandre Zouari.

https://www.cbre.fr/fr-fr/a-propos-de-cbre/blog/article/alexandre-zouari

La famille Zouari s'est donc développée de manière exceptionnelle dans la gestion de magasins sous enseigne Casino, ce qui en fait incontestablement un chef d'entreprise d'une envergure remarquable.

E) Un nombre de magasins sous gestion Zouari en baisse depuis 2018

Il convient de souligner qu'un grand nombre de magasins ont soit été fermés soit rendus en gestion à Casino soit repris en contrôle exclusif par Franprix Leader Price Holding filiale du groupe Casino, un magasin pouvant se trouver dans les 3 cas énoncés.

Des décisions publiées en 2018 et 2019 par l'Autorité de la Concurrence annoncent ce mouvement :

- décision 6 avril 2018 de l'Autorité de la Concurrence : prise de contrôle exclusif par FLPH de 46 magasins lettre d'intention signée le 9 février 2018

- décision 20 août 2018 de l'Autorité de la Concurrence : prise de contrôle exclusif par FLPH de 27 magasins projet de cession signé le 18 juin 2018

- décision 1er mars 2019 de l'Autorité de la Concurrence : prise de contrôle exclusif par FLPH de 14 magasins protocole d'accord signé le 20 décembre 2018

Dans le prospectus du 11 décembre 2019 relatif à l'opération de financement obligataire QUATRIM de 800 millions d'euros lancée en novembre 2019, il est mentionné au 1er semestre 2019 l'acquisition de 39 magasins par FLPH à 2 master franchisés.

Parmi les 337 magasins passés en contrôle conjoint, 69 ont été fermés au cours de la gestion par la famille ZOUARI :

- 59 Leader Price fermés en 2016 (3) 2018 (20) 2019 (36)

- 7 Franprix fermés 2017 (1) 2019 (6)

- 4 supermarchés casino passés à LIDL en 2019

Le 30 juillet 2018, le site Actu.fr relatait la fermeture définitive du Leader Price de La Ferté Gaucher. "Du jour au lendemain, les salariés ont du remballer les produits, préparer des palettes et transférer la marchandise vers d'autres magasins du groupe". Une réponse de Casino est citée "ce magasin qui appartient à un de nos franchisés va fermer ses portes dans les huit jours. Chaque franchisé gère son parc de magasins et nous ignorons à cette date sil y a aura un repreneur.".

https://actu.fr/ile-de-france/ferte-gaucher_77182/seine-marne-magasin-leader-price-la-ferte-gaucher-est-ferme-definitivement_17988244.html

 

Photo enseigne Leader Price à Paris

 

Dans la réponse citée, Casino semble dire qu'il n'y est pour rien. Pourtant, il s'agit d'un magasin dont il avait alors le contrôle conjoint avec une participation de 49 %.

Le Leader Price du 27 29 rue des Promenades à La Ferté Gaucher 77320 faisait partie des magasins dont la famille Zouari a pris le contrôle conjoint en 2016, gestion assurée au RCS depuis avril 2016.

L'article souligne que c'est le quatrième magasin Leader Price qui ferme en quelques semaines après Nanteuil-lès-Meaux, Fontainebleau et Villeparisis.

Point commun de ces 4 magasins ? Une prise en gestion par la famille Zouari en 2016.

Sur les 495 magasins identifiés dans lesquels la famille Zouari a ou a été impliqués, la situation à fin novembre 2019 était la suivante :

- 97 sont fermés

- 140 existent mais la famille Zouari n'en assure plus la gestion : 3 décisions de l'Autorité de la concurrence 6 avril 2018 (46) 20 août 2018 (27) 01 mars 2019 (14) de l'Autorité de la concurrence prise de contrôle exclusif par FLPH de magasins détenus conjointement avec la famille Zouari ; 62 magasins en retour en gestion Casino en 2019 en plus ;

- 258 existent, la famille Zouari en assure la gestion.

A fin novembre 2019 le chiffre de magasins Zouari de 500 ou de 400 ne semble donc pas pertinent. L'ordre de grandeur des magasins en gestion Zouari est plutôt de 250.

Auxquels il convient d'ajouter 55 magasins (42 Franprix et 13 Leader Price à fin 2018) ayant un lien avec la famille ZOUARI avec une détention de 49 % de ces magasins via VERDALIS puis FINADIS puis CAPDIS, sans en assurer la gestion.

F) Groupe Casino Franchisés

Il existe une appellation Groupe Casino Franchisés sur linkedin.

https://fr.linkedin.com/company/groupe-casino-franchises

6

copie écran linkedin Groupe Casino Franchisés

La page linkedin fait référence à 500 magasins franchisés, ce qui ne semble donc plus d'actualité.

Nous avons vu que les sociétés détenant des magasins pouvaient être Pro Distribution (filiale à 70 % de Casino), SMD, Holding Mag Ile de France, Capdis, Holding Mag Spring, entre autres. Et qu'il existe de nombreuses sociétés dans la galaxie ZOUAI : IMANES, FZ INVEST, SIIZ, FINADIS, FZCO.

Il n'a pas été possible de retrouver Groupe Casino Franchisés dans le Registre du Commerce et des Sociétés.

Il existe un site internet avec l'appellation Groupe Casino Franchisés utilisé principalement pour le recrutement à l'adresse suivante : http://egcc.sitederecrutement.com

GROUPE CASINO FRANCHISES n'est cité dans aucun document de référence des comptes du Groupe Casino.

Une recherche effectuée début janvier 2020 dans la base données de l'INPI ne donne aucun résultat sur l'existence d'une marque GROUPE CASINO FRANCHISES.

https://www.inpi.fr/fr/services-et-prestations-domaine/bases-de-donnees

https://bases-marques.inpi.fr/

La marque Casino la plus récente est Casino Proximités, publiée le 11 août 2017.

Des questions sur GROUPE CASINO FRANCHISES ont été posées à M Zouari et au Groupe Casino.

G) Décembre 2019 198 points de vente retournés en contrôle exclusif à Casino

Le 13 décembre 2019, l'Autorité de la Concurrence a autorisé Casino à détenir seul 198 points de vente jusque-là détenus conjointement avec la famille Zouari via les sociétés Capdis et Holding Mag Spring

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/fr/communiques-de-presse/lautorite-de-la-concurrence-autorise-casino-passer-dun-controle-conjoint-au

Le texte intégral de la décision est toujours en attente de publication.

Comme évoqué précédemment, les comptes 2017 de CAPDIS détient les filiales suivantes :

- 100 % de FINADIS qui détient 49 % de VERDALIS : 55 magasins (42 Franprix et 13 Leader Price) à fin 2018 mais pas détenus conjointement

- 51 % de HOLDING MAG ILE DE FRANCE : 131 sociétés (44 Franprix 87 Leader Price) dans la liste des filiales dans les comptes 2017 ; en 2018 71 sociétés (24 Franprix 47 Leader Price) ont été cédées ou sur le point de l'être (43 cédées le 21 juin 2018, 8 cédées le 6 septembre 2018, 20 avec engagement de rachat par Casino). D'après les statuts mis à jour le 31 décembre 2018 de HOLDING MAG ILE DE FRANCE, FLPH (Casino) en était devenu le seul actionnaire fin 2018 !

- 51 % de SUMACAS BSO HOLDING : 21 supermarchés Casino dont 4 avaient déjà été cédés à LIDL au cours de 2019

- 51 % de HOLDING ILE DE FRANCE constituée en septembre 2018 (7 filiales indirectes d'après le RCS)

HOLDING MAG SPRING a été immatriculée en décembre 2017 sous le nom initial HOLDING MAG VIOLETTE et présente 8 filiales indirectes d'après le RCS. Elle est gérée par FZ INVEST une société de la famille Zouari. La société est une filiale de HOLDING SPRING EXPANSION, également gérée par FZ INVEST, et détenue à 49 % fin 2018 par FLPH (Casino) d'après ses comptes 2018. HOLDING SPRING EXPANSION présente au RCs 17 filiales indirectes dont 8 de HOLDING MAG SPRING.

La prise de contrôle exclusif de 198 magasins à fin 2019 via les sociétés CAPDIS et HOLDING MAG SPRING s'explique donc difficilement.

La prise de contrôle exclusif par CASINO d'une partie au moins des 198 points de vente du communiqué de presse du 13 décembre 2019 n'est-elle donc pas antérieure ?

La question a été posée à l'Autorité de la Concurrence. Ce point fait l'objet d'un autre volet de L'enquête Casino.

Cette autorisation confirme néanmoins les observations de l'auteur en 2019 sur les données Bodacc de nombreux magasins, selon lesquelles des dizaines de magasins sont retournés en gestion par Casino. En revanche, le nombre de 198 points de vente tranche avec les 257 magasins dont la gestion est identifiée en cours par la famille Zouari. Néanmoins, il est possible que les 198 magasins concernent les 21 supermarchés CASINO de CAPDIS comptés comme non en cours ainsi que de nombreux retours en gestion Casino en 2019 non affectés aux décisions de l'Autorité de la concurrence jusque-là publiées, recensés à 40 magasins.

L'addition des magasins identifiés par l'auteur pour lesquels Casino a repris la gestion depuis 2018 (37+30+10+62) donne 133.

Recensement parmi les magasins transférés de 2016 à 2018 des magasins non fermés non encore cédés via HOLDI MAG ILE DE FRANCE et /ou les 3 opérations 2018 et mars 2019 déjà annoncées de prise de contrôle exclusif par FLPH de 87 magasins :

- magasins en cours 136 dont 39 Franprix et 97 Leader Price

- magasins pas en cours de gestion Zouari retour en gestion Casino en 2019 40 dont 1 Franprix et 39 Leader Price

Soit un total de 176 magasins dont 40 Franprix (20 à Paris 18 en Ile de France hors Paris) et 136 Leader Price (28 en Île de France).

Auxquels s'ajoutent les 21 supermarchés Casino de SUMACAS et 1 supermarché Casino en Val de Marne.

Soit un total de 198 magasins à rapprocher du chiffre de 198 magasins de l'Autorité de la Concurrence, ce qui est probablement un hasard fortuit.

Si ce raisonnement était correct, cela signifierait qu'à l'issue de l'opération, le nombre de magasins sous gestion famille ZOUARI serait le suivant :

- 43 Franprix historiquement gérés 2004 2013

- 23 Leader Price historiquement gérés 2004 2013

- 22 Franprix créations de fonds 2015 à 2019

- 4 Franprix passé en gestion Zouari en 2014 PRO DISTRIBUTION

- 2 Franprix passé en gestion Zouari en 2016 PRO DISTRIBUTION

- 1 Franprix passé en gestion Zouari en 2017 PRO DISTRIBUTION

- 5 Franprix passés en gestion Zouari en 2019 dont 4 PRO DISTRIBUTION

- Le 4

- 14 Monop' (13) et Monoprix (1)

Soit un total réduit de 115 magasins.

Les 55 magasins (42 Franprix et 13 Leader Price à fin 2018) ayant un lien avec la famille ZOUARI avec une détention de 49 % de ces magasins via VERDALIS puis FINADIS puis CAPDIS, sans en assurer la gestion seraient détenus exclusivement par Casino si CAPDIS devait être acquise à 100 % par Casino.

Le 12 janvier 2020, Reuters annonce que Casino et LIDL se seraient mis d'accord sur le prix de vente de la cession de l'enseigne LEADER PRICE, à 750 millions d'euros. L'accord ne serait pas encore signé. Il convient d'enlever dans le recensement le plus à jour possible des magasins Casino sous gestion ZOUARI les 23 Leader Price. Soit un total de 92 magasins sans Leader Price.

Il convient toutefois d'évoquer la décision de l'autorité de la concurrence 19-DCC-187 du 10 octobre 2019 relative à la prise de contrôle conjointe de 12 magasins à l'enseigne Monop' par Monoprix et IMANES, une société de la famille ZOUARI Un protocole d'accord du 23 juillet 2019 est cité ainsi que les 4 localités concernées, Paris, Boulogne Billancourt, Neuilly sur Seine et Saint-Denis. Les deux magasins Monop' de Saint-Denis, des établissements de la société MONOP', peuvent laisser penser que les ZOUARI font leur entrée capitalistique dans ces 12 magasins.

 

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/sites/default/files/integral_texts/2019-12/19-209_a_publier.pdf

Enfin, d'après la décision 19-DCC-240 du 11 décembre 2019, FLPH et IMANES prennent le contrôle conjoint des sociétés Sogipar, Morillons SAP et SDHN1 qui semblent concerner 3 Franprix dont l'un était déjà sous gestion ZOUARI.

 

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/fr/decision-de-controle-des-concentrations/prise-de-controle-conjoint-des-societes-sogipar-morillons

Le total des magasins Casino encore sous gestion par la famille ZOUARI pourrait donc totaliser 106 à la mi-janvier 2020 : des Franprix et des Monop' essentiellement.

Le 16 janvier 2020, l'Autorité de la Concurrence a donné son feu vert à la prise de contrôle conjoint par la famille Zouari et Lion Capital de Picard

https://www.autoritedelaconcurrence.fr/fr/article/feu-vert-la-prise-de-controle-conjoint-par-la-famille-zouari-et-lion-capital-de-picard

7

copie écran décision autorité de la concurrence Picard 16 janvier 2020

ANNEXE Questions posées

1) Casino : questions posées par courriel le 14 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020, pas de réponse obtenue

2) M Zouari : questions posées par courrier envoyé le 15 janvier 2020 ; un courriel de relance a été adressé le mercredi 22 janvier 2020 à M Zouari. Un communicant externe qui s'est présenté comme accompagnant M Zouari dans la gestion des relations avec la presse m'a alors contacté. Une conversation téléphonique a eu lieu, à l'issue de laquelle il n'est pas assuré qu'une réponse aux questions posées sera ttransmise ou pas.

 

3) Autorité de la Concurrence : questions posées par courriel le 15 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020 ; pas de réponse obtenue ; me demande en quelle qualité toutes ces demandes sont soumises avant de se rapprocher du service concerné

4) Autorité des Marchés Financiers : questions posées par courriel le 16 janvier 2020 ; relance le 21 janvier 2020 ; réponse obtenue L'AMF ne fait pas de commentaire sur des sociétés en particulier

05 septembre 2019

Revue analytique des résultats du deuxième trimestre 2019 des principales banques européennes.

Un premier point avait été effectué le 2 septembre2019 sur les résultats du deuxième trimestre 2019 des principales banques américaines : JP Morgan, Citi, Bank of America, Goldman Sachs, Morgan Stanley.
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/09/02/37607828.html

Dans cette seconde partie les résultats des banques suivantes sont commentés : Crédit Suisse, Deutsche Bank, Barclays, UBS, Société Générale, BNP Paribas, Royal Bank of Scotland, HSBC.

Les aspects suivants vont être abordés :

- évolution des résultats relativement au premier trimestre 2019 ;
- analyse spécifique sur les activités de Fixed Income.

Je précise que mon approche de revue analytique des résultats n'aborde pas ou très peu la problématique de la liquidité et du bilan. N'hésitez pas à recouper le contenu de cet article pour y détecter des anomalies ou pour l'améliorer, merci d'avance.

Revue des résultats du premier trimestre 2019 partie 1 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/05/07/37317977.html
Revue des résultats du premier trimestre 2019 partie 2 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/05/09/37323748.html

UBS 23 juillet 2019 Résultat net 1,4 milliard de dollars ( +0,3 / Q1 2019)

RAS.

Deutsche Bank 24 juillet 2019 Résultat net - 3,2 milliards d'euros (- 3,4 / Q1 2019)

Dépréciation de goodwill (-1,05) moindre perspectives dans les business plans dont 491 ME en CIB et 545 ME en P&CB et ajustements de valeur de la Deferred Tax Asset (-2,0).

Crédit Suisse 31 juillet 2019 Résultat net 0,9 milliard de francs suisses ( + 0,2 / Q1 2019)

RAS.

BNP Paribas 31 juillet 2019 Résultat net 2,5 milliards d’euros (+ 0,55 / Q1 2019)

Non-récurrence ET comptabilisation au 1er trimestre de la quasi totalité des taxes et contributions IFRIC 21 taxes (+1,15) ET plus-value cession de 14,3 % de SBI Life (- 0,85) ET dépréciation de goodwill (+ 0,3).

Barclays 1 août 2019 Résultat net 1,2 milliard de livres sterling ( ns / Q1 2019)

Hausse des revenus (+ 0,3) et hausse des dépenses opérationnelles (- 0,25).

Société Générale 1 août 2019 Résultat net 1,2 milliard d’euros (+ 0,4 / Q1 2019)

Impact de l'effet linéarisation IFRIC 21 (+ 0,3).

RBS 2 août 2019 Résultat net + 1,7 milliard de livres sterling (+ 0,9 / Q1 2019)

Hausse des revenus (+ 1,05) dont 990 M£ liés à l'opération de fusion Alawwal Bank, hausse des restructurations (-0,25).

HSBC 5 août 2019 Résultat net 5,0 milliards de dollars (+ 0,1 / Q1 2019)

+ 827 M$ gain de dilution suite à la fusion de SABB avec Alawwal Bank le 16 juin 2019 ; - 1,2 Md$ écarts de change défavorables ; - 0,5 Md$ d'évolution sur les provisions PPI.

1) Comparaison des résultats par rapport au premier trimestre 2019

2019 Q2 tableau 3


$ GS JPM Citi BoA MS HSBC UBS
CHF CS
€ Santander Barclays RBS BNP SG DB

PNB Produit Net Bancaire (Net revenues pour Deutsche Bank et Crédit Suisse, Gross income pour Santander, Total operating income pour UBS, total income net of insurance claims excluding own credit pour Barclays, Total income pour RBS, Net Interest income + Net Fee income + Net trading income pour HSBC)
RN Résultat net (Net Income pour Deutsche Bank ; Consolidated profit w/o capital gains pour Santander (sauf Q2 et Q3 2012 attributable profit to the Group), Net profit pour UBS, Profit after tax pour Barclays, Résultat net part du Groupe pour BNP, Résultat net pour Société Générale, Loss Profit for the period pour RBS, Profit after tax pour HSBC)
NI Non identifié

UBS Total operating income Q2 2019 7,5 Md$ Q1 2019 7,2 Md$ Net profit Q2 2019 1,4 Md$ Q1 2019 1,1 Md$

A partir du 4 ème trimestre 2018 les données financières sont présentées en dollars US.

Les revenus opérationnels augmentent de 0,3 milliard de dollars entre le premier et le deuxième trimestre 2019 :

+ 0,05 Global Wealth Management (Q2 4,05 Md$) ;
+ ns Personal & Corporate Banking (Q2 0,95 Md$)
+ 0,05 Asset Management (Q2 0,5 Md$) ;
+ 0,3 Investment Bank (Q2 2,05 Md$) ; dont - 0,05 Fixed income dont + 0,3 corporate client solutions
- 0,05 Corporate Center (Q2 - 0,05 Md$).

Le résultat net augmente de 0,25 milliard de dollars au deuxième trimestre 2019 :

+ 0,3 Operating income dont + 0,35 commissions
- 0,1 hausse des dépenses de personnel (Q2 4,05 Md$) ;
+ ns dépenses générales et administratives (Q2 1,2 Md$) ;
+ 0,05 effet de l'évolution de la charge d'impôt (Q2 0,35 Md$).

Crédit Suisse Net revenues Q1 2019 5,4 MdCHF Q2 2019 5,6 MdCHF Net income Q1 2019 0,7 MdCHF Q2 2019 0,9 MdCHF

Décomposition de la hausse de 0,2 milliard de francs suisses des Net revenues (Produits Nets) entre le premier et le deuxième trimestre 2019 :

+ 0,1 en Swiss Universal Bank (Q2 1,5 MdCHF) ;
- 0,05 en International Wealth Management (Q2 1,35 MdCHF)
+ 0,05 en Asia Pacific (Q2 0,9 MdCHF)
+ 0,1 en Global Markets (Q2 1,55 MdCHF)
+ 0,1 en Investment Banking & Capital Markets (Q2 0,45 MdCHF);
- ns en Strategic Resolution Unit (Q2 -0,2 MdCHF)
- 0,1 en Corporate Center (Q2 - 0,2 MdCHF).

Le résultat net augmente de 0,2 milliard de francs suisses de trimestre à trimestre pour les raisons suivantes :

+ 0,2 hausse des Net revenues ; dont + 0,45 intérêts nets dont - 0,65 trading dont + 0,3 commissions
+ 0,05 provision pour pertes sur crédit (Q2 0,05 MdCHF)
- 0,05 rémunérations (2,55 MdCHF)
+ ns baisse des dépenses administratives (1,4 MdCHF) ;
- ns commissions (0,3 MdCHF) ;
- 0,05 effet impôts (0,35 MdCHF).

Barclays Total income net of insurance claims Q1 2019 5,3 Md£ Q2 2019 5,5 Md£ Profit after tax Q1 2019 1,2 Md£ Q2 2019 1,2 Md£

Les revenus augmentent de 0,3 Md£ entre le premier et le deuxième trimestre 2019 :

- ns Barclays UK (Q2 1,8 Md£)
+ 0,35 Barclays International (Q2 3,9 Md£) dont + ns en FICC (Q2 0,9 Md£)
- 0,05 Head Office (Q2 - 0,15 Md£).

Les profits sont stables de trimestre à trimestre pour les raisons suivantes :

+ 0,3 hausse des revenus ;
- 0,05 coût du risque (Q2 0,5 Md£) ;
- 0,25 dépenses opérationnelles (Q2 3,5 Md£) ;
+ ns litiges (Q2 0,05 Md£)
+ 0,05 autres revenus/dépenses nettes (Q2 0,05 Md£)
- 0,05 effet charge d'impôts (Q2 0,3 Md£).

Deutsche Bank Net revenues Q1 2019 6,4 MdE Q2 2019 6,2 MdE Net income Q1 2019 0,2 MdE Q2 2019 - 3,2 MdE

Les revenus nets augmentent de 0,15 MdE entre le premier et le deuxième trimestre 2019 :

- 0,4 Total Corporate and Investment Bank (Q2 2,95 MdE) dont - 0,2 Sales & Trading FIC (Q2 1,3 MdE) dont - 0,1 Sales & Trading Equity
- 0,05 Total Private & Commercial Bank (Q2 2,5 MdE) ;
+ 0,05 Total Deutsche Asset Management (Q2 0,6 MdE) ;
+ 0,2 Corporate & Other (Q2 0,2 MdE).

Le résultat net diminue de - 3,35 milliards d'euros pour les raisons suivantes :

+ 0,35 revenus nets d'intérêt (Q2 3,65 MdE) ;
- 0,5 revenus hors intérêts (2,75 MdE) ; dont - 0,55 fair value P&L (Q2 0 MdE) ;
+ 0,1 dotation de provision pour pertes de crédit (Q1 0,15 MdE) ;
+ 0,05 baisse des rémunérations (2,8 MdE) ; 2017 46,3 % 2018 46,7 % 2019 Q1 45,1 % Q2 45,3 %
- ns hausse des dépenses administratives (3,1 MdE) ; dont - 0,2 litiges (Q1 2019 - 17 ME Q2 2019 169 ME) ; dont - 0,1 restructuration (Q1 6 ME Q2 92 ME) dont + 0,6 bank levy (Q1 604 ME) ;dont - 0,35 dépréciations logiciels et provision sur des contrats existants (Q2 351 ME)
-1,05 dépréciation goodwill (Q2 - 1,05 MdE) moindre perspectives dans les business plans dont 491 ME en CIB et 545 ME en P&CB
- 0,05 activités restructurées (Q2 - 0,05 MdE)
- 2,1 effet charge d'impôt (Q2 2,2 MdE) ajustements de valeur de la Deferred Tax Asset (Q2 2,0 MdE)

BNP PARIBAS Produit Net bancaire Q1 2019 11,1 MdE Q2 2019 11,2 MdE Résultat net part du groupe Q1 2019 1,9 MdE Q2 2019 2,4 MdE

Le Produit Net Bancaire augmente de 0,1 MdE entre le premier et le deuxième trimestre 2019 pour les raisons suivantes :

- ns Domestic Markets (Q2 2019 3,8 MdE) ;
- ns International Financial Services (Q2 2019 4,25 MdE) ;
+ 0,1 Corporate and Institutional Banking (Q2 2019 3,1 MdE) ; dont  - 0,25 FICC (0,8) ; dont + 0,15 en Equity (0,6) ; dont + 0,1 en Corporate
+ ns Corporate Center (Q2 2019 0,05 MdE).

Le résultat net part du groupe augmente de 0,55 milliard d'euros :

+ 0,1 hausse du PNB ;
+ 1,0 baisse des frais de gestion (7,45 MdE) dont - 0,1 coûts de transformation et restructuration (2018 Q2 285 ME 2019 Q1 206 ME) ; dont + 1,15 comptabilisation au 1er trimestre de la quasi totalité des taxes et contributions IFRIC 21 taxes (Q1 1 139 ME)
+ 0,15 coût du risque (0,6 MdE)
+ 0,05 quote-part des sociétés mises en équivalence (0,2 MdE)
- 0,55 hors exploitation (0,2 MdE) ; dont rappel Q1 - 0,5 plus value de cession de 14,3 % de SBI Life (Q1 838 ME) et dépréciation de goodwills (Q1 - 318 ME) ; dont + 112 ME plus value cession 2,5 % de SBI Life (Q2 612 ME) et dépréciation partielle goodwill Bancwest (Q2 - 500 ME)
- 0,15 effet impôts (0,8 MdE)

Société Générale PNB Q1 2019 6,2 MdE Q2 2019 6,3 MdE Résultat net Q1 2019 0,8 MdE Q2 2019 1,2 MdE

Le Produit Net Bancaire augmente de 0,1 MdE entre le premier et le deuxième  trimestre 2019 :

+ 0,1 Banque de détail France (Q2 2,0 MdE)
+ 0,05 Banque de détail et Services Financiers Internationaux (Q2 2,1 MdE)
+ 0,05 Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs (Q2 2,25 MdE) ; dont + 0,05 taux change et matières premières ;
- 0,05 Hors Pôles (Q2 - 0,1 MdE).

Le résultat net augmente de 0,4 milliard d’euros :

+ 0,1 hausse du PNB ;
+ 0,5 baisse des frais de gestion (Q2 4,25 MdE) ; dont + 0,3 effet linéarisation IFRIC 21 (Q2 2019 - 138 ME Q1 2019 - 444 ME) ;
- 0,05 coût net du risque (Q2 0,3 MdE) ;
- 0,05 gains sur autres actifs (Q2- 0,1 MdE) ;
- 0,15 effet charge fiscale (Q2 0,4 MdE).

Royal Bank of Scotland Total income Q1 2019 3,0 Md£ Q2 2019 4,1 Md£ Profit for the period Q1 2019 0,8 Md£ Q2 2019 1,7 Md£

Les revenus augmentent de + 1,05 Md£ entre Q1 2019 et Q2 2019 pour les raisons suivantes :

- 0,05 UK Personal & Business Banking (Q2 1,2 Md£)
- ns Ulster Bank (Q2 0,15 Md£) ;
ns Commercial (Q2 1,1 Md£)
 ns Private Banking (Q2 0,2 Md£)
+ ns RBS International (Q2 0,15 Md£)
+ 0,45 Natwest Markets (Q2 0,7 Md£) dont - 0,05 Fixed income dont + 0,45 legacy (+ 444 M£ gain de cession Alawwal Bank items)
+ 0,65 central items (Q2 621 M£ Q1 -35 M£) ; dont + 290 M£ FX recycling gain dont + 256 M£ legacy liability release liés à l'opération de fusion de Alawwal Bank

Le résultat net augmente de 0,9 milliard de livres sterling :

+ 1,05 hausse baisse des revenus ; dont + 1,05 cessions stratégiques (Q2 1,05 Md£)
- 0,2 hausse des dépenses opérationnelles (Q2 2,15 Md£) ; dont - 0,05 litiges (Q2 55 M£ Q1 5 M£) ; dont - 0,25 restructurations (Q2 434 M£ Q1 195 M£) ;
- 0,15 charges pour dépréciation (Q2 0,25 Md£) ;
+ 0,25 effet impôts (Q2 crédut de 22 M£)

HSBC Net Interest income + Net Fee income + Net trading income Q1 2019 13,4 Md$ Q2 2019 13,3 Md$ Profit after tax Q1 2019 4,9 Md$ Q2 2019 5,0 Md$

Baisse des revenus de 0,05 Md$ (Net Interest income + Net Fee income + Net trading income (2019 Q1 13 375 M$ 2019 Q2 13 320 M$) :
+ 0,3 net interest income (Q1 7 468 M$ Q2 7 772 M$)
+ 0,05 net fee income (Q1 3 026 M$ Q2 3 098 M$)
- 0,45 net trading income (Q1 2 881 M$ Q2 2 450 M$) dont - 0,2 Fixed income (Q1 1 364 M$ Q2 1 188 M$) dont + 827 M$ gain de dilution suite à la fusion de SABB avec Alawwal Bank le 16 juin 2019 ; dont - 1,2 Md$ écarts de change défavorables

Le résultat net augmente de 0,1 Md$.

- 0,05 baisse des revenus ;
- 1,25 effet juste valeur sur instruments financiers et autres (Q1 1 991 M$ Q2 750 M$)
ns gains nets des investissements financiers (Q1 99 M$ Q2 102 M$)
+ ns dividendes (Q1 8 M$ Q2 30 M$)
- 0,25 primes nettes d’assurance (Q1 3 296 M$ Q2 3 027 M$)
+ 0,35 autres revenus opérationnels (Q1 850 M$ Q2 1 184 M$) ;
+ 1,7 sinistres assurances (Q1 - 5 191 M$ Q2 - 3 469 M$) ;
+ 0,05 coût du crédit (Q1 - 585 M$ Q2 - 555 M$) ;
- 0,7 hausse des dépenses opérationnelles (Q1 8 222 M$ Q2 8 927 M$) dont - 0,5 provision PPI (Q2 554 M$)
+ 0,15 part des profits dans les filiales et JV (Q1 592 M$ Q2 732 M$)
+ 0,15 effet impôts (Q1 1 303 M$ Q2 1 167 M$)

2) Comparaison des PNB des activités de Fixed Income par rapport au premier trimestre 2019

2019 Q2 tableau 4


nc non comparable ; modification des séries historiques
Crédit Suisse : Fixed income sales and trading
Deutsche Bank : Sales & Trading FIC
UBS : Sales and trading (Securities) Fixed income currencies and commodities
Société Générale Nouveaux chiffres Activités pérennes Activités de marché (anciennement Global Markets) Taux changes et matières premières
BNP Paribas Fixed Income inclue ce qui concerne les émissions obligataires, qui se trouvent dans la partie Financement et Conseil de la Société Générale
RBS total fixed income and currencies
HSBC dans Markets Credit + Rates + Foreign Exchange
Barclays FICC dans Barclays International

Deutsche Bank Sales & Trading (FIC) Q1 2019 1 516 ME Q2 2019 1 320 ME

UBS Foreign Exchange Rates and Credit Q1 2019 454 M$ Q2 2019 391 M$

Crédit Suisse Fixed income sales and trading dans Global Markets Q1 2019 890 MCHF Q2 2019 899 MCHF

Barclays FICC Q1 2019 902 M£ Q2 2019 920 M£

BNP Paribas FICC Q1 2019 1 035 ME Q2 2019 793 ME

Société Générale Taux changes et matières premières Q1 2019 450 ME Q2 2019 524 ME

Royal Bank of Scotland Rates + Currencies + Financing + Other Q1 2019 377 M£ Q2 2019 325 M£

HSBC FICC dans Global Markets Q1 2019 1 364 M$ Q2 2019 1 188 M$

Posté par Olivier Fluke à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 septembre 2019

Revue analytique des résultats du deuxième trimestre 2019 de JP Morgan, Citi, Goldman Sachs, Morgan Stanley et Bank of America.

Une revue des résultats est effectuée comparativement aux résultats du premier trimestre 2019, avec une importance particulière accordée à la partie Fixed Income de la Banque de Financement et d'Investissement.

Doivent suivre dans une deuxième partie les banques suivantes : Crédit Suisse Deutsche Bank, RBS, Barclays, HSBC, BNP Paribas, UBS et Société Générale.

Les aspects suivants vont être abordés :

- évolution des résultats relativement au premier trimestre 2019 ;
- analyse spécifique sur les activités de Fixed Income.

Je précise que mon approche de revue analytique des résultats n'aborde pas ou très peu la problématique de la liquidité et du bilan. N'hésitez pas à recouper le contenu de cet article pour y détecter des anomalies ou pour l'améliorer, merci d'avance.

Revue des résultats du premier trimestre 2019 partie 1 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/05/07/37317977.html
Revue des résultats du premier trimestre 2019 partie 2 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/05/09/37323748.html

Synthèse

2019 Q2 26,4 Md$ 2019 Q1 26,0 Md$ Hausse pour JPM (+ 0,5) et baisse pour Morgan Stanley (-0,3).

Citi 15 juillet 2019 Résultat net + 4,8 milliards de dollars (+ 0,1 / Q1 2019)

Hausse des revenus, non-compréhension baisse de 1,0 Md$ dans les transactions principales et hausse de + 0,6 Md$ dans les autres revenus.

JP Morgan 16 juillet 2019 Résultat net 9,7 milliards de dollars (+ 0,5 / Q1 2019)

Revenus en baisse (-0,3) baisse des dotations aux provisions de pertes sur crédits (+ 0,35) baisse des rémunérations (+0,4) et effet impôts (+ 0,35) dont + 0,7 résultats d'audit sur les impôts.

Goldman Sachs 16 juillet 2019 Résultat net + 2,4 milliards de dollars (+ 0,2 / Q1 2019)

Revenus en hausse (+0,65) dont + 0,5 d'investissements devenus publics.

Bank of America 17 juillet 2019 Résultat net 7,3 milliards de dollars ( + ns / Q1 2019)

RAS

Morgan Stanley 18 juillet 2019 Résultat net 2,2 milliards de dollars ( - 0,2 / Q1 2019)

RAS

Cumul des profits Md$ : 2019 Q2 2019 26,4 Q1 26,0 2018 Q4 22,8 2018 Q3 24,9 2018 Q2 24,7 2018 Q1 25,7

1) Comparaison des résultats par rapport au premier trimestre 2019

2019 Q2 tableau 1


GS (Net Revenues, including net interest income) JPM (Total net Revenue Managed Basis) Citi (Total Revenues, net of interest expense) BoA (Total revenue, net of interest expense Managed Basis) MS (Net revenues)
ns non significatif, inférieur à 0,05.
Normes comptables : FASB
Données chiffrées en milliards de dollars
T pour Trimestre et Q pour Quarter (trimestre en anglais)
Pour les profits ou pertes : attention aux chiffres différents entre résultat net du Groupe et résultat net après attribution des intérêts minoritaires

JP Morgan managed revenues Q12 2019 29,6 Md$ Q1 2019 29,9 Md$ net income Q2 2019 9,7 Md$ Q1 2019 9,2 Md$

Les Net Revenues (on a managed basis) diminuent de 0,3 milliard de dollars :

+ 0,1 en Consumer & Community Banking (13,75 Md$)
- 0,2 en Corporate & Investment Bank (9,65 Md$) ; dont - 0,05 en Fixed Income Markets (3,7 Md$) ;
- 0,15 en Commercial Banking (2,2 Md$) ;
+ 0,05 en Asset Management (3,55 Md$) ;
- 0,1 en Corporate (+ 0,3 Md$)

Le résultat net augmente de 0,45 Md$, ce qui s'explique ainsi :

-0,3 hausse des net revenues (reported basis) ; dont - 0,35 transactions principales (3,7 Md$)
+ 0,35 baisse des dotations aux provisions de pertes sur crédits (1,15 Md$) ;
+ 0,4 baisse des charges de rémunération (8,55 Md$)
+ ns occupency expenses (1,05 Md$) ;
- 0,15 hausse dans les technology communications equipment expenses (-ns), professional and outside services (- 0,2), marketing (+ ns) 5,45 Md$ ;
- 0,15 hausse des autres charges (1,3 Md$) ; dont - 0,15 ns litiges (2019 Q1 produit de 81 M$ 2019 Q2 69 M$) ;
+ 0,35 effet de l'imposition sur les bénéfices (1,7 Md$).

L'évolution du résultat net par activité est la suivante :

+ 0,2 Consumer & Community Banking (4,15 Md$) ;
- 0,3 Corporate & Investment Bank (2,95 Md$) ;
- 0,05 Commercial Banking (1,0 Md$) ;
+ 0,05 Asset Management (0,7 Md$) ;
+ 0,6 Corporate ( 0,8 Md$) dont + 0,7 effet impôts résultat d'audits

Bank of America Revenues net of interest expense managed basis Q2 2019 23,2 Md$ Q1 2019 23,2 Md$ net income Q2 2019 7,3 Md$ Q1 2019 7,3 Md$

Les revenus d'activité du deuxième trimestre 2019 augmentent de 0,1 Md$ par rapport au premier trimestre 2019 :

+ 0,1 en Consumer Banking (2019 Q2 9,7 Md$) ;
+ 0,1 en GWIM gestion de fortune et d'actifs (2019 Q2 4,9 Md$) ;
- 0,2 en Global Banking (2019 Q2 5,0 Md$) ;
- 0,05 en Global Markets (2019 Q2 4,15 Md$), dont - 0,25 en FICC trading (2,15 Md$)
+ 0,15 en All Other (2019 Q2 - 0,5 Md$)

Le résultat net augmente de 0,05 milliard de dollars :

1) par nature de charge

+ 0,1 hausse des Revenues net of interest expense (23,1 Md$) dont - 0,2 intérêts nets ;  ; dont + 0,35 commissions
+ 0,15 baisse dotation aux provisions pour pertes de crédit (0,85 Md$) ;
+ 0,3 baisse des charges de personnel (7,95 Md$) ;
- 0,3 autres charges (5,3 Md$) dont - 0,1 marketing - 0,1 autres
- 0,15 effet de l'impôt sur les bénéfices ( 1,6 Md$).

2) par Business Segment

+ 0,05 en Consumer Banking (2019 Q2 3,3 Md$) ;
+ 0,05 en GWIM gestion de fortune et d'actifs (2019 Q2 1,05 Md$) ;
- 0,1 en Global Banking (2019 Q2 1,95 Md$) ;
+ ns en Global Markets (2019 Q2 1,05 Md$),
+ 0,05 en All Other (2019 Q2 + ns Md$).

Citi US GAAP revenues Q2 2019 18,8 Md$ Q1 2019 18,6 Md$ net income Q2 2019 4,8 Md$ Q1 2019 4,7 Md$

Hausse des « revenues » de 0,2 Md$ entre le premier et le deuxième trimestre 2019 qui s'explique ainsi :

+ 0,05 Global Consumer Banking (8,5 Md$) ;
+ 0,05 Institutional Client Group (9,7 Md$) ; dont - 0,15 en Fixed Income Markets (3,3 Md$) ;
+ 0,1 en Autres / Corporate (0,55 Md$)

La hausse du résultat net de 0,05 milliard de dollars se décompose ainsi :

- ns Global Consumer Banking (1,4 Md$),
+ ns Institutional Client Group (3,35 Md$) ;
+ 0,05 en Autres / Corporate ( 0,05 Md$).

Autre décomposition pour comprendre l'évolution du résultat net de + 0,05 Md$ :

+ 0,2 hausse des « revenues » ; dont + 0,2 revenus d'intérêts nets dont - 0,95 transactions principales (1,8 Md$) ; dont + 0,35 gains sur investissements dont + 0,6 autres revenus
- 0,1 hausse des provisions pour pertes liées au crédit (2,1 Md$) ;
+ 0,1 baisse des dépenses opérationnelles (10,5 Md$), dont rémunérations + 0,3 (5,4 Md$) dont autres - 0,1
- 0,1 effet de l'évolution de l'impôt sur les bénéfices (1,35 Md$).

Goldman Sachs Net revenues including net interest income Q2 2019 9,5 Md$ Q4 2018 8,8 Md$ Net earnings Q2 2019 2,4 Md$ Q1 2019 2,3 Md$

Les Net Revenues ont augmenté de 0,65 Md$ entre le premier et le deuxième trimestre 2019 :

+ 0,05 banque d'investissement (1,85 Md$) ;
+ 0,05 Investment management (1,5 Md$) ;
+ 0,05 Commissions and fees (0,8 Md$) ;
- 0,1 market making (2,4 Md$) ; dont - 0,35 en Fixed Income (Q2 1,45 Md$) ;
+ 0,75 other principal transactions (+ 1,8 Md$) ; dont 0,5 Md$ d'investissements qui sont devenus publics
- 0,15 revenus d'intérêts nets (1,05 Md$).

Les profits ont augmenté de 0,15 Md$ par rapport au premier trimestre 2019 :

+ 0,65 hausse des Net revenues ;
+ ns provision pour pertes de crédit (0,2 Md$)
- 0,05 hausse des rémunérations (3,3 Md$) ;
- 0,2 hausse des dépenses hors rémunération (2,8 Md$) dont - 0,05 frais intermédiaires boursiers dont - 0,1 autres ; - 0,05 niveau charges litiges (2019 Q2 66 M$ 2019 Q1 37 M$) ;
- 0,25 effet charge d'impôt sur les bénéfices (0,7 Md$).

Morgan Stanley Net Revenues Q2 2019 10,2 Md$ Q1 2019 10,3 Md$ net income Q2 2019 2,2 Md$ Q1 2019 2,5 Md$

Baissee des Net Revenues entre le premier et le deuxième trimestre 2019 de - 0,05 Md$ qui s'explique ainsi :

par nature de revenus d'une part
+ 0;35 banque d'investissement (1,25 Md$)
- 0,7 revenus du trading (2,75 Md$) ;
+ 0,15 transactions dans les investissements (0,25 Md$) ;
+ ns commissions (1,0 Md$) ;
+ 0,15 asset management (3,2 Md$) ;
- 0,05 autres revenus ne provenant pas des intérêts (0,25 Md$) ;
+ ns revenus des intérêts nets (1,05 Md$).

par division d'autre part
- 0,1 en Institutional Securities (5,1 Md$) dont - 0,6 en Fixed income de Sales & Trading (1,15 Md$) ; dont + 0,2 en autres dont + 0,3 en IB
+ ns en Wealth Management Group (4,4 Md$) ;
+ 0,05 en Investment Management (0,85 Md$).

Le résultat net diminue de 0,2 Md$ :

- 0,05 baisse des Net Revenues ;
+ 0,1 baisse des rémunérations (4,55 Md$) ; ratio  2017 45 % 2018 44 % 2019 Q1 45 %
- 0,15 autres dépenses opérationnelles (2,8 Md$) ;
- 0,15 évolution de la charge d'imposition sur les sociétés (2019 Q2 0,65 Md$)

2) Comparaison des PNB des activités de Fixed Income par rapport au premier trimestre 2019

2019 Q2 tableau 2


 JP Morgan Q2 2019 3 690 M$ Q1 2019 3 725 M$

Citi Q2 2019 3 323 M$ Q1 2019 3 452 M$

Bank of America en Sales & Trading Revenue Q2 2019 2 128 Md$ Q3 2018 2 358 Md$
chiffres hors DVA

Goldman Sachs Q2 2019 1 469 M$ Q1 2019 1 839 M$

Morgan Stanley en Sales & Trading Revenue Q2 2019 1 133 M$ Q1 2019 1 710 M$

Posté par Olivier Fluke à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2019

Revue analytique des résultats du premier trimestre 2019 des principales banques européennes.

Un premier point avait été effectué le 7 mai 2019 sur les résultats du premier trimestre 2019 des principales banques américaines : JP Morgan, Citi, Bank of America, Goldman Sachs, Morgan Stanley.
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/05/07/37317977.html

Dans cette seconde partie les résultats des banques suivantes sont commentés : Crédit Suisse, Deutsche Bank, Barclays, UBS, Société Générale, BNP Paribas, Royal Bank of Scotland, HSBC.

Les aspects suivants vont être abordés :

- évolution des résultats relativement au quatrième trimestre 2018 ;
- analyse spécifique sur les activités de Fixed Income.

Je précise que mon approche de revue analytique des résultats n'aborde pas ou très peu la problématique de la liquidité et du bilan. N'hésitez pas à recouper le contenu de cet article pour y détecter des anomalies ou pour l'améliorer, merci d'avance.

Revue des résultats du quatrième trimestre 2018 partie 1 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/01/24/37045237.html
Revue des résultats du troisième trimestre 2018 partie 2 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/02/21/37118739.html

Crédit Suisse 24 avril 2019 Résultat net 0,7 milliard de francs suisses ( + 0,5 / Q4 2018)

Hausse des revenus (+0,6) dont + 0,4 en Fixed income, hausse des rémunérations (-0,4).

UBS 25 avril 2019 Résultat net 1,1 milliard de dollars ( +0,8 / Q4 2018)

Hausse des revenus (+ 0,25) baisse des charges (+1,1) dont litiges + 0,55 et restructuration + 0,15, hausse des dépenses de personnel (-0,2)

Barclays 25 avril 2019 Résultat net 1,2 milliard de livres sterling ( + 1,0 / Q4 2018)

Revenus en hausse (+0,2) dont + 0,35 en Fixed income, baisse du coût du risque (+0,2) baisse des dépenses opérationnelles (+0,35) non récurrence de la surtaxe bancaire (+0,25).

Deutsche Bank 26 avril 2019 Résultat net 0,2 milliard d'euros (+ 0,6 / Q4 2018)

Hausse des revenus en Fixed income (+0,75) impact ponctuel de l'imposition sur les banques (-0,6) baisse de différents postes de charges (+ 0,5).

RBS 26 avril 2019 Résultat net + 0,8 milliard de livres sterling (+ 0,3 / Q4 2018)

Baisse des dépenses opérationnelles (+0,55) dont non-récurrence surcharge bancaire + 0,2 dont baisse des dépenses de restructuration + 0,15.

BNP Paribas 2 mai 2019 Résultat net 1,9 milliard d’euros (+ 0,5 / Q4 2018)

Revenus en hausse (+1,0) dont + 0,55 en Fixed income et + 0,35 en assurances suite au rebond des marchés revalorisation d'actifs comptabilisés en valeur de marché, hausse des frais de gestion (-0,75) quasi totalité des taxes IFRIC 21 - 1,35 et baisse des coûts de transformation et restructuration + 0,35, effet hors exploitation (+ 0,7) dont + 0,85 plus value de cession de 14,3 % de SBI Life et - 0,3 dépréciation de goodwills.

Société Générale 3 mai 2019 Résultat net 0,8 milliard d’euros (- ns / Q4 2018)

Hausse des revenus (+0,25) dont une hausse légère en Fixed income, hausse des frais de gestion (-0,35) dont - 0,3 effet linéarisation IFRIC 21.

HSBC 3 mai 2019 Résultat net 4,9 milliards de dollars (+ 2,8 / Q4 2018)

Revenus en hausse (+0,8) dont + 0,45 Fixed income effet juste valeur des instruments financiers (+3,25) primes nettes assurances (+1,1) sinistres ssurances (-3,95) baisse des dépenses opérationnelles (+0,9) dont non-récurrence surcharge bancaire UK + 0,9

1) Comparaison des résultats par rapport au quatrième trimestre 2018

2019 Q1 tableau 3


$ GS JPM Citi BoA MS HSBC UBS
CHF CS
€ Santander Barclays RBS BNP SG DB

PNB Produit Net Bancaire (Net revenues pour Deutsche Bank et Crédit Suisse, Gross income pour Santander, Total operating income pour UBS, total income net of insurance claims excluding own credit pour Barclays, Total income pour RBS, Net Interest income + Net Fee income + Net trading income pour HSBC)
RN Résultat net (Net Income pour Deutsche Bank ; Consolidated profit w/o capital gains pour Santander (sauf Q2 et Q3 2012 attributable profit to the Group), Net profit pour UBS, Profit after tax pour Barclays, Résultat net part du Groupe pour BNP, Résultat net pour Société Générale, Loss Profit for the period pour RBS, Profit after tax pour HSBC)
NI Non identifié

UBS Total operating income Q4 2018 7,0 Md$ Q1 2019 7,2 Md$ Net profit Q4 2018 0,3 Md$ Q1 2019 1,1 Md$

A partir du 4 ème trimestre 2018 les données financières sont présentées en dollars US.

Les revenus opérationnels augmentent de 0,25 milliard de dollars entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 :

- 0,15 Global Wealth Management (Q1 4,0 Md$) ;
- 0,3 Personal & Corporate Banking (Q1 0,95 Md$) dont - 359 M$ rappel Q4 gains cession de SIX Payment Services à Wordline
- ns Asset Management (Q1 0,45 Md$) ;
+ 0,25 Investment Bank (Q1 1,75 Md$) ; dont + 0,15 Fixed income
+ 0,45 Corporate Center (Q1 0,05 Md$) ; dont + 270 M$ rappel Q4 pertes dans UBS Securities China

niveau de provision pour le procès UBS en France 516 M$

Le résultat net augmente de 0,8 milliard de dollars au premier trimestre 2019 :

+ 0,25 Operating income dont - 0,2 autres dont + 0,65 fair value
- 0,2 hausse des dépenses de personnel (Q1 4,05 Md$) ;
+ 1,1 dépenses générales et administratives (Q1 1,2 Md$) ; dont + 0,55 litiges (Q4 533 M$ Q1 produit de 8 M$) ; dont + 0,15 charges de restructuration (Q4 188 M$ Q1 31 M$) ;
- 0,25 effet de l'évolution de la charge d'impôt (Q1 0,4 Md$).

Crédit Suisse Net revenues Q1 2019 5,4 MdCHF Q4 2018 4,8 MdCHF Net income Q1 2019 0,7 MdCHF Q4 2018 0,3 MdCHF

Décomposition de la hausse de 0,6 milliard de francs suisses des Net revenues (Produits Nets) entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 :

+ ns en Swiss Universal Bank (Q1 1,4 MdCHF) ;
+ ns en International Wealth Management (Q1 1,4 MdCHF)
+ 0,15 en Asia Pacific (Q1 0,85 MdCHF)
+ 0,5 en Global Markets (Q1 1,45 MdCHF) dont + 0,4 en Fixed income
- 0,1 en Investment Banking & Capital Markets (Q1 0,35 MdCHF);
+ 0,2 en Strategic Resolution Unit (Q1 0 MdCHF)
- 0,2 en Corporate Center (Q1 - 0,1 MdCHF).

Le résultat net augmente de 0,5 milliard de francs suisses de trimestre à trimestre pour les raisons suivantes :

+ 0,6 hausse des Net revenues ; dont - 0,9 intérêts nets dont + 1,7 trading dont - 0,25 commissions
- ns provision pour pertes sur crédit (Q1 0,1 MdCHF)
- 0,4 rémunérations (2,5 MdCHF)
+ 0,15 baisse des dépenses administratives (1,4 MdCHF) ;
- ns commissions (0,3 MdCHF) ;
+ 0,15 dépenses de restructuration (Q1 0 MdCHF)
+ 0,05 effet impôts (0,3 MdCHF).

Barclays Total income net of insurance claims Q1 2019 5,3 Md£ Q4 2018 5,1 Md£ Profit after tax Q1 2019 1,2 Md£ Q4 2018 0,2 Md£

Les revenus augmentent de 0,2 Md£ entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 :

- 0,1 Barclays UK (Q1 1,8 Md£)
+ 0,35 Barclays International (Q1 3,55 Md£) dont + 0,35 en FICC (Q1 0,9 Md£)
- 0,1 Head Office (Q1 - 0,1 Md£).

Les profits augmentent de 1,0 Md£ de trimestre à trimestre pour les raisons suivantes :

+ 0,2 hausse des revenus ;
+ 0,2 coût du risque (Q1 0,45 Md£) ; rappel Q4 150 M£ incertitude économique anticipée
+ 0,35 dépenses opérationnelles (Q1 3,25 Md£) ;
+ 0,25 UK bank levy (Q1 0 M£)
+ 0,15 charge GMP (Q1 0 M£) Guaranteed Minimum Pensions
ns litiges (Q1 0,05 Md£)
- 0,05 autres revenus/dépenses nettes (Q1 ns Md£)
- 0,1 effet charge d'impôts (Q1 0,25 Md£).

Par Division, évolution du résultat net :

+ 0,2 Barclays UK (Q1 0,6 Md£)
+ 0,85 Barclays International (Q1 0,8 Md£) dont + 0,25 operating costs + 0,2 uk bank levy
+ 0,05 Head Office (Q1 - 0,15 Md£) dont + 0,15 charge GMP

Deutsche Bank Net revenues Q1 2019 6,4 MdE Q4 2018 5,6 MdE Net income Q1 2019 0,2 MdE Q4 2018 - 0,4 MdE

Les revenus nets augmentent de 0,8 MdE entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 :

+ 0,75 Total Corporate and Investment Bank (Q1 3,3 MdE) dont + 0,75 Sales & Trading FIC (Q1 1,5 MdE)
+ 0,05 Total Private & Commercial Bank (Q1 2,5 MdE) ;
+ ns Total Deutsche Asset Management (Q1 0,5 MdE) ;
- ns Corporate & Other (Q1 - ns MdE).

Le résultat net augmente de 0,6 milliard d'euros pour les raisons suivantes :

- 0,1 revenus nets d'intérêt (Q1 3,3 MdE) ;
+ 0,85 revenus hors intérêts (3,05 MdE) ; dont - 0,3 autres revenus (Q1 - 0,2 MdE) ; dont + 1,05 fair value P&L (Q1 0,75 MdE) ;
+ 0,1 dotation de provision pour pertes de crédit (Q1 0,15 MdE) ;
+ 0,05 baisse des rémunérations (2,85 MdE) ; 2017 46,3 % 2018 46,7 % 2019 Q1 45,1 %
- 0,45 hausse des dépenses administratives (3,05 MdE) ; dont + 0,05 litiges (Q1 2019 - 17 ME Q4 2018 39 ME) ; dont + 0,2 restructuration (Q1 6 ME Q4 181 ME) dont - 0,6 bank levy (Q1 604 ME)
+ 0,1 activités restructurées (Q1 produit de 17 ME)
ns effet charge d'impôt (Q1 0,1 MdE).

BNP PARIBAS Produit Net bancaire Q1 2019 11,1 MdE Q4 2018 10,2 MdE Résultat net part du groupe Q1 2019 1,9 MdE Q4 2018 1,4 MdE

Le Produit Net Bancaire augmente de 1,0 MdE entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 pour les raisons suivantes :

+ 0,05 Domestic Markets (Q1 2019 3,8 MdE) ;
+ 0,3 International Financial Services (Q1 2019 4,3 MdE) ; dont + 0,35 en assurances rebond des marchés comptabilisation de certains actifs en valeur de marché
+ 0,65 Corporate and Institutional Banking (Q1 2019 3,0 MdE) ; dont  + 0,55 FICC (1,05) ; dont + 0,35 en Equity (0,5) ; dont - 0,15 en Corporate
+ 0,05 Corporate Center (Q1 2019 0,05 MdE).

Le résultat net part du groupe augmente de 0,5 milliard d'euros :

+ 1,0 hausse du PNB ;
- 0,75 hausse des frais de gestion (8,5 MdE) dont + 0,3 coûts de transformation et restructuration (2018 Q4 481 ME 2019 Q1 206 ME) ; dont - 1,15 comptabilisation au 1er trimestre de la quasi totalité des taxes et contributions IFRIC 21 taxes (Q1 1 139 ME)
+ 0,15 coût du risque (0,75 MdE)
- 0,05 quote-part des sociétés mises en équivalence (0,15 MdE)
+ 0,7 hors exploitation (0,6 MdE) ; dont + 0,5 plus value de cession de 14,3 % de SBI Life (Q1 838 ME) dépréciation de goodwills (Q1 - 318 ME)
- 0,5 effet impôts (0,65 MdE)

Société Générale PNB Q1 2019 6,2 MdE Q4 2018 5,9 MdE Résultat net Q1 2019 0,8 MdE Q4 2018 0,8 MdE

Le Produit Net Bancaire augmente de 0,25 MdE entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 :

+ ns Banque de détail France (Q1 1,9 MdE)
- 0,1 Banque de détail et Services Financiers Internationaux (Q1 2,1 MdE)
+ 0,2 Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs (Q1 2,25 MdE) ; dont + 0,1 taux change et matières premières ;
+ 0,15 Hors Pôles (Q1 - 0,05 MdE) ; dont - 0,25 impact IFRS 5 (- 241 ME) sur les cessions en cours.

Le résultat net diminue de 0,05 milliard d’euros :

+ 0,25 hausse du PNB ;
- 0,35 hausse des frais de gestion (Q1 4,8 MdE) ; dont - 0,3 effet linéarisation IFRIC 21 (Q4 2018 - 169 ME Q1 2019 - 444 ME) ;
+ 0,1 coût net du risque (Q1 0,25 MdE) ;
+ 0,1 gains sur autres actifs (Q41- 0,05 MdE) ;
- 0,15 effet charge fiscale (Q1 0,3 MdE).

Royal Bank of Scotland Total income Q1 2019 3,0 Md£ Q4 2018 3,1 Md£ Profit for the period Q1 2019 0,8 Md£ Q4 2018 0,5 Md£

Les revenus diminuent peu entre Q4 2018 et Q1 2019 pour les raisons suivantes :

- ns UK Personal & Business Banking (Q1 1,25 Md£)
- ns Ulster Bank (Q1 0,15 Md£) ;
- 0,05 Commercial (Q1 1,1 Md£)
- ns Private Banking (Q1 0,2 Md£)
- ns RBS International (Q1 0,15 Md£)
+ 0,1 Natwest Markets (Q1 0,25 Md£) dont + 0,15 Fixed income
- 0,1 central items (Q4 44 M£ Q1 -35 M£).

Le résultat net augmente de 0,35 milliard de livres sterling :

- ns baisse des revenus ; dont + 0,15 trading (Q1 0,25 Md£) ;
+ 0,55 baisse des dépenses opérationnelles (Q1 1,95 Md£) ; dont + 0,1 litiges (Q4 92 M£ Q1 5 M£) ; dont + 0,15 restructurations (Q4 355 M£ Q1 195 M£) ; dont + 0,2 UK Bank levy (Q4 179 M£)
- 0,05 charges pour dépréciation (Q1 0,1 Md£) ;
- 0,1 effet impôts (Q1 0,2 Md£)

HSBC Net Interest income + Net Fee income + Net trading income Q1 2019 13,4 Md$ Q4 2018 12,6 Md$ Profit after tax Q1 2019 4,9 Md$ Q4 2018 2,1 Md$

Hausse des revenus de 0,8 Md$ (Net Interest income + Net Fee income + Net trading income (2019 Q1 13 375 M$ 2018 Q4 12 582 M$) :
- 0,25 net interest income (Q1 7 468 M$ Q4 7 709 M$)
+ 0,2 net fee income (Q1 3 026 M$ Q4 2 827 M$)
+ 0,85 net trading income (Q1 2 881 M$ Q4 2 046 M$) dont + 0,45 Fixed income (Q1 1 364 M$ Q4 891 M$)

Le résultat net augmente de 2,8 Md$.

+ 0,8 hausse des revenus ;
+ 3,25 effet juste valeur sur instruments financiers et autres (Q1 1 991 M$ Q4 - 1 258 M$)
+ 0,05 gains nets des investissements financiers (Q1 99 M$ Q4 57 M$)
- ns dividendes (Q1 8 M$ Q4 19 M$)
+ 1,1 primes nettes d’assurance (Q1 3 296 M$ Q4 2 171 M$)
+ 0,5 autres revenus opérationnels (Q1 850 M$ Q4 372 M$) ;
- 3,95 sinistres assurances (Q1 - 5 191 M$ Q4 - 1248 M$) ;
+ 0,25 coût du crédit (Q1 - 585 M$ Q4 - 853 M$) ;
+ 0,9 baisse des dépenses opérationnelles (Q1 8 222 M$ Q4 9 144 M$) dont rappel Q4 UK bank levy 0,9 Md$
+ 0,05 part des profits dans les filiales et JV (Q1 592 M$ Q4 558 M$)
- 0,15 effet impôts (Q1 1 303 M$ Q4 1 163 M$)

2) Comparaison des PNB des activités de Fixed Income par rapport au quatrième trimestre 2018

2019 Q1 tableau 4


nc non comparable ; modification des séries historiques
Crédit Suisse : Fixed income sales and trading
Deutsche Bank : Sales & Trading FIC
UBS : Sales and trading (Securities) Fixed income currencies and commodities
Société Générale Nouveaux chiffres Activités pérennes Activités de marché (anciennement Global Markets) Taux changes et matières premières
BNP Paribas Fixed Income inclue ce qui concerne les émissions obligataires, qui se trouvent dans la partie Financement et Conseil de la Société Générale
RBS total fixed income and currencies
HSBC dans Markets Credit + Rates + Foreign Exchange
Barclays FICC dans Barclays International

Deutsche Bank Sales & Trading (FIC) Q1 2019 1 516 ME Q4 2018 784 ME

UBS Foreign Exchange Rates and Credit Q1 2019 454 M$ Q4 2018 302 M$

Crédit Suisse Fixed income sales and trading dans Global Markets Q1 2019 890 MCHF Q4 2018 473 MCHF

Barclays FICC Q1 2019 902 M£ Q4 2018 570 M£

BNP Paribas FICC Q1 2019 1 035 ME Q4 2018 505 ME

Société Générale Taux changes et matières premières Q1 2019 450 ME Q4 2018 366 ME

Royal Bank of Scotland Rates + Currencies + Financing + Other Q1 2019 377 M£ Q4 2018 200 M£

HSBC FICC dans Global Markets Q3 2018 1 364 M$ Q4 2018 891 M$

Posté par Olivier Fluke à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2019

Revue analytique des résultats du premier trimestre 2019 de JP Morgan, Citi, Goldman Sachs, Morgan Stanley et Bank of America.

Une revue des résultats est effectuée comparativement aux résultats du quatrième trimestre 2018, avec une importance particulière accordée à la partie Fixed Income de la Banque de Financement et d'Investissement.

Doivent suivre dans une deuxième partie les banques suivantes : Crédit Suisse Deutsche Bank, RBS, Barclays, HSBC, BNP Paribas, UBS et Société Générale.

Les aspects suivants vont être abordés :

- évolution des résultats relativement au quatrième trimestre 2018 ;
- analyse spécifique sur les activités de Fixed Income.

Je précise que mon approche de revue analytique des résultats n'aborde pas ou très peu la problématique de la liquidité et du bilan. N'hésitez pas à recouper le contenu de cet article pour y détecter des anomalies ou pour l'améliorer, merci d'avance.

Revue des résultats du quatrième trimestre 2018 partie 1 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/01/24/37045237.html
Revue des résultats du troisième trimestre 2018 partie 2 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/02/21/37118739.html

Synthèse

2019 Q1 26,0 2018 Q4 22,8 Md$ Hausse la plus forte pour JPM (+2,1).

JP Morgan 12 avril 2019 Résultat net 9,2 milliards de dollars (+ 2,1 / Q4 2018)

Hausse des revenus (+3,05) dont + 2,6 en CIB, hausse des rémunérations (-1,15).

Citi 15 avril 2019 Résultat net + 4,7 milliards de dollars (+ 0,4 / Q4 2018)

Hausse des revenus (+1,45) en Fixed Income, hausse des rémunérations (-1,1).

Goldman Sachs 15 avril 2019 Résultat net + 2,3 milliards de dollars (- 0,3 / Q4 2018)

Hausse des revenus (+ 0,75) dont + 1,0 en Fixed income, hausse des rémunérations (-1,4) et baisse des charges de litiges (+ 0,5)

Bank of America 16 avril 2019 Résultat net 7,3 milliards de dollars ( + ns / Q4 2018)

Hausse des revenus de seulement (+0,35) malgré forte hausse en Fixed income +0,9, hausse des charges de personnel (-0,5) et baisse des autres charges (+0,35).

Morgan Stanley 17 avril 2019 Résultat net 2,5 milliards de dollars ( +0,9 / Q4 2018)

Hausse des revenus (+1,75) dont trading + 1,7 hausse des rémunérations (-0,85).

Cumul des profits : 2019 Q1 26,0 2018 Q4 22,8 2018 Q3 24,9 Md$ 2018 Q2 24,7 Md$ 2018 Q1 25,7 Md$ 2017 Q4 - 12,9 Md$

1) Comparaison des résultats par rapport au quatrième trimestre 2018

2019 Q1 tableau 1


GS (Net Revenues, including net interest income) JPM (Total net Revenue Managed Basis) Citi (Total Revenues, net of interest expense) BoA (Total revenue, net of interest expense Managed Basis) MS (Net revenues)
ns non significatif, inférieur à 0,05.
Normes comptables : FASB
Données chiffrées en milliards de dollars
T pour Trimestre et Q pour Quarter (trimestre en anglais)
Pour les profits ou pertes : attention aux chiffres différents entre résultat net du Groupe et résultat net après attribution des intérêts minoritaires

JP Morgan managed revenues Q4 2018 26,8 Md$ Q1 2019 29,9 Md$ net income Q4 2018 7,1 Md$ Q1 2019 9,2 Md$

Les Net Revenues (on a managed basis) augmentent de 3,05 milliards de dollars :

+ 0,05 en Consumer & Community Banking (13,75 Md$)
+ 2,6 en Corporate & Investment Bank (9,85 Md$) ; dont + 1,85 en Fixed Income Markets (3,7 Md$) ; dont + 0,4 en Equity ; dont + 0,4 en ajustement de crédits
+ 0,05 en Commercial Banking (2,35 Md$) ;
+ 0,05 en Asset Management (3,5 Md$) ;
+ 0,3 en Corporate (+ 0,4 Md$) dont + 0,25 en revenus d'intérêts nets (taux plus élevés)

Le résultat net augmente de 2,1 Md$, ce qui s'explique ainsi :

+ 3,0 hausse des net revenues (reported basis) ; dont + 2,7 transactions principales (4,1 Md$)
+ 0,05 baisse des dotations aux provisions de pertes sur crédits (1,5 Md$) ;
-1,15 hausse des charges de rémunération (8,95 Md$)
ns occupency expenses (1,05 Md$) ;
+ 0,15 baisse dans les technology communications equipment expenses (ns), professional and outside services (+0,15), marketing (+ ns) 5,3 Md$ ;
+ 0,3 baisse des autres charges (1,1 Md$) ; dont + 0,05 ns litiges (2019 Q1 produit de 81 M$ 2018 Q4 produit de 18 M$) ;
- 0,3 effet de l'imposition sur les bénéfices (2,05 Md$).

L'évolution du résultat net par activité est la suivante :

- 0,05 Consumer & Community Banking (3,95 Md$) ;
+ 1,3 Corporate & Investment Bank (3,25 Md$) ; dont - 0,9 en rémunérations dont - 0,55 en effet impôt
+ ns Commercial Banking (1,05 Md$) ;
+ 0,05 Asset Management (0,65 Md$) ;
+ 0,85 Corporate ( 0,25 Md$) dont + 0,25 effet impôts

Bank of America Revenues net of interest expense managed basis Q4 2018 22,8 Md$ Q1 2019 23,2 Md$ net income Q4 2018 7,3 Md$ Q1 2019 7,3 Md$

Les revenus d'activité du premier trimestre 2019 augmentent de 0,35 Md$ par rapport au quatrième trimestre 2018 :

- 0,35 en Consumer Banking (2019 Q1 9,65 Md$) ;
- 0,2 en GWIM gestion de fortune et d'actifs (2019 Q1 4,8 Md$) ;
- ns en Global Banking (2019 Q1 5,15 Md$) ;
+ 0,95 en Global Markets (2019 Q1 4,2 Md$), dont + 0,9 en FICC trading (2,35 Md$)
- 0,05 en All Other (2019 Q1 - 0,65 Md$)

Le résultat net augmente de 0,05 milliard de dollars :

1) par nature de charge

+ 0,35 hausse des Revenues net of interest expense (23,0 Md$) dont - 0,15 intérêts nets ; + 0,9 trading (1,9 Md$) ; dont - 0,5 commissions
- 0,1 hausse dotation aux provisions pour pertes de crédit (1,0 Md$) ;
- 0,5 hausse des charges de personnel (8,25 Md$) ;
+ 0,35 autres charges (5,0 Md$) dont + 0,15 autres
- 0,05 effet de l'impôt sur les bénéfices ( 1,45 Md$).

2) par Business Segment

- 0,2 en Consumer Banking (2019 Q1 3,25 Md$) ;
- 0,05 en GWIM gestion de fortune et d'actifs (2019 Q1 1,05 Md$) ;
- 0,15 en Global Banking (2019 Q1 2,05 Md$) ;
+ 0,55 en Global Markets (2019 Q1 1,05 Md$),
- 0,1 en All Other (2019 Q1 - 0,05 Md$).

Citi US GAAP revenues Q4 2018 17,1 Md$ Q1 2019 18,6 Md$ net income Q4 2018 4,3 Md$ Q1 2019 4,7 Md$

Hausse des « revenues » de 1,45 Md$ entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 qui s'explique ainsi :

+ ns Global Consumer Banking (8,45 Md$) ;
+ 1,45 Institutional Client Group (9,7 Md$) ; dont + 0,15 investment banking dont + 1,5 en Fixed Income Markets (3,45 Md$) ; dont + 0,15 actions ; dont - 0,35 gain sur couverture de prêts en IB
- 0,05 en Autres / Corporate (0,45 Md$)

La hausse du résultat net de 0,45 milliard de dollars se décompose ainsi :

- 0,1 Global Consumer Banking (1,45 Md$),
+ 0,8 Institutional Client Group (3,3 Md$) ;
- 0,3 en Autres / Corporate ( ns Md$).

Autre décomposition pour comprendre l'évolution du résultat net de + 0,45 Md$ :

+ 1,45 hausse des « revenues » ; dont - 0,15 revenus d'intérêts nets dont + 1,65 transactions principales (2,8 Md$) ;
- 0,05 hausse des provisions pour pertes liées au crédit (2,0 Md$) ;
- 0,7 hausse des dépenses opérationnelles (10,6 Md$), dont rémunérations -1,1 (5,65 Md$) dont autres + 0,25
- 0,25 effet de l'évolution de l'impôt sur les bénéfices (1,3 Md$).

Goldman Sachs Net revenues including net interest income Q4 2018 8,1 Md$ Q4 2018 8,8 Md$ Net earnings Q4 2018 2,5 Md$ Q1 2019 2,3 Md$

Les Net Revenues ont augmenté de 0,75 Md$ entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 :

- 0,25 banque d'investissement (1,8 Md$) ;
- 0,15 Investment management (1,45 Md$) ;
- 0,1 Commissions and fees (0,75 Md$) ;
+ 1,1 market making (2,55 Md$) ; dont + 1,0 en Fixed Income (Q1 1,85 Md$) ;
- 0,15 other principal transactions (+ 1,05 Md$) ;
+ 0,25 revenus d'intérêts nets (1,2 Md$).

Les profits ont diminué de 0,3 Md$ par rapport au quatrième trimestre 2018 :

+ 0,75 hausse des Net revenues ;
ns provision pour pertes de crédit (0,2 Md$)
- 1,4 hausse des rémunérations (3,25 Md$) ;
+ 0,7 baisse des dépenses hors rémunération (2,6 Md$) dont + 0,05 frais intermédiaires boursiers dont + 0,6 autres ; + 0,5 niveau charges litiges (2018 Q4 516 M$ 2019 Q1 37 M$) ; dont + 0,15 rappel Q4 Fondation GS (Q4 132 M$)
- 0,3 effet charge d'impôt sur les bénéfices (0,45 Md$).

Morgan Stanley Net Revenues Q4 2018 8,5 Md$ Q1 2019 10,3 Md$ net income Q4 2018 1,6 Md$ Q1 2019 2,5 Md$

Hausse des Net Revenues entre le quatrième trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 de + 1,75 Md$ qui s'explique ainsi :

par nature de revenus d'une part
- 0,25 banque d'investissement (1,25 Md$)
+ 1,7 revenus du trading (3,45 Md$) ;
+ 0,25 transactions dans les investissements (0,25 Md$) ;
- 0,1 commissions (0,95 Md$) ;
- 0,2 asset management (3,05 Md$) ;
+ 0,3 autres revenus ne provenant pas des intérêts (0,3 Md$) ;
+ 0,05 revenus des intérêts nets (1,0 Md$).

par division d'autre part
+ 1,35 en Institutional Securities (5,2 Md$) dont + 1,15 en Fixed income de Sales & Trading (1,7 Md$) ; dont + 0,2 en autres
+ 0,25 en Wealth Management Group (4,4 Md$) ;
+ 0,1 en Investment Management (0,8 Md$).

Le résultat net augmente de 0,9 Md$ :

+ 1,75 hausse des Net Revenues ;
- 0,85 hausse des rémunérations (4,65 Md$) ; ratio  2017 45 % 2018 44 % 2019 Q1 45 %
+ 0,2 autres dépenses opérationnelles (2,7 Md$) ;
- 0,2 évolution de la charge d'imposition sur les sociétés (2019 Q1 0,5 Md$)

2) Comparaison des PNB des activités de Fixed Income par rapport au quatrième trimestre 2018

2019 Q1 tableau 2


JP Morgan Q4 2018 1 856 M$ Q1 2019 3 725 M$

Citi Q4 2018 1 948 M$ Q1 2019 3 452 M$

Bank of America en Sales & Trading Revenue Q4 2018 1 472 Md$ Q3 2018 2 358 Md$
chiffres hors DVA

Goldman Sachs Q4 2018 822 M$ Q1 2019 1 839 M$

Morgan Stanley en Sales & Trading Revenue Q4 2018 564 M$ Q1 2019 1 710 M$


Posté par Olivier Fluke à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2019

Mise à jour mars 2019 du suivi des dossiers de l'émission 3 minutes pour convaincre de BFM Business

Qu'en est-il en mars 2019 ?

Tableau synthese 2019


Le nombre de dossiers défaillants au RCS est de 39 sur un total de 131 pour les 9 premières éditions. L'édition 10 se distingue particulièrement puisqu'un dossier présenté à l'émission en novembre 2018 venait d'être mis en redressement judiciaire ! Il faut le faire.

Le nombre total de dossiers jugés défaillants pour toutes raisons s'élève à 54 soit 41 % pour les 9 premières éditions.

Les autres dossiers ne sont pas estimés défaillants, mais ce n'est pas pour autant qu'ils ont :
- fait l'objet d'une augmentation de capital suite au passage à BFM Business
- que l'augmentation de capital ainsi réalisée a pu enrichir les nouveaux actionnaires.

Les 6 premières éditions apparaissent très défaillantes, notamment la deuxième de décembre 2010, avec 92 % dossiers estimés défaillants.

Il y a aussi de belles entreprises qui se développent tout en réalisant des bénéfices, voir dans le détail dossier par dossier.

L'édition 7 de 2015 semble bien se comporter avec seulement 2 dossiers défaillants sur 15.

7 dossiers présentent une évolution défavorable depuis le suivi de mars 2018 dont 4 en incidents RCS :

Edition 1 de mai 2010 :
1) Cobalt aircraft en cours de liquidation depuis un jugement de juillet 2018 ; estimé en autres défaillances dans le suivi précédent (retard projet)

Edition 3 de mai septembre 2011 :
42) Librepost maintenant Octopeak entreprise en activité mais le projet ne correspond plus à celui présenté à l'émission, qui semble ne pas avoir perduré

Edition 5 de mars avril 2013
64) Echy entreprise en procédure de sauvegarde anciennement entreprise en développement
67) Magica Vision retard conséquent dans la commercialisation anciennement entreprise active

Edition 8 de 2016
114) Fiish (évaluation des compétences dans un jeu mobile) entreprise inactive le site internet a disparu anciennement entreprise active

Edition 9 de 2017

120) VieMonJob (service d’accompagnement à l’orientation, l’inspiration ou la reconversion professionnelle) entreprise radiée anciennement entreprise active

Edition 10 de 2018

133) Manager de talents (solution pour aider les individus à mieux se connaître dans le monde du travail) 12 octobre 2018 redressement judiciaire 14 janvier 2019 liquidation judiciaire

Le dirigeant est passé à l'antenne le 6 novembre 2018 alors que son entreprise était en redressement judiciaire ! Je dis bravo !

Suivis précédents :

- 26 mars 2014 Le suivi des dossiers par l'émission 3 minutes pour convaincre sur BFM Business est-il correctement effectué ? http://investigationfin.canalblog.com/archives/2014/03/26/29525422.html

- 2 mars 2015 Mise à jour mars 2015 du suivi des dossiers de l'émission 3 minutes pour convaincre de BFM Business http://investigationfin.canalblog.com/archives/2015/03/02/31630490.html

- 14 mars 2016 Mise à jour mars 2016 du suivi des dossiers de l'émission 3 minutes pour convaincre de BFM Business http://investigationfin.canalblog.com/archives/2016/03/14/33513521.html

- 9 mars 2017 Mise à jour mars 2017 du suivi des dossiers de l'émission 3 minutes pour convaincre de BFM Business http://investigationfin.canalblog.com/archives/2017/03/09/35028001.html

- 12 mars 2018 Mise à jour mars 2018 du suivi des dossiers de l'émission 3 minutes pour convaincre de BFM Business http://investigationfin.canalblog.com/archives/2018/03/12/36221665.html

Le 10 mars 2014, BFM Business répétait un taux de défaut de 10 % seulement sur 60 dossiers déjà passés, soit 6 dossiers.

Le 1er juin 2015, ce chiffre de 10 % était remis en avant, en dénombrant 70 entreprises en vie sur un total de 80 (alors qu'à cette date 91 dossiers avaient été présentés).

cf mon article du 9 juin 2015
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2015/06/09/32189667.html

I Recensement des dossiers

Total de 146 dossiers jusqu'à l'édition 2018 (la dixième) se décomposant comme suit :
1) 2010 mai : 21
2) 2010 décembre : 13
3) 2011 mai septembre : 16
4) 2012 mai : 11 (cumul 61)
5) 2013 mars avril : 15
6) 2014 septembre octobre : 15
7) 2015 septembre octobre : 15
8) 2016 4ème trimestre : 13
9) 2017 4 ème trimestre : 12
10) 2018 novembre : 15

II Rappel méthodologie InvestigationFin

Le but du suivi des dossiers présentés à l'émission 3 minutes pour convaincre est de savoir si un investisseur qui aurait investi de l'argent suite à l'émission de BFM Business serait satisfait, eu égard au business plan alors proposé.

L'entreprise est-elle d'une part toujours active et/ou en vie, d'autre part les perspectives de développement qui étaient annoncés se sont-elles concrétisées ? Le rendement prévu de l'investissement est-il donc au rendez-vous ?

Les dossiers classés en défaut suite au suivi le sont selon 4 sigles !
- E1 redressement, liquidation, faillite
- E2 défaut sur le calendrier des perspectives de développement annoncées au cours de l'émission
- E3 défaut sur les perspectives de retour sur investissement non tenues
- E4 l'entreprise ne semble pas active.

E2 et E4 sont liés. De plus, ce n'est pas parce qu'une entreprise est en retard sur son développement et qu'elle ne dégage que des pertes contrairement à ce qu'elle avait promis que les investisseurs potentiels n'ont pas effectué une bonne affaire, dans le cas où leurs parts ont été rachetées à un prix plus élevé.

Réussite financière d'une entreprise ne rime pas forcément avec rendement de l'investisseur.

III. Mise à jour du suivi des dossiers de l'émission 3 minutes pour convaincre de BFM Business

III.1) Edition 1 mai 2010 : 21 dossiers

1) Cobalt Aircarft Industries (conception commercialisation d'avion) E1 anciennement E2 (date dernier suivi 13 mars 2019) : en 2010 le projet se développait à Toussus le Noble ; le premier vol d'un prototype était prévu fin 2010 ; début 2011 l'entreprise part s'installer au Canada, à Saguenay ; en octobre 2012, deux années sont prévues pour développer l'avion ; en novembre 2012 le premier prototype se serait écrasé à Bagotville (Saguenay, Canada) ; un prototype aurait été enregistré pour certification auprès de Transports Canada, sans aboutir ; une augmentation de capital a eu lieu en mai 2014 mars et juin 2015, portant le capital social à 5,1 millions d'euros ; en octobre 2014, un nouveau prototype, au nom de série PX02, est lui enregistré auprès de la FAA (Etats-Unis) pour un processus de certification en cours. Juin 2015 : le site facebook publie des photos d'un prototype en vol d'essai, à Merced en Californie. Juillet 2015 Cobalt Aircraft quitte définitivement Saguenay ; Novembre 2015 : événement commercial à San Francisco ; les premières livraisons du Co50 sont prévues l'été 2017 ; prix de 699 000 dollars ; le Valkyrie X, avion expérimental, pourrait être produit 6 mois après la commande , prix de 595 000 dollars. La société chercherait 30 millions de dollars auprès d'investisseurs pour poursuivre son développement. Février 2016 Cobalt annonce que 50 millions de dollars de pré commande ont été obtenus (29 commandes dans les 24 heures) ; la FAA indique ne pas avoir reçu de demande de certification formelle (14 CFR Part 23), une durée de 3 ans étant nécessaire au minimum ; MAJ 2 mars 2017 : d'après un article du 1er février 2017 premières livraisons prévues mi 2017, détails des performances de l'avion en vol d'essai non encore dévoilés ; augmentations de capital en février et mars 2016, établissement de l'avenue de l'opéra fermé en mars 2016 ; MAJ 7 mars 2018 Un article d'avril indique des livraisons en 2018. Un incident est survenu le 5 septembre 2017 à l'aéroport de Castle en Californie, un prototype cobalt en test a mal atterri et s'est endommagé, sans blessure corporelle. D’après le rapport officiel, le pilote a indiqué qu'immédiatement après la rotation il a eu une difficulté extrême à contrôler l'avion, qu'il a réussi à stabiliser en vol au bout de 20 minutes. En phase d’atterrissage, à 10 pieds du sol, l’avion a descendu brutalement et s’est endommagé. Le président du conseil de surveillance a changé le 16 mai 2017. MAJ mars 2019 la société est en cours de liquidations selon un jugement du 26 juillet 2018 ; l'avion Valkyrie serait maintenant développé par un club appelé Centauri Aircraft Inc avec David Loury toujours aux commandes.

ANALYSE entreprise en cours de liquidation

2) Connected Object (domotique maison) entreprise en activité (date dernier suivi 13 mars 2019) : entreprise en activité.

MAJ 07/03/2018 Dépôt des comptes 2016 le 23 février 2018, c’est la première publication dans le bodacc depuis 2010. MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés ; entreprise en activité avec eedomus

ANALYSE entreprise en activité

3) Coursenville (commander en ligne dans des magasins de quartier) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : le 9 juillet 2013, prorogation de durée ; le site internet ne semble plus fonctionner, la dernière mise à jour sur le site facebook date du 26 février 2012 ; REVIVAL COMS société en cours de liquidation, 16 mars 2015 liquidation judiciaire ; MAJ 2017 entreprise radiée du RCS le 6 mai 2016
ANALYSE entreprise radiée

4) Distriplis (distribution automatique de documents sécurisés) E4 (date dernier suivi 13 mars 2019) : la dernière news sur leur site date de mai 2011 ; début 2012 devait installer à la mairie de Lambersart un distributeur MADEO pour 55 KE mais pas d'homologation donc pas de livraison ; pas d'information sur internet d'activité, en tout cas en lien avec l'objectif initial. MAJ 2017 peu d'infos sur internet, son dirigeant semble bien plus impliqué dans l'activité de Armoric Holding MAJ 07/03/2018 en octobre 2017 publication au bodacc des comptes de 2010 à 2015 CA 2012 68 KE CA 2013 20 KE CA 2014 72 KE CA 2015 29 KE Rnet 2015 - 4 KE R net 2014 33 KE Rnet 2013 -223 KE Rnet 2012 -79 KE Capitaux propres négatifs de 76 KE au 31 décembre 2015 ; pas d’information sur internet d’activité en phase avec l’objectif initial MAJ mars 2019 comptes annuels 2016 2017 non déposés; l'entreprise ne semble pas bien active

ANALYSE l'entreprise ne semble pas se développer comme prévu initialement

5) E-loue.com (location entre particuliers) entreprise en activité (date dernier suivi 13 mars 2019) : plusieurs augmentations de capital en 2014 puis en avril 2015 ; 2 millions d'euros levés en avril 2014 ; en avril 2014 revendiquent 100 000 membres et 150 000 visiteurs uniques par mois avec une croissance de 30 % par mois et un effectif de 12 personnes ; en novembre 2014 acquisition de Sejourning pour 3,5 millions d'euros ; objectif de plusieurs millions d'euros de CA en 2015 ; février 2015 acquisition de MamanLou site d'annonces puériculture  mars 2015 E-lou.com épinglé par Arrêt sur Images, TF1 met en avant le site dont il est actionnaire depuis l'acquisition de Sejourning, sans le préciser ; avril 2015 rachat de ContactNgo service de location de camping-cars et de Nautlidays location de bateaux entre particuliers et professionnels (2,5 millions d'euros levés depuis 2009 la plus grosse partie début 2014, 100 000 utilisateurs actifs) ; juin 2015 Arrêt sur Images indique que le site fait de la mise en scène pour les médias depuis 2011 au moins ; objectif selon 5M Ventures devenir le leader français de location de biens entre particuliers ; MAJ 2017 rachète en mars 2016 un concurrent US Rental-compare ; 100 000 utilisateurs actifs revendiqué par e-loue MAJ 07/03/2018 augmentation du capital en octobre et novembre 2016 ; d’après une interview en janvier 2018 2,5 millions d’inscrits 500 000 annonces, présence dans plusieurs pays MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés ; dernière info du greffe février 2018 statuts mis à jour ; ouverture de deux magasins à Marseille puis à Lyon

ANALYSE entreprise en activité

6) Filapi (garde d'enfants) OK ? (date dernier suivi 13 mars 2019) : en novembre 2014 rachat par Babilou ; CA 2012 812 KE Rnet -113 KE, problème de déficits récurrents, une industrialisation du développement était prévue ; en octobre 2010 l'entreprise indiquait avoir mis un peu de temps pour trouver son modèle économique, pourtant les pertes (2011 2012) ont perduré sans développement significatif (CA 2011 715 KE CA 2012 812 KE) ; comptes 2014 publiés CA 1 008 KE R net -157 KE KP 247 KE ; septembre 2015 Filapi remporte l'appel d'offres Malakoff Médéric ; MAJ 2017 comptes 2015 CA 1 200 KE Rnet -253 KE Kp négatifs à - 6 KE, effectifs inchangés 18 personnes ; MAJ 2018 comptes 2016 CA 1 207 KE Rnet -290 KE K propres - 296 KE MAJ mars 2019 la société s'appelle L'Alicle comptes 2017 CA 1 143 KE Rnet - 641 KE K propres 61 KE ; augmentation de capital 15 décembre 2017

ANALYSE revente de parts en 2014 probablement avec une plus-value mais l'entreprise n'a pas été rentable sur la période écoulée (au moins jusqu'à fin 2012, comptes 2013 non disponibles) ; pertes à nouveau de 2014 à 2017 ; aggravées en 2017 à 0,6 ME pour un CA de 1,1 ME !

7) FlotcarsEco (entretien de véhicules) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : novembre 2012 en redressement judiciaire; juillet 2013 en liquidation judiciaire MAJ 2017 société en cours de liquidation MAJ 2018 jugement du 27 janvier 2016 interdiction de gérer

8) French Kitch (console de cuisine) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : septembre 2013 entreprise radiée pour insuffisance d'actifs

9) Greenday (restauration rapide bio) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : mars 2013 entreprise radiée pour insuffisance d'actifs

10) Karcinolys (bio tech lutte contre les cancers du pancréas inopérables) E2 (date dernier suivi 13 mars 2019) : à l'émission, stratégie de sortie de 3 à 5 ans ; la société devait réaliser des tests précliniques qui ont finalement donné des résultats en 2014, publiés en juillet 2014 ; en 2007 l'entreprise voulait lever 8 millions d'euros ; le site de la société est en ligne depuis janvier 2015 : des essais cliniques sont annoncés d'ici 18 mois ; quelques dizaines de milliers d'euros auraient été levés en octobre 2014 ; la désignation orpheline a été obtenue auprès de la FDA en décembre 2014 et auprès de la Commission Européenne en janvier 2015 ; avril 2015 annonce de la création de Pancréalys, division mis en place pour accélérer le développement du Myb34.5 ; Pancrealys pourrait faire l'objet d'une société ; en recherche de financements ; selon infogreffe augmentation de capital le 26 mars 2014 et le 30 décembre 2014 puis le 26 janvier 2016 ; pas d'autre information depuis avril 2015 MAJ 2017 pas d'information nouvelle MAJ 2018 comptes 2016 CA 30 KE Rnet -15 KE K propres 119 KE ; sinon pas d’information nouvelle MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 0 KE Rnet - 42 KE ; le début d'essais cliniques était auparavant annoncé d'ici 18 mois mais il ne se passe pas grand chose dans les comptes 2017 ni sur internet

ANALYSE le développement reprend mais a pris un certain retard, la sortie de l'investissement à 3 à 5 ans annoncée en mai 2010 n'a donc pas pu avoir lieu ; les fonds levés n'ont pas été suffisants ; peu d'information depuis avril 2015

cf article du 6 février 2015 Suivi d'un dossier de 3 minutes pour convaincre de BFM Business. Le réveil de Karcinolys. Mais un échec des perspectives de 2010.
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2015/02/06/31475010.html

11) MotoParkElec (bornes de rechargement pour scooters électriques) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : la plaquette en ligne sur le site internet date de février 2010 ; pas d'information probante sur internet depuis mars 2013 ; CA 2012 0 KE Rnet 2012 - 40 KE : CA 2013 0 KE Rnet - 36 KE ; Comptes 2014 publiés CA nul Rnet -13 KE KP 133 KE trésorerie 2 KE ; au 9 mars 2016 le site internet ne s'affiche pas MAJ 2017 31 décembre 2015 comptes de clôture de la liquidation, clôture des opérations de liquidations (dépôt mars 2016 et novembre 2016) ; entreprise radiée le 7 novembre 2016
ANALYSE entreprise radiée

12) Openways (dématérialisation ouverture de portes) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 1 473 KE Rnet - 263 KE ; le chiffre d'affaires 2014 se serait élevé à 2,7 millions d'euros avec 15 salariés ; comptes 2013 et 2014 non publiés ; novembre 2015 redressement judiciaire ; décembre 2015 plan de cession ; janvier 2016 liquidation judiciaire ; pourtant leur produit Okidokeys a remporté le Grand Prix de l’Innovation de la Foire de Paris 2015 et est encore commercialisé à Castorama Darty et Leroy Merlin MAJ 2017 entreprise en cours de liquidation
ANALYSE entreprise en liquidation

13) Passiv'Construction Sycopan (construction de logements collectifs par panneaux préfabriqués) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : entreprise radiée le 27 février 2012

14) Peplum (voyages sur mesure haut de gamme) entreprise active (date dernier suivi 13 mars 2019) : comptes non publiés ; multiples augmentations de capital (4 en 2011, 2 en 2012, 3 en 2013, 3 en 2014) ; success story selon BFM ; 2 changements de commissaires aux comptes en septembre 2013 août 2014 et septembre 2015 ; augmentation de capital en mars mai et juin 2015 ; lancement de Traveller Made, selon Les Echos de mars 2015, consortium regroupant 101 agences membres dans 24 pays européens dans l'ultra luxe ; MAJ 2017 multiples augmentations de capital 31.12.15 04.01.16 29.01.16 30.09.16 MAJ 2018 augmentation de capital en mai et juin 2017 MAJ mars 2019 pas d'augmentation de capital

ANALYSE entreprise en activité

15) PoD Technologies (envoyer applications et logiciels sur serveurs externes par google apps) entreprise active (date dernier suivi 13 mars 2019) : comptes non publiés ; peu d'information probante sur la toile entre mars 2013 et février 2015 ; podcast de mai 2010 : les cibles sont les PMEs, comment PoD va se faire connaître ? ; besoin de 100 000 euros pour assurer une force de vente hors IdF ; mars 2015 dépôt des comptes 2013 CA 2013 983 KE Rnet 34 KE KP 200 KE trésorerie 95 KE ; compte twitter en avril 2015 (5 tweets en avril) MAJ 2017 site web transformé MAJ 2018 en 2017 dépôt des comptes 2014 2015 2016 CA 2014 1 348 KE Rnet 71 KE CA 2015 1 035 KE R net -350 KE CA 2016 869 KE Rnet 139 KE K propres 60 KE MAJ mars 2019 nouveau Président depuis février 2019 Patrice Pegaule comptes 2017 CA 633 KE Rnet - 84 KE KP 123 KE

ANALYSE entreprise en activité

16) Smart Store (faire découvrir et tester des échantillons de produits innovants) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019): depuis le 6 juin 2013 en liquidation judiciaire ; dernier établissement fermé le 31 mai 2014

ANALYSE entreprise en cours de liquidation

17) Starzup (création de horsewear) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : liquidation judiciaire simplifiée le 11 juin 2013 ; clôture pour insuffisance d'actifs le 18 septembre 2014 ; entreprise radiée du RCS le 16 septembre 2014

18) WiSEED (amorçage communautaire dans des start-ups) entreprise active (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2013 230 KE Rnet - 366 KE effectifs 5 personnes KP 819 KE ; 52 start-up financées pour 14,8 ME 3 liquidations et une sortie positive Antabio (45 % de rendement annuel sur 18 mois) ; le CA 2014 devrait s'élever à 500 KE avec 10 salariés ; comptes 2014 CA 619 KE R net -334 KE ; KP 1 929 KE (suite augmentation de capital) trésorerie 1 569 KE ; les montants financés en 2015 ont été multipliés par 3 relativement à 2014 ; un développement à l'international est prévu en 2016, l'agrément pour financer un projet au-delà du million d'euros est visé ; une introduction en bourse en 2017 est envisagée MAJ 2017 CA 2015 1 153 KE Rnet - 95 KE nouveau statut de prestataire de services d'investissement obtenu en juillet 2016 permettant à partir de janvier 2017 d'investir jusqu'à 5 millions par projet au lieu de 1, activité élargie à l'Europe ; fonds propres augmentés à 1 million d'euros et embauche de contrôleurs internes ; 30 millions injectés dans des projets en 2016 MAJ 2018 comptes 2016 déposés mais non disponibles ; selon Les Echos de janvier 2018 42 millions d'euros collectés en 2017 contre 30 en 2016 ; 54 sorties positives depuis le début dont 34 en 2017 avec taux d'intérêt annuel moyen de 9,3 % et 10 faillites MAJ mars 2019 le crowdfunding immobilier se développe

ANALYSE entreprise en forte croissance

19) Netcosports (éditeur d'applications mobiles dans le domaine du sport) entreprise active (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 1 922 KE Rnet 274 KE ; CA 2013 3 098 KE Rnet 504 KE effectifs 28 personnes ; objectif de CA 2014 6 ME et 2015 10 ME ; comptes 2014 : CA 5,0 ME Rnet 1,2 ME ; le CA 2015 serait de 10 ME ; annonce en septembre 2015 du rachat par Euro Media Group ; MAJ 2017 CA 2015 4 287 KE R net – 1 182 KE KP 1 335 KE MAJ 2018 CA 2016 7,2 ME R net 1,3 ME MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 4,2 ME R net - 1,8 ME KP 0,9 ME ; changement de Président et démission du DG en juillet 2018

ANALYSE entreprise active

20) Booster Academy (création de centres d'entraînement intensif à la vente) entreprise en croissance (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 30 juin 2013 2 750 KE Rnet 106 KE ; été 2015 réduction du capital social, décembre 2015 augmentation du capital social ; comptes 2014 CA 2 848 KE Rnet 53 KE KP 510 KE ; comptes 2015 CA 3 625 KE Rnet 126 KE KP 635 KE MAJ 2017 RAS MAJ 2018 RAS MAJ mars 2019 comptes 2018 au 30 juin CA 3,8 ME Rnet 119 KE KP 494 KE article du Figaro de juillet 2018 doublement des antennes d'ici fin 2019 de 20 à 40, présence en Belgique et EAU prévue

ANALYSE entreprise en croissance

21) Qooq (coach culinaire digital) entreprise en croissance (date dernier suivi 13 mars 2019) : en septembre 2014 3ème version développée, dizaines de milliers d'acheteurs ; en décembre 2014 annonce d'une fabrication prévue en Bourgogne avec BSE ; mai 2015 : lancement par Unowhy de la première tablette dédiée à l'environnement scolaire Sqool ; comptes non publiés ; tablette Qooq en vente dans de grands distributeurs MAJ 2017 comptes 2015 et 2016 déposés en janvier 2018 avec clause de confidentialité MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés ; visite en juin 2018 du secrétaire d’Etat au Numérique

ANALYSE entreprise en activité

III.2) Edition 2 fin 2010 : 13 dossiers

22) Disnous.fr (raconter ses histoires avec ses proches) E2 (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2011 8,6 KE Rnet - 544 KE CA 2012 51 KE Rnet - 292 KE ; multiples augmentations de capital (3 en 2012 1 en 2013, 2 en 2014) ; podcast décembre 2010 : levée de fonds pour viser l'international : en mai 2011 visaient 100 000 inscrits dont moitié d'actifs semble au ralenti, leur site semble ne plus être mis à jour depuis août 2013 ; dernière mise à jour du site web en avril 2014 ; comptes 2013 (au 30 septembre) CA 144 KE Rnet -217 KE KP 101 KE ; comptes 2014 (au 30 septembre) CA 160 KE Rnet -157 KE KP 107 KE ; au 9 mars 2016 le site web ne s'ouvre pas ; 18 mars et 1 avril 2015 augmentation de capital social ; 25 janvier 2016 réduction du capital social ; depuis mars 2016, à la même adresse physique, nouveau nom commercial THE BEST DOCUMENT, agence d'édition en ligne spécialisée dans le conseil, la création graphique et l'édition de documents destinés à la communication ; MAJ 2017 comptes au 30 septembre 2015 CA 159 KE Rnet - 88 KE KP 23 KE ; la société s'appelle Best Doc et le nom commercial : RG Finance, The Team Story, The Best document ; Disnous.fr a été remplacé par www.votrebuzz.fr MAJ 2018 RAS MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés

ANALYSE le projet initial s'est éteint ; la société s'appelle maintenant Best doc

23) genMsecure (solution de sécurisation par le mobile de transactions financières ou commerciales en ligne) E1 liquidation judiciaire anciennement redressement judiciaire (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 0 KE Rnet 2012 - 347 KE dernière augmentation de capital le 5 mars 2014 ; le CA 2013 serait de 4 ME ; solution industrialisable, premier pilote installé en janvier 2014 ; partenariat avec 2 leaders mondiaux des automates bancaires, partenariat avec Yousign en juillet 2014 ; d'après le site internet plusieurs produits lancés en 2015 ; février 2016 lancement de genMforbanks pour identifier avec certitude un utilisateur ; comptes 2013 2014 non publiés ; pas d'articles de médias relayant les activités de la société MAJ 2017 entreprise active MAJ 2018 comptes 2014 2015 publiés CA 2014 55 KE Rnet 42 KE CA 2015 0 KE R net 2015 -27 KE redressement judiciaire depuis le 26 octobre 2017 MAJ mars 2019 liquidation judiciaire depuis le 18 avril 2018

ANALYSE E1 entreprise en liquidation judiciaire

24) Iko System (plateforme d'agrégation des réseaux sociaux à usage d'un commercial) E1 entreprise radiée anciennement entreprise rachetée en activité (date dernier suivi 13 mars 2019) : 15 salariés fin 2014, 150 clients ; septembre 2015 augmentation de capital avec l'entrée de Telecom Technologies Transfert (3T) et Naxicap Partners ; février 2016 annonce d'un tour de table de 2,5 millions d'euros pour se développer à l'international ; 200 clients, 30 collaborateurs MAJ 2017 racheté par Sidetrade fin 2016 MAJ 2018 entreprise radiée du RCS le 17 janvier 2018 ; dissolution sans liquidation

ANALYSE E1 entreprise radiée

25) iMage'inn (dématérialisation des données pour radiologue) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : était présenté comme une success story selon BFM ; liquidation judiciaire simplifiée le 16 mai 2012 ; radiation le 5 avril 2013

26) Macauto (site de stockage recharge pour véhicule électrique) E2 (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 0 KE Rnet - 118 KE CA 2013 1,5 KE Rnet - 65 KE ; dernière augmentation de capital le 25 février 2014 ; podcast décembre 2010 : visait x 5 dans les 2 années de l'investissement, Stéphane Soumier disait "peut-être Bill Gates" ; brevets obtenus en mai 2012 aux US et septembre 2012 au Japon ; pas de site internet ; conférence en avril 2014 à Issy ; comptes 2014 CA 0 KE Rnet - 77 KE KP 19 KE ; entreprise présente à la COP21 en novembre 2015 ; Macauto est labellisée par 2 pôles de compétitivité Mov'éo et advancity et BPI ; le nouveau système pourrait être réalisé dans des délais optimistes de 12 à 18 mois ; janvier 2016 le groupe FIVES signe un partenariat pour la fourniture de ruches industrielles permettant le stockage et le rechargement de voitures électriques. MAJ 2017 peu d'information sur le développement MAJ 2018 CA 2015 15 KE CA 2016 14 KE Rnet 2015 - 53 KE Rnet 2016 - 41 KE K propres 2016 - 75 KE ; 22 juin 2017 augmentation de capital MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 10 KE Rnet 228 KE (augmentation en immobilisation incorporelle) KP 214 KE

ANALYSE peu de développement

27) Securiloc-Locster (balise de géolocalisation d'un bien) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : dernière actualité sur leur site Facebook en août 2013, CA 2012 685 KE Rnet - 327 KE ; 17 octobre 2013 liquidation judiciaire ; 15 novembre 2013 jugement autorisant la poursuite de l'activité ; 13 décembre 2013 plan de cession  MAJ 2018 le 15 mars 2017 clôture pour insuffisance d'actif

ANALYSE société clôturée

28) Woodeos (fabrication de meubles sur mesure) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : d'après le site "après 8 ans d'existence nous n'avons pas trouvé les financements nécessaires .. cesse son activité"

29) KoDe (création de software révolutionnaire de traitement de données) E1 société clôturée (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 0 KE Rnet 2012 - 153 KE CA 2013 0 KE Rnet - 224 KE ; levée de fonds de 1,5 ME en août 2013, après 800 KE levés en 2008 avec 435 KE d'avances remboursables de BPI et DGA ; en 2014 seconde version de Vivamens ; 25 mars 2015 changement de Président et augmentation de capital (société reprise par un entrepreneur) ; produits KodeServer Kode Desktop MAJ 2017 depuis avril 2016 en liquidation judiciaire ; 13 décembre 2018 clôture pour insuffisance d'actif

30) Cognisight Technologies (développement et exploitation d'une famille de processeurs) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : l'histoire : Norlitech LLC, société basée en Californie détenue à 90 % par des expatriés français, détient la propriété intellectuelle du produit Cognimem, développé par General Vision ; Norlitech LLC souhait développer en France la majeure partie de la recherche et de la fabrication de produits issus de la technologie CogniMem ; la création Cognisight Technologies n'a pas eu lieu ; en 2011 General Vision a créé une filiale, Cognimem Technologies Inc pour commercialiser la puce CM1 K ; mais General Vision a cessé de s'impliquer avec CogniMem en 2013 ; General Vision a renommé la technologie NeuroMem.

ANALYSE pas de société créée en France

31) Foxy Lady Project (édition de livre-objet su les guitares) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : pas de comptes publiés ; dernière augmentation de capital le 26 septembre 2010 ; site facebook actif jusqu'en 2015 ; entreprise radiée du RCS le 9 juin 2015

ANALYSE entreprise radiée

32) Amateur de Design (site e-commerce dédié aux objets et meubles design haut de gamme) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : en redressement judiciaire le 19 décembre 2013, cette société avait été reprise par WebMediaGroup en 2011 ; CA 2012 201 KE Rnet - 1 311 KE ; liquidation judiciaire le 16 juillet 2014 ; entreprise renommée WMG e-Com ; juin 2015 jugement de rétractation

33) Prêt d'Union (plate-forme internet de crédit entre particuliers) entreprise en développement pas encore rentable (date dernier suivi 13 mars 2019) : augmentations de capital en 2010 (1) 2011 (2) 2012 (1) 2013 (2) 2014 (1 décembre) ; podcast fin 2010 : CA prévu 10 ME en 2014 et Rnet de 26 %, point mort avec 15 000 crédits annuels, ambition 1 % de la production annuelle de crédits à la consommation en France ; en novembre 2013 levée de fonds de 10 ME avec Schibsted (total 18 ME levés), encours de 47 ME de crédits (loin de l'objectif de 1 % de part de marché), CA 2013 1,5 ME et pertes ; équilibre visé en 2015 ; augmentations de capital en 2015 (30 avril 18 juin 9 juillet) et le 12 janvier 2016 ; levée de fonds de 31 millions d'euros pour se développer à l'international en 2016 (Italie et Espagne) ; 2015 130 millions d'euros de crédit octroyés contre 76 en 2014 ; plus de 100 collaborateurs MAJ 2017 depuis mai 2016 changement de nom en Younited Credit ; Résultat 2015 - 7,1 ME ; ouverture d'un bureau en Italie en mars 2016 avec 15 collaborateurs ; pour 2015 130 millions d'euros de crédits ; selon BFM Business du 24 janvier 2017 accord conclu avec l'AMF pour régler 150 KE au Trésor Public en lien avec certains griefs MAJ 2018 annonce en septembre 2017 d'une levée de fonds de 40 ME (103 ME depuis 2010) auprès de BPI France Matmut Innovation et Zencap AM pour s'installer dans 4 nouveaux pays d'ici fin 2019 ; installation en Espagne en 2017 ; 190 salariés ; espère être rentable en France Italie et Espagne en 2019 MAJ mars 2019 résultat 2017 - 14,8 ME ; selon article de janvier 2019 milliard de prêt dépassé ; ouverture en Allemagne prévue en 2019

ANALYSE entreprise en développement pas encore rentable

34) Georges Pralus Innovation (exploitation sous licence des inventions brevetées de Georges Pralus) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 27 KE Rnet 0 KE  CA 2013 51 KE Rnet 0 KE ; 24 octobre 2012 continuation malgré perte en capital ; entreprise radiée le 21 novembre 2014

III.3) Edition 3 mai septembre 2011 : 16 dossiers

35) Adminium (service VRM de rassemblement de données produits d'un client) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : liquidation judiciaire le 8 octobre 2013 ; entreprise radiée le 2 juillet 2014

36) Bankeez (service sécurisé de collecte d'argent entre particuliers) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : en septembre 2014 Le Pot Commun rachète Bankeez ; niveau de croissance insuffisant, équipe de 12 personnes non reprises ; reprise du nom de domaine et de la base de 300 000 inscrits MAJ 2018 entreprise radiée le 2 mars 2017

37) Canibal (recyclage de boissons issues de la distribution automatique) E2 (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA au 30 juin 2012 146 KE pertes de 1 million d'euros CA CA au 30 juin 2013 42 KE Rnet - 554 KE) ; retard dans son développement (40 machines installées en 2012, 80 nouvelles prévues d'ici fin 2013 contre un point mort prévu de 400 en 2012 et 3000 prévues en 2014 pour un CA de 15 millions d'euros !) ; en août 2014 annonçait 140 unités de plus d'ici fin 2014 et 200 en plus en 2015 ; CA 2014 prévu 1,1 ME ; augmentation de capital le 27 mars 2013 (déclaré en août 2014) ; comptes 2014 CA 407 KE Rnet - 1 248 KE KP -268 KE trésorerie 141 KE ; accord avec Toshiba TEC à Dieppe pour la fabrication ; mai 2015 : primé au concours Lépine ; octobre 2015 : levée de fonds de 2 millions d'euros auprès de Financière Fonds Privés (en plus des 7 précédents) ; 120 appareils installés ; rentabilité prévue mi-2016 à partir de 300 machines installées ; CA de 1,2 ME prévu en 2015 ; l'international visé ; dépasser les 30 ME de CA d'ici 2020 MAJ 2017 annonce en juillet 2016 levée de fonds de 1,2 ME auprès de Financières Fonds Privés pour produire les bornes I3 et se lancer à l'international ; 140 bornes installées CA revendiqué de 1 million en 2015 et vise 1,8 ME en 2016 ; selon La Tribune début 2017 levée de fonds espérée de 2,5 ME ; 18 salariés ; USA et Japon visés MAJ 2018 la levée de fonds ne semble pas avoir eu lieu ; d'après un article de février 2018 200 machines installées ; comptes 2015 2016 non déposés ; en mai 2017 nomination d'un commissaire à la fusion ou la scission MAJ mars 2019 comptes 2015 CA 933 KE Rnet - 1 554 KE comptes 2016 CA 1 000 KE Rnet - 1 673 KE KP - 203 KE comptes 2017 CA 1 333 KE Rnet - 841 KE KP - 765 KE ; selon un article de novembre 2018 200 machines installées ; pas beaucoup d'évolution donc ; surtout que le fondateur Benoît Paget a fondé depuis juillet 2018 Green Big prête selon un article de janvier 2019 à déployer 300 machines en supermarché pour trier des bouteilles en plastiques ; curieuse transition, quid de Canibal ?

ANALYSE entreprise en développement mais en retard comptaient installer 3 000 d'ici 2014 et 350 prévu fin 2015 ; le point mort était prévu avec 400 en 2012 puis 350 en 2015 et maintenant 300 mi-2016 ; seulement 200 installées fin 2017, et fin 2018 maintenant ; le dirigeant semble s'être orienté sur un autre projet

38) Cavissima (cave dématérialisée en ligne) entreprise active (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 107 KE Rnet -41,5 KE ; selon La Tribune de mai 2014 effectifs de 9 personnes, objectif 20 en 2015, 1500 clients, prévoient de lever 2 ME ; le CA 2013 serait de 2,3 ME ; selon Le Progrès en février 2015 objectif lever 500 KE, CA 2014 2,4 ME avec 1 700 clients ; comptes 2013 CA 297 KE Rnet 0 KE KP 214 KE ; comptes 2014 CA 327 KE Rnet 2 KE KP 316 KE ; dépôts de fonds le 31 décembre 2014 et le 16 janvier 2015 ; apports en octobre 2015 ; levée de fonds de 700 KE annoncée en avril 2015 (330 actionnaires, Belgique et Chine au programme) le 16 avril dans infogreffe, CA revendiqué de 2,4 ME (à travers les filiales opérationnelles Cavissima et Cavissima Grands Crus) MAJ 2018 comptes 2015 2016 pas encore publiés ; d'après article Les Echos de septembre 2017 2 500 clients, dizaine de salariés, 1,5 million d'euros de CA annuel MAJ mars 2019 comptes 2015 CA 417 KE R net - 45 KE comptes 2016 CA 178 KE Rnet - 55 KE comptes 2017 CA 156 KE R net 2 KE

ANALYSE entreprise active

39) Cycode (réseau social pour entreprise) E2 (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 31 mars 2012 57,5 KE Rnet 9,7 KE CA 31 mars 2013 74 KE Rnet 19,9 KE ; site internet accessible uniquement par login et mot de passe ; pas d'augmentation de capital MAJ 2017 RAS MAJ 2018 RAS MAJ 2019 RAS

ANALYSE quid de l'activité ?

40) HA+PME (mutualisation des achats pour PME) entreprise active (date dernier suivi 13 mars 2019) : pas de comptes publiés ; augmentation de capital en août 2011, en septembre octobre novembre 2012, le 1 octobre 2013 ; en janvier 2014 6 500 entreprises adhérentes objectif 10 000 fin 2014 ; avril 2015 présentation du nouveau site internet ; juin 2015 sur BFM Business 15 000 adhérents le CA vient de dépasser le million d'euros ; 3 juillet 2015 augmentation de capital ; en 2011 le business plan prévoyait 2 ME de CA en 2014 MAJ 2017 2018 2019 entreprise active

ANALYSE entreprise active

41) iDéménager (service de courtage en déménagement) entreprise en développement (date dernier suivi 13 mars 2019) : pas de comptes publiés ; pas d'augmentation de capital ; en mars 2014 6 salariés 1500 déménagements effectués fin 2013 ; après développement en IdF et Gironde développement à l'échelle nationale prévu ; juin 2015 selon Sud Ouest installation à Toulouse et Bordeaux, Lyon visé, 8 salariés employés en 2014 et 2 400 déménagements effectués ; juillet 2015 selon Les Echos 9 personnes ; site web actif MAJ 2017 CA 2015 552 KE Rnet 118 KE MAJ 2017 pas de CA communiqué aux Echos en juin 2016 ; 12 salariés MAJ 2018 levée de fonds de 1,8 million d'euros annoncée en septembre 2017 pour accélérer le développement au niveau national, croissance annuelle de 55 % sur les 3 dernières années MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés ; le site s'appelle maintenant nextories ; rachat de Birdit en octobre 2018, plateforme technologique d'optimisation logistique ; offre pour transférer gratuitement les contrats d'énergie

ANALYSE entreprise en développement

42) Librepost (envoi de timbres gratuits contre publicité) E2 le projet initial semble ne pas avoir perduré anciennement entreprise en activité (date dernier suivi 13 mars 2019) : dernière augmentation de capital le 26 décembre 2011 ; début 2014 lancement d'Octopeek plateforme en SaaS ; comptes 2014 CA 608 KE Rnet 93 KE KP 236 KE trésorerie 10 KE ; juin 2015 lauréat de l'incubateur interne d'Outscale, baptisé Scaledome, programme d'accélération sur mesure pendant 3 mois MAJ 2017 entreprise semble en activité MAJ 2018 comptes 2014 2015 publiés CA 2014 608 KE Rnet 93 KE CA 2015 552 KE Rnet 118 KE MAJ mars 2019 comptes 2016 et 2017 non révélables ; l'entreprise se positionne comme voulant aider à améliorer la productivité et la performance grâce à l'AI

ANALYSE entreprise en activité mais le projet ne correspond plus à celui présenté à l'émission, qui semble ne pas avoir perduré

43) Net-investissement (outils de gestion de patrimoine démocratisés) entreprise en activité (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 0 KE Rnet 11 KE CA 2013 0 KE Rnet 7 KE KP fin 2013 de 1,1 ME ; selon podcast de janvier 2012 levée de fonds grâce à BFM (octobre 2011) ; comptes 2014 2015 non publiés MAJ 2017 entreprise en activité MAJ 2018 comptes 2014 2015 2016 publiés CA nul R net 2014 -1,5 KE 2015 5 KE 2016 - 4 KE La quasi totalité de l'actif de 1,1 million d'euros est en immobilisations financières ! MAJ mars 2019 comptes 2017 déposés avec déclaration de confidentialité

ANALYSE entreprise en activité

44) Obad Mobile Marketing (dématérialisation marketing relationnel sur mobile) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : pas de comptes publiés ; pas d'augmentation de capital ; entreprise radiée le 21 janvier 2015

45) PaperMind (outil de recommandation dans le domaine culturel) E1 (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2013 0 KE Rnet -38 KE ; sur le blog dernier article le 2 décembre 2013 ; 25 février 2016 liquidation judiciaire simplifiée ; entreprise radiée le 29 novembre 2016

46) Restolib' (cours de cuisine et privatisation de restaurants pendant fermetures) E2 entreprise n'est plus en développement en France anciennement entreprise en activité (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 197 KE Rnet -18 KE CA 2013 265 KE Rnet 38 KE ; podcast mai 2011 12 restaurants partenaires 15 visés à 6 mois ; podcast septembre 2011 une dizaine de restaurants partenaires actuellement ; comptes 2014 2015 non publiés MAJ 2017 site facebook actif MAJ 2018 cela fait en fait 2 ans que le président de la société s'est installé à Las Vegas pour développer EATT pour fournir de la nourriture saine, vegan. MAJ mars 2019 RAS

ANALYSE l'activité mis en avant sur BFM Business en 2011 n'est plus développée, le responsable est aux US depuis 2015

47) Simul Retraite (service de simulation de retraite) entreprise active (date dernier suivi 13 mars 2019) : pas de comptes publiés ; site internet en activité ; octobre 2015 : simulateur sur RTL en partenariat avec l'entreprise MAJ 2017 augmentation de capital en juin 2016 ; site internet actif MAJ 2018 2019 site internet actif

ANALYSE entreprise en activité

48) Tanya Heath Concept Footwear Solutions (chaussures avec talons amovibles) entreprise en activité (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 31 août 2012 42 KE Rnet - 92 KE CA 31 août 2013 112 KE Rnet -226 KE ; podcast février 2012 ambition 1 milliard d'euros d'ici 15 ans ; podcast avril 2013 équilibre entre les ventes et les coûts opérationnels ; en février 2015 3 boutiques à Paris Toronto et Porto ; 18 février 2015 augmentation de capital ; Comptes 2014 au 31 août CA 240 KE Rnet -141 KE KP 156 KE trésorerie 165 KE ; mars 2016 boutiques à Paris, Porto, Lisbonne, Los Angeles, Toronto MAJ 2017 comptes au 30 août 2015 CA 756 KE Rnet 46 KE MAJ ; reprise en 2016 d'une entreprise de talons Biotteau, en liquidation ; 5 salariés conservés MAJ 2018 CA 31 août 2017 498 KE Rnet -122 KE ; augmentation de capital en janvier 2018 MAJ mars 2019 RAS

ANALYSE entreprise en activité

49) Terra In Design (conseil à la densification pavillonnaire) E2 (date dernier suivi 13 mars 2019) : CA 2012 78 KE Rnet - 73 KE ; dernière augmentation de capital en janvier 2011 ; le 25 février 2014 continuation malgré perte en capital ; le 4 juillet 2014 prorogation de durée ; en recherche de fonds ; comptes 2013 100 KE Rnet 35 KE KP -71 KE ; comptes 2014 CA 76 KE Rnet 32 KE KP -44 KE ; juillet 2015 il semble que la personne qui avait présenté l'entreprise à l'antenne BFM Business ait changé d'activité MAJ 2017 entreprise en activité mais peu d'informations ; pas d'augmentation de capital MAJ 2018 comptes 2015 et 2016 déposés en novembre 2017 avec clause de confidentialité ; peu d'informations MAJ mars 2019 depuis octobre 2018 Eszter Simon est Président à la place de Benoît Le Foll ; comptes 2017 non déposés ; l'entreprise est maintenant basée à Paris

ANALYSE : retard dans le développement probablement par absence de fonds levés

50) Triiptic-Evoliz (aide à la gestion en entreprise) entreprise active (date dernier suivi 13 mars 2019) : pas de comptes publiés ; levée de fonds initiale de 350 KE ; 15 000 comptes sur evoliz en février 2015, site internet en activité ; janvier 2016 : environ 2000 TPE emploieraient la solution MAJ 2017 comptes 2015 déposés avec déclaration de confidentialité selon infogreffe ; 1 mars 2016 augmentation de capital MAJ 2018 site en activité MAJ mars 2019 comptes 2016 et 2017 non déposés ; démission du DG en janvier 2018

ANALYSE entreprise en activité

III.4) Edition 4 mai 2012 : 11 dossiers

51) Eco Perfinno Akustike (fabrication d'isolants naturels) E2 (date dernier suivi 14 mars 2019) : entreprise Akustike en procédure de sauvegarde depuis le 10 mars 2014 ; le dossier avait été identifié dans la liste de forte présomption de défaillance à mars 2013 ; dernière modification sur le site internet de la société en avril 2015 ; rien sur le projet Ecoperfinno ; plan de sauvegarde le 8 juin 2015 ; décembre 2015 le Président est en faillite personnelle suite à un jugement concernant une autre société MAJ 2017 2018  2019 RAS

ANALYSE le projet semble en retard complet de développement

52) Corso Magenta (conception et fabrication de revêtement de peinture) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : comptes 2008 à 2010 publiés mais rien depuis ; 11 juin 2015 augmentation de capital ; avril 2015 lancement nouvelle technologie NIOULASCO interviw sur BFM Business levée de fonds de 1,5 ME avec l'actionnaire de référence (qui l'est depuis 2012), veut trouver des business angels ou des actionnaires individuels (comme au passage sur BFM Business en 2012, soit 3 ans après) ; l'entreprise n'est pas rentable car il a fallu régler des éléments techniques ; l'augmentation de capital doit servir à du commercial (peu de recrutements identifiés sur internet) MAJ 2017 les comptes 2015 sont déposés avec déclaration de confidentialité ; augmentation de capital en juin 2016 MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité MAJ mars 2019 comptes 2017 déposés avec déclaration de confidentialité ; augmentation de capital en juillet 2018

ANALYSE entreprise active

53) Fret Bay (plate-forme web d'achat et vente de services de transport) entreprise en développement (date dernier suivi 14 mars 2019) : pas de comptes publiés, dernière augmentation de capital en juillet 2013 de 430 KE (auprès de Starquest) ; en avril 2014 200 000 personnes ont utilisé le service, 5 000 pros inscrits, panier moyen de 80 euros, 9 salariés ; levée de fonds prévue de 1,5 ME ; en décembre 2014 annonce d'un partenariat avec La Poste ; février 2016 30 salariés et 8 000 transporteurs référencés partenaires, croissance à 2 chiffres depuis 2008 ; lancement de Myboxman, une application mobile de livraison collaborative MAJ 2018 entreprise active MAJ mars 2019 comptes annuels 2017 non déposés

ANALYSE entreprise active

54) Immojeune (premier réseau immobilier pour les jeunes) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : depuis 2015 ce n'est plus MRZ mais 3WRE (même co fondateur) qui est propriétaire du site ; début 2016 lancement d'une nouvelle version du site, 100 000 offres de location ; une internationalisation est prévue au premier trimestre 2016 MAJ 2017 pas d'internationalisation observée MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité MAJ 2019 entreprise active

ANALYSE entreprise active

55) Noomeo (fabricant d'outils de mesure 3D pour l'industrie mécanique) E1 (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 220 KE Rnet 149 KE ; liquidation judiciaire le 26 novembre 2013 MAJ 2017 2018 2019 société en cours de liquidation

56) Madame Pops and Kids (transformer les dessins des enfants en oeuvre d'art sur des objets bien de consommation) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : dernière augmentation de capital en novembre 2013 ; fin 2013 panier moyen de 55 euros, ambition x5 en un an avec développement au Royaume-Uni et en Allemagne ; mars 2016 site web et facebook actifs ; pas de comptes publiés depuis 2011 MAJ 2018 2019 site actif

ANALYSE entreprise en activité

57) MOPeasy Monautopartage.fr (plate-forme web d'auto-partage pour déplacements) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 106 KE Rnet - 18,5 KE ; selon le site web une trentaine de collectivités et une vingtaine d'entreprises, 200 véhicules ; décembre 2015 2ème levée de fonds de 3,4 millions d'euros auprès du Fond Régional de Co-Investissement d'Ile de France (FCRI) réseaux de business angels Investessor et Badge, Caisse des Dépôts, pour développer la plateforme monautopartage.fr ; quinzaine de collaborateurs ; comptes non publiés depuis 2012 MAJ 2017 adresse du site  http://clem.mobi/autopartage ; mi-2016 une centaine de villes seraient équipées de son service ; Europe Amérique du Nord et Asie ciblés MAJ 2018 en août 2017 modification de la dénomination en CLEM' comptes 2016 publiés avec déclaration de confidentialité ; en novembre 2017 augmentation de capital MAJ mars 2019 comptes annuels 2017 non déposés

ANALYSE entreprise en activité

58) Red Carpet (semelles de luxe pour chaussures à talons hauts) E1 entreprise radiée (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 255 KE Rnet -179 KE CA 2013 197 KE Rnet -285 KE ; juin 2015 continuation malgré perte en capital ; comptes 2014 CA 109 KE Rnet - 71 KE KP -34 KE trésorerie 5 KE ; article et blog en activité MAJ 2017 magasins à Paris et Los Angeles MAJ 2018 le 27 avril 2017 liquidation judiciaire simplifiée ; 17 avril 2018 clôture pour insuffisance d'actif

ANALYSE E1 entreprise radiée

59) Best of Photos (Reunik création de livre photo à partir d'un profil Facebook) E1 (date dernier suivi 14 mars 2019) : pas de comptes publiés ; dissolution et radiation le 10 février 2014.

60) Sentinelo (Application de marketing opérationnel pour trouver des promotions par géolocalisation) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 55 KE Rnet -97 KE CA 2013 102 KE Rnet -263 KE ; en mai 2013 appel au crowdfunding pour lever 500 KE ; 3 à 4 millions de produits, objectif 10 millions en 1 an ; relativement peu d'informations sur l'entreprise depuis février 2014 ; octobre 2015 : annonce levée de fonds de 1 million d'euros auprès de la BPI (pour un petit montant) et d'investisseurs privés (selon infogreffe augmentation de capital les 15 mai et 9 juillet 2015) ; clients Leclerc, Marionnaud Castorama ; janvier 2016 : 12 collaborateurs ; 2015 serait une année rentable avec un CA prévu de 1 ME (triplement relativement à 2014 et 100 KE en 2013) MAJ 2017 comptes 2014 et 2015 déposés avec déclaration de confidentialité ; augmentation de capital en juillet et août 2016 ; 200 KE financés selon Smart Angels MAJ 2018 pas de mise à jour sur infogreffe MAJ mars 2019 comptes annuels 2016 et 2017 non déposés ; décembre 2018 modification statutaire ; la dernière actualité sur leur site remonte à décembre 2016

ANALYSE entreprise active ?

61) Ysé (marque de lingerie pour femmes à petite poitrine) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 29 KE Rnet - 41 KE  CA 2013 196 KE Rnet -60 KE ; décembre 2014 augmentation de capital ; 15 mai et 9 juillet 2015 augmentations de capital ; comptes 2014 non publiés ; article Capital mars 2015 : en 2011 64 KE de love money et 270 KE récoltés auprès de business angels ; ventes 2013 200 KE 2014 le double (deux-tiers par le site web), CA 2014 de 400 KE ; levée de fonds en 2015 (Wiseed, 700 KE, financé) pour ouvrir une boutique à Paris (ouverte) MAJ 2017 comptes annuel 31 janvier 2016 déposés avec déclaration de confidentialité MAJ 2018 en avril 2018 changement de présidente comptes 31/01/2017 déposés CA 1 075 KE Rnet 56 KE K propres 813 KE ; d'après article du Figaro Madame de septembre 2017 équipe de 13 personnes MAJ mars 2019 comptes 2017 (31 janvier) CA 1 075 KE R net 56 KE KP 813 KE ; comptes 2018 non révélables

ANALYSE entreprise active

III.5) Edition 5 mars avril 2013 : 15 dossiers

62) Cookit (kit à cuisiner chez soi) E2 (date dernier suivi 14 mars 2019) : selon la page facebook du 22 octobre 2014 "nous avons mis en pause le service pour le moment" MAJ 2018 sur la page facebook un partage de post le 13 octobre 2017, et c'est tout  MAJ mars 2019 RAS

ANALYSE entreprise non active

63) Dendris (développement de tests ADN multiplex) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 6 KE Rnet - 66 KE CA 2013 11 KE Rnet -172 KE ; podcast 2012 cherchaient à lever 1 ME ; dernière newsletter de janvier 2014 essais échantillons kits de diagnostic pulmonaires, commercialisation prévue en 2015 ; projet Oncograde lancé en janvier 2014 financé par Toulouse Métropole et Direccte Midi Pyrénées (pronostic cancer du sein) ; comptes 2013 CA 11 KE Rnet -171 KE KP 68 KE  ; comptes 2014 CA 15 KE Rnet 63 KE KP 35 KE ; mai 2015 dans Usine Nouvelle : solution de diagnostic pour la sécurité alimentaire, prévoit une mise sur le marché d'ici fin 2015, CA prévu à 3 ME à l'horizon 2018 ; été 2015 415 KE apportés par les membres de Capitol Angels (levée de fonds totale de 800 KE) pour démarrer la phase d'industrialisation et de commercialisation ; janvier 2016 : technologie d'analyse par bio puce ADN des bactéries, commercialisation prévue d'ici fin 2016 ; dans infogreffe augmentation de capital le 1 juin 2015 et le 24 juillet 2015 MAJ 2017 comptes 2015 CA 20 KE Rnet -96 KE KP 472 KE augmentation de capital en juillet 2016 ; test syndromique permettant d'analyser 11 bactéries simultanément MAJ 2018 comptes 2016 CA 20,5 KE Rnet -19 KE K propres 767 KE augmentation de capital fin 2017 MAJ mars 2019 comptes 2017 déposés avec déclaration de confidentialité

ANALYSE entreprise active

64) Echy (éclairage hybride par fibre optique) E1 entreprise en difficulté anciennement entreprise en développement (date dernier suivi 14 mars 2019) : 15 septembre 2014 augmentation de capital ; levée de fonds de 500 KE en juin 2014 ; contrat avec le CEA et partenariat avec Philips ; coût de 20 KE pour éclairer 100m2 objectif perf x2 et prix divisé par 2 ; fin 2013 expérimentation "Eschysse" commercialisée un an (La Poste, Carrefour), puis 2ème version améliorée "Echynoxe" ; 27 mai et 16 juin 2015 : augmentation de capital de 1,5 ME pour accélérer le lancement commercial en France et à l'international (projets en appel d'offres), efforts de R&D, produit à destination des particuliers ; janvier 2016 nouvelle levée de fonds prévue de 500 KE à 2 millions d'euros février 2016 produit ("EchyHome") pour les particuliers au prix de 5 000 euros environ pour éclairer une pièce sombre sauf si nuages ou nuit ; 12 salariés MAJ 2017 fin 2016 système d'éclairage d'une salle de classe financé par la région Rhône Alpes MAJ 2018 en avril 2017 modification du Président ; comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; article Les Echos en septembre 2017 vingtaine de bâtiments équipés ; refus de communiquer sur le CA équipe de 10 personnes ; levée de fonds de 500 KE lancée auprès d'un partenaire industriel ; économies d'électricité estimées jusqu'à 68 % MAJ mars 2019 28 janvier 2019 procédure de sauvegarde ; comptes 2017 déposés avec déclaration de confidentialité

ANALYSE entreprise en difficulté

65) Fib&Co (nouveau matériau décoatif Green Blade) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : octobre 2014 recherche de 1 ME sur Wiseed pour déploiement commercial des produits Green Blade et pour un déploiement industriel ; soutien total de 1,5 ME par la région Martinique (0,6 ME ?) + UE (0,5 ME) + BPI (0,4 ME ?) objectif installer une unité pilote en Martinique ; premières réalisations architecturales ; pas de comptes publiés ; juillet 2015 consortium avec une entreprise camerounaise en vue de construire en 2016 une unité de transformation de troncs de bananier plantain en produits pour revêtements muraux (100 000 m2 de plaquage par an) ; septembre 2015 lauréat du programme Horizon 2020 Instrument PME, subvention de 50 KE ; assez peu d'infos presse ; quelques exemples de réalisations sur le site CA 2012 118 KE Rnet -223 KE CA 2013 337 KE Rnet -235 KE MAJ 2017 comptes 2015 CA 451 KE Rnet - 2 KE KP 1 890 KE trésorerie 4 KE MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité MAJ mars 2019 comptes 2017 déposés avec déclaration de confidentialité ; lancement vente en ligne sur le site de Green Blade depuis avril 2018

ANALYSE entreprise active

66) Les Jules (service de bricoleurs polyvalents) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 473 KE Rnet 6 KE CA 2013 691 KE Rnet 5 KE ; podcast recherchent 300 KE pour développement dans de villes ; Annecy en mai Nice en mars Lille en septembre 2014 ; objectif 50 franchises en 3 ans ; comptes 2014 CA 785 KE Rnet 5 KE KP 98 KE ; nouveaux établissements sur Bordeaux et Lyon début 2015 ; dans infogreffe augmentations de capital le 15 novembre 2012 et en juin 2013 MAJ 2017 comptes 2015 CA 1 093 KE Rnet 36 KE MAJ 2018 d'après un article de mars 2017 CA de 1,8 ME en 2016, 35 collaborateurs, croissance moyenne annuelle de 30 % ; CA de 2 ME prévu pour 2017 ; Les Echos mai 2017 envisagent l'ouverture d'une plate-forme de mise en relation gratuite entre artisans et particuliers MAJ mars 2019 comptes 2016 et 2017 non déposés ; assez peu d'information sur internet ; site actif

ANALYSE entreprise active

67) Magica Vision (solutions pour non et mal-voyants) E2 retard conséquent dans la commercialisation anciennement entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : podcast à lever 100 KE ; Magica Box disponible en juillet 2015 à 50 euros ; dépôts de fonds en août 2015 et janvier 2016 ; janvier 2016 levée de fonds de 324 KE avec la plateforme de crowdfunding solidaire 1001Pact et des business angels, pour financer la première vague de production du produit MagicaBox MAJ 2017 comptes 2015 CA 0 Rnet -51 KE KP 314 KE ; début industrialisation prévu en 2016, commercialisation prévue pour septembre 2016 de 3 000 boîtiers pour 150 euros ; retard ? MAJ 2018 comptes 2016 CA 0 R net -117 KE K propres 197 KE ; d'après le site il avait été annoncé que la MagicBox serait disponible en janvier 2018, le printemps 2018 est prévu MAJ mars 2019 comptes 2017 déposés avec déclaration de confidentialité ; sur le site de l'entreprise, la Magica Box devait être finalisée fin 2018, ce n'est pas encore le cas

ANALYSE retard conséquent dans la commercialisation prévue

68) Mon défilé (promotion de jeunes créateurs de mode par site de e-commerce) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : podcast mars 2013 à lever 400 KE ; 3 associés 1 CDI 2 stagiaires 1 free lance ; mai 2015 augmentation de capital ; décembre 2015 collaboration avec 200 créateurs et 1500 références de vêtements ou accessoires figurent sur le site MAJ 2017 site actif MAJ 2018 comptes déposés 30 juin 2014 2015 2016 avec déclaration de confidentialité MAJ mars 2019 comptes annuels 2017 et 2018 (30 juin) non déposés ; changement d'adresse en mars 2018 ; dernier article sur le blog en avril 2018 ; site facebook actif

ANALYSE entreprise active

69) Observia (conception et déploiement de programmes d'accompagnement pour patients) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 30 juin 2012 ns Rnet - 53 KE CA 30 juin 2013 244 KE Rnet - 53 KE créances 959 KE KP fin 2013 1 ME ; podcast 2013 à lever 1 ME ; comptes 2015 au 30 juin CA 1,2 ME Rnet 173 KE KP 1 173 KE trésorerie 1 ME ; dans infogreffe augmentations de capital en mars avril et juin 2013 puis le 31 décembre 2013 MAJ 2017 comptes 2015 30 juin CA 1 222 KE Rnet 173 KE trésorerie 1 ME ; 10 personnes ont rejoint l'équipe, bureau ouvert en 2016 en Grande-Bretagne, un autre prévu en Allemagne ; plateforme d'entretiens pharmaceutiques utilisée dans 3 000 pharmacies ; nouveau passage sur BFM Business 8 décembre 2016 MAJ 2018 comptes 30 juin 2017 déposés avec déclaration de confidentialité ; d'après article de Challenges de septembre 2017 l'entreprise est rentable depuis 2 ans MAJ mars 2019 changement de Président en avril 2018 ; comptes 2017 et 2018 non révélables ; ouverture en janvier 2019 d'une filiale à Shanghai

ANALYSE entreprise active

70) Paymium (leader européen des solutions de paiement protocole Bitcoin) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 2 KE Rnet -103 KE CA 2013 102 KE Rnet -19 KE ; augmentation de capital le 22 décembre 2011 ; podcast 2013 à lever 1,5 ME ; en février 2014 60 000 inscrits sur Bitcoin Central, 10 000 comptes actifs ; été 2014 annonce de commerçants équipés de solution Paymium ; à partir de janvier 2015 client Showroomprivé et filiale de La Poste ; janvier 2015 alliance avec Ingenico pour fabriquer un terminal Bitcoin ; juin 2015 augmentation de capital ; comptes 2014 CA 114 KE Rnet 3 KE KP 48 KE dettes 2,4 ME créances 2,2 ME ; septembre 2015 annonce presse 1 ME levés pour accélérer la croissance en Europe et renforcer les investissements en R&D, objectif multiplier par 5 les volumes d'échanges d'ici fin 2016 MAJ 2017 d'après i tunes application Trading Bitcoin de Paymium a plusieurs milliers de clients européens MAJ 2018 site actif MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés ; selon Les Echos du 29 mai 2018 la société devait effectuer une levée de fonds de 60 millions d'euros en cryptomonnaie (ICO) ; d'après Business Insider du 28 septembre 2018, le montant est ramené à 20 millions d'euros et l'ico a démarré fin septembre ; 175 000 utilisateurs revendiqués ; la levée de fonds devait s'achever le 25 octobre, mais pas de nouvelle depuis

ANALYSE entreprise active

71) Toofruit (produits bio d'hygiène et de soin pour enfants de 6 à 12 ans) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentation de capital le 29 avril 2013 ; podcast 2013 200 points de vente dans 6 pays, 50% du CA à l'international ; selon la Tribune d'avril 2014 250 KE récoltés auprès de SmartAngels en 2013, 500 KE selon un autre article en octobre 2013 ; mars 2014 70 % de la production à l'export ; 21 juillet 2015 augmentation de capital ; 444 KE collectés sur SmartAngels au 4 juin 2015 ; d'après le site internet vente dans 16 pays à l'export MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; juin 2017 augmentation de capital et changement de Président MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés ; mai 2018 augmentation de capital

ANALYSE entreprise active

72) Travel Stadium (entreprise innovante dans la billetterie de sport) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : podcast mars 2013 : CA 2012 de 100 KE montant à lever 350 KE ; depuis 2012 25 000 coffrets vendus, 10 000 à Noël 2014 ; selon Ecofoot.fr de décembre 2015 CA 2012 0,15 ME CA 2013 0,5 ME CA 2014 1 ME CA 2015 1,7 ME, produits référencés dans 450 points de vente ; produits StadiumBox et Mafanbox ; l'entreprise serait rentable, donc pas besoin de recherche des fonds ; développement à l'international prévu en 2016 MAJ 2017 sont repassés dans l'émission le 15 décembre 2016 CA de 2 millions d'euros en 2016, exercice 2015 2016 à l'équilibre en juin MAJ 2018 ; transfert du siège social au RCS Aix en Provence ; dépôt des comptes jusqu'au 30 juin 2017 avec déclaration de confidentialité ; d'après offre d'emploi de septembre 1 000 points de vente, 50 clubs partenaires, 80 % de croissance lors du dernier exercice 60 % prévu MAJ mars 2019 comptes 2018 (30 juin) non révélables ; sur le site 6 sports 50 clubs

ANALYSE entreprise active

73) Verifpro (FormForAll générateur en ligne de formulaires multilingue) E1 liquidation judiciaire simplifiée (suivi précédent E2) (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 1 KE Rnet - 77 KE CA 2013 6 KE Rnet -100 KE KP 93 KE ; pas d'augmentation de capital ; podcast 2013 : à lever 1 ME ; à mars 2016 très peu d'informations, le site internet existe mais l'entreprise ne semble pas très active et n'a pas augmenté son capital ; comptes 2014 non publiés MAJ 2017 https://www.cmesdonnees.com/ MAJ 2018 le 21 décembre 2017 liquidation judiciaire simplifiée

ANALYSE liquidation judiciaire simplifiée

74) WeDrive (service de covoiturage local) E1 société clôturée (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 4 KE Rnet -272 KE KP -200 KE ; dernière augmentation de capital le 9 avril 2014 ; podcast 2013 à lever 2 à 3 ME pour développer dans 3 à 4 pays, la France pas le meilleur pays pour l'activité ; en octobre 2014 PSA prend 20 % du capital avec 1 ME : vocation à être intégré dans les modèles en 2015 ; quelques centaines de milliers d'euros pour effectuer les développements logiciels requis ; pas de modèle économique défini, les utilisateurs ne paient pas ; d'après Challenges du 17 mars 2015, WeDrive (mars avril 2013) mettrait la clé sous la porte, n'ayant pas réussi à obtenir 1,25 million d'euros supplémentaires après les 1,25 obtenus auprès de PSA ; 11 mars 2015 liquidation judiciaire ; 16 février 2016 clôture pour insuffisance d'actif

75) Xambox (outil de simplification des tâches administratives) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentation de capital en décembre 2013 ; podcast mars 2013 CA 340 KE pas très loin d'être profitable montant à lever 500 KE ; CA 2013 600 KE ? effectif 11 personnes ; 4 ME de R&D 4 brevets déposés ; rachat de la base de données d'Adminium ; juin et septembre 2015 augmentations de capital ; février 2016 article sur Frenchweb offre Xambox Anywhere (gestion du courrier et des documents papiers des seniors) ; mars 2016 en partenariat avec Orange développement de Xambox à l'international dans 10 pays MAJ 2017 clients internet Pro Orange peuvent bénéficier d'une offre Xambox incluse gratuitement selon blog MAJ 2018 comptes annuels 2016 non déposés ; solution toujours proposée dans le cloud pro d'orange MAJ mars 2019 comptes 2017 (30 sept) non déposés

ANALYSE entreprise active

76) Youboox (service de lecture de livres numériques en ligne) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : CA 2012 4 KE Rnet -173 KE CA 2013 33 KE Rnet -550 KE ; multiples augmentations de capital (3 en 2012 2 en 2013 3 en 2014) ; podcast 2013 : à lever 1 ME, 85 000 inscrits lisent 2 millions de pages par mois ; 1ère levée de fonds en 2013 530 KE ; les Editions Atlas ont investi 1,1 ME depuis ; selon BFM en oct 2014 10 000 accès payants 500 000 inscrits ; 29 avril 2015 augmentation de capital ; comptes 2014 CA 208 KE Rnet - 818 KE KP Rnet 191 KE trésorerie 309 KE ; Amazon s'est aussi lancée dans l'abonnement illimité en décembre 2014 ; février 2015 polémique injonction par le médiateur du livre de revoir le modèle de tarification ; selon frenchweb février 2015 7 personnes employées et 10 000 abonnements payants, 220 éditeurs français (pas les plus importants) ; avril 2015 selon un blog première levée de fonds de 200 KE et 2ème de 1,3 ME ; décembre 2015 : processus d'évolution du cadre réglementaire en cours ; sur linkedin pas mal de départs dans l'entreprise récemment ; sur le site internet l'abonnement payant est à 7,99 euros par mois (contre 9,99 dans une interview en décembre 2015) MAJ 2017 comptes 2015 CA 453 KE Rnet -498 KE KP - 90 KE ; levée de fonds en septembre 2016 de 1 ME pour financer de nouveaux déploiements commerciaux et techniques MAJ 2018 CA 2016 5,2 ME Rnet -277 KE K propres 824 KE créances 4,2 ME ; site actif ; augmentation de capital en décembre 2017 et janvier 2018 MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 8,7 ME Rnet - 470 KE ; association avec SFR et Free

ANALYSE entreprise active

III.6) Edition 6 septembre octobre 2014 : 15 dossiers

77) Trip n drive (autopartage pour les voyageurs) E1 liquidation judiciaire (date dernier suivi 14 mars 2019) : 4 augmentations de capital en 2014 ; 800 KE levés en novembre 2015 ; mai 2015 : 15 000 inscrits ayant loué une voiture, 13 sites en France ; mars 2016 partenariat avec Citroën ; sur le site nombreux aéroports et gares MAJ 2017 comptes 2014 et 2015 déposés avec déclaration de confidentialité ; application mobile depuis mi 2016 MAJ 2018 depuis le 16 mars 2017 liquidation judiciaire

ANALYSE liquidation judiciaire

78) Clic2buy (dispositif pour géolocaliser la disponibilité des produits puis ajouter dans un panier de distributeur) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentations de capital en décembre 2013 et mars 2014, 1 ,1 million d'euros levés (BPI et business angels) ; selon usine digitale en septembre 2015 technologie employée par 80 marques partenaires, 15 employés MAJ 2017 12 employés MAJ 2018 pas de comptes déposés ; site actif MAJ mars 2019 s'appelle MARKET CONNECT ; comptes 2016 et 2017 non révélables ; augmentations de capital en mars et juin 2018

ANALYSE entreprise active

79) 2kidsonebag (service de location de poussettes pour touristes) E1 société clôturée (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentations de capital 29 novembre 2013 27 décembre 2013 2 et 13 juin 2014 1 décembre 2014 30 novembre 2013 23 décembre 2015 ; 12 décembre 2014 continuation malgré perte en capital ; 300 KE levés en décembre 2015 ; contrat avec JC Decaux pour équiper les abribus de Paris à partir de mai 2016, en test sur 1 an ; projet de dupliquer dans d'autres villes de France l'été 2016 (Nice et Lyon) MAJ 2017 8 février 2017 liquidation judiciaire simplifiée MAJ 2018 15 février 2018 clôture pour insuffisance d'actif

80) Wedoogift (service de chèques cadeaux BtoB avec relance) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : podcast : CA prévu 2014 500 KE levée prévue en nov 2014 ; augmentations de capital en mars avril et mai 2015 ; 500 KE levés (Xavier Niel par Kima Ventures pour 150 KE) pour embaucher 5 personnes ; selon maddyness en mai 2015 800 KE de CA en 2015 et 6 ME prévus en 2015 ; les chiffres diffèrent selon journal du net les 800 Ke sont en cartes, pas en CA CA 2014 de 60 KE et 500 KE prévu pour 2015 ; businessmarchés.fr d'octobre 2015 effectif 14 personnes, prévision 16 l'été 2016 MAJ 2017 entreprise active MAJ 2018 modification de DG en septembre 2017 CA 2015 1,4 ME CA 2016 10,2 ME Rnet 2015 -112 KE Rnet 2016 172 KE K propres 569 KE trésorerie 5,6 ME ; selon article d'octobre 2017 ouverture prévue de bureaux en Italie Allemagne et UK au premier trimestre 2018, 1,5 million d'euros investis ; 800 000 utilisateurs environ MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés ; d'après une interview en novembre 2018 devraient être 50 salariés en 2019 et centaine après 2020 ; regardent toujours pour se développer en UK Italie et Allemagne (donc retard)

ANALYSE entreprise active

81) Yesprofile (plateforme de contrôle et de location des données personnelles mettant en relation directe individus et marques) E1 entreprise radiée (date dernier suivi 14 mars 2019) : podcast : au lancement 300 KE objectif 500 000 utilisateurs fin 2014, lancement US et UK prévu ; pas de nouvelle information sur societe.com ; juin 2015 sur le site facebook focalisés sur une levée de fonds, retard dans le développement technique ; dans Challenges en décembre 2015, quarantaine de clients et ambition 150 000 inscrits d'ici fin de l'année ; site facebook assez peu actif depuis octobre 2015. MAJ 2017 entreprise radiée du RCS le 27 septembre 2016

82) Terradona (machine de tri rémunérant en points convertibles en bons-cadeaux) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentation de capital en juin 2013 ; podcast : présentation d'un démonstrateur fin 2014, effectif 2 personnes recrutement de 9 puis 7 autres en 2015 ; commercialisation prévue en France en 2016 ; comptes 2014 CA 0 Rnet - 5 KE production 448 KE KP 75 KE trésorerie 11 KE ; octobre 2015 lancement expérimentation de l'outil Cliiink auprès de Communauté du Pays d'Aix et Marseille Provence Métropole ; 1 ME en R&D ; lancement de la commercialisation à grande échelle en France et à l'étranger à l'issue de l'expérimentation (fin du premier trimestre 2016), avec une capacité de production annuelle de 5 à 10 000 systèmes par an ; pari de CA entre 2 et 3 ME dès 2017 (selon le Président une collectivité de taille moyenne économiserait 4 ME par an environ) ; 7 personnes, pas encore de CA, levée de fonds de 2 ME préparée ; selon pulse edf de mars 2016 commercialisation prévue fin 2016 MAJ 2017 levée de fonds de 600 KE en décembre 2016 auprès de la Caisse des Dépôts ; propose la consigne 2.0 MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; d'après Nice Matin de novembre 2017 Monaco et Grasse adoptent le dispositif Cliiink en février et mars 2018 MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 227 KE Rnet - 299 KE ; augmentation de capital en février 2018 pour 1,15 million d'euros (donc CDC et EDF) ; phase d'industrialisation en grande série ; accord avec Heineken en avril 2018

ANALYSE entreprise active

83) Big bag n'go (commande de sac de gravats) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : 20 juin 2012 continuation malgré perte en capital ; augmentations de capital le 31 décembre 2014 le 15 janvier 2015 et le 13 février 2015 (le capital social, variable, est passé de 18 KE à 6 KE ; peu de visites sur le site facebook ; événement promotionnel à Leroy Merlin Paris en février 2016 MAJ 2018 selon Les Echos de novembre 2017 9 salariés CA 2017 de 2 ME environ CA 2016 de 1,2 ME CA 2015 de 525 KE ; selon Le Moniteur de janvier 2018 levée de fonds de 2 ME en préparation pour se développer dans d'autres villes ; rentabilité à l'équilibre MAJ mars 2019 comptes non déposés ; peu d'infos depuis 1 an ; site actif

ANALYSE entreprise active

84) Testamento (outil de rédaction d'un testament olographe) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : août 2015 poursuite d'activité malgré actif net devenu inférieur à la moitié du capital social ; mars 2015 annonce levée de fonds de 342 KE sur la plateforme Sowefund ; octobre 2015 achat du site Alloleciel ; augmentations de capital 6 février 2015 16 avril 2015 20 juillet 2015 15 octobre 2015; selon Frenchweb de janvier 2016 objectif nouer des partenariats avec des entreprises pour commercialiser des offres, exemple Roc-Eclerc. MAJ 2017 partenariat annoncé en juin 2016 avec Aviva MAJ 2018 comptes 2016 non déposés ; partenariat signé à l'automne 2017 avec Epargne actuelle filiale de Aviva France MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels ; février 2019 tour de table de 3 millions d'euros annoncés avec Allianz La France Mutualiste et Malakoff Médéric Humanis ; découle d'alliances commerciales déjà nouées ; 15 recrutements prévus pour effectif de 13

ANALYSE entreprise active

85) Tooshort (solution de marché d'articles d'occasion pour enfants) E1 entreprise en liquidation judiciaire (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentations de capital le 10 juin 2014 le 28 juillet 2015 le 30 décembre 2015 le 7 janvier 2016 ; auprès de NCI, Wiseed et actionnaires historiques ; selon Lsa-conso de février 2016, service en ligne ouvert le 28 janvier 2016 ; contrôle qualité dans un entrepôt dans l'Orne à L'Aigle ; projets vers la Belgique l'Allemagne et les Pays-Bas ; MAJ 2017 16 janvier 2017 redressement judiciaire MAJ 2018 20 mars 2017 liquidation judiciaire

ANALYSE entreprise en liquidation judiciaire

86) Level S3D (application de réalité augmentée capable de scanner en 3D) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentations de capital 5 mai 2014 30 juillet 2014 16 janvier 2015 ; CA 2013 60 KE Rnet - 186 KE ; podcast 2014 : passe de 2 à 7 salariés ; comptes 2014 non publiés ; selon le site internet capital initial en septembre 2012 de 55 KE, puis 154 KE en mai 2014 ; décembre 2014 accord de partenariat avec ERDF, projet Smart Glasses ; levée de fonds en janvier 2015 de 325 KE grâce au club de business angels de Champagne-Ardennes et autres ; septembre 2015 bénéficiaire du programme jeune pousse de SNCF Développement ; printemps 2016 sortie prévue de l'application MyCaptR (pour les métiers du BTP et agencement intérieur) MAJ 2017 nombreuses augmentations de capital en 2016 ; cherchent 1,5 ME pour avoir les moyens de développer l'offre commerciale et les forces de vente, puis poursuite développements technologiques MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; augmentations de capital en juin et décembre 2017 ; 30 juin 2017 poursuite activité malgré actif net inférieur à la moitié du capital social ; collecte en cours sur Wiseed 300 KE recherchés clôture prévue début mars 2018 MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels ; augmentation de capital en mai 2018 1 million d'euros récoltés CDC BTP capital Investissement LB Conseil ; objectif 5 ME de CA d'ici 4 ou 5 ans et présence international

ANALYSE entreprise active

87) C2N (solution de comparaison de produits et services pour les acheteurs publics) E4 entreprise inactive (date dernier suivi 14 mars 2019) : pas de société identifiée ; pas d'information identifiée sur la toile

ANALYSE entreprise inactive

88) Vinocasting (coffret de dégustation de vin) E1 société clôturée (date dernier suivi 14 mars 2019) : plusieurs augmentations de capital (3 en 2013 3 en 2014) ; comptes 2014 CA 66 KE Rnet -164 KE KP 260 KE ; septembre 2015 citation dans un article de La Tribune : en train de conclure un partenariat avec un gros acteur de la vente de vin en ligne, ouverture prévue d'une boutique physique à Paris (pour que les clients dégustent avant d'acheter) ; octobre 2015 collecte de 5 KE sur Kisskissbank sur 30 jours (pour rembourser les frais de campagne du site et aménager et décorer la boutique !) ; novembre 2015 nouveau coffret MAJ 2017 juin 2016 liquidation judiciaire ; octobre 2016 Les grappes rachète Vinocasting et son algorithme, l'entreprise va donc disparaître MAJ mars 2019 le 20 septembre 2018 clôture pour insuffisance d'actifs

ANALYSE société clôturée

89) Actiled (concepteur et fabricant de sources d'éclairage LED éco efficientes) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : podcast : objectif CA de 2 ME d'ici 3 ans, embauche de 3 personnes objectif CA 2014 200 KE puis x2 chaque année ; aide de 40 KE de Réseau Entreprendre Atlantique ; pas d'augmentation de capital ; entreprise active (selon site internet) et participation à des salons et Forums MAJ 2017 idem MAJ 2018 les comptes sont déposés avec déclaration de confidentialité MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels

ANALYSE entreprise active

90) AFB (entrepris solidaire de collecte et traitement de déchets électriques et électroniques) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : pas d'augmentation de capital ; annonce en septembre 2015 d'emménagement dans de plus grands locaux dans l'agglomération d'Annecy ; ouverture début 2016 d'un autre établissement près de Grenoble MAJ 2018 les comptes sont déposés avec déclaration de confidentialité , d'après Le Dauphiné de janvier 2018 4 ème site ouvert à Nantes après Caen ; 61 salariés dont 80 % en situation de handicap ; CA de 1,543 ME en 2017 MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels

ANALYSE entreprise active

91) Stay home (portage immobilier) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : pas d'augmentation de capital ; CA 2013 95 KE Rnet - 0,4 KE KP 9 KE ; septembre 2015 : en négociation de partenariat avec une banque pour proposer les produits ; selon Capital.fr de février 2016, 80 projets financés ; estime à terme 360 millions d'euros la demande de tels financements ; MAJ 2017 repassent dans l'émission en déc 2016 ; beaucoup d'articles de presse ; pas d'augmentation de capital ; valeur moyenne des portages en 2016 178 KE ; 120 nouveaux dossiers en 2016, honoraires de 6 % sur chaque opération ; 6,5 % de rendement annoncé pour les investisseurs MAJ 2018 les comptes sont déposés avec déclaration de confidentialité ; site actif MAJ mars 2019 comptes 2017 non révélables

ANALYSE entreprise active

III.7) Edition 7 septembre octobre 2015 : 15 dossiers

92) Algo Paint (première peinture écologique à base d’algues) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentations de capital 1 octobre 2015 18 décembre 2015 ; février 2016 levée de fonds de 450 KE terminée sur Wiseed, objectif multiplier l'activité par 2 ; au début de la levée de fonds en juin 2015 objectif de 7 ME de CA en 2018 avec quinzaine de salariés MAJ 2017 selon Les Echos décembre 2016 peinture Algo présente dans centaine de magasins ; déploiement sur le marché des professionnels début 2017 MAJ 2018 comptes 30 juin 2017 délai de tenue AG prorogé au 28/02/18 levée de fonds de 800 KE en septembre 2017 auprès de Wepositive Invest fonds du Credit Mutuel Akéa ; création gamme Algo Pro effectif de 6 personnes MAJ mars 2019 comptes 2018 (30 juin) non déposés

ANALYSE entreprise active

93) Cyberwatch (premier logiciel de correction de vulnérabilités informatiques) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : MAJ 2017 augmentation de capital le 7 mars 2016, pas de communication de levée de fonds alors que 500 KE recherchés MAJ 2018 comptes 2016 CA 254 KE Rnet -59 KE ; site en activité MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 330 KE Rnet 100 KE

ANALYSE entreprise active

94) France Barter (plateforme digitale d’échanges inter-entreprises) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : infogreffe augmentation de capital 18 décembre 2015 ; janvier 2016 lancement d'une levée de fonds de 300 KE sur Wiseed pour améliorer le réseau informatique, 400 entreprises rassemblées, échanges réalisés supérieurs au million d'euros ; sur Wiseed clôture levée fin avril 2016, 350 KE recherchés, réalisable si 100 000 euros souscrits ; dans Le Parisien du 2 mars 2016 450 entreprises membres, 5 % de commission, bureaux à Paris et Lyon MAJ 2017 bouclage levée de fonds de 180 KE en mai 2016 ; dernière augmentation de capital selon infogreffe en décembre 2015 ; en janvier 2017 selon La Tribune cap des 600 entreprises utilisatrices franchi et 3 M de volumes d'échange ; 10 collaborateurs et 4 bureaux en France ; nouveau passage BFM Business le 22 septembre 2016 : 200 KE de titres participatifs souscrits et financement BPI du même montant ; ouverture de Barter Bretagne d'ici fin 2016 MAJ 2018 Caisse d'Epargne Rhône Alpes en aide selon article de Hello Finance ; article Les Echos de décembre 2017 1 400 entreprises sociétaires, 8 personnes employées, devrait dépasser 250 KE de CA ; droit d'entrée annuel de 235 euros et prélèvement de 5 % sur les ventes et achats réalisés ; levée de fonds réalisée de 380 KE en 2016 MAJ mars 2019 comptes 2016 et 2017 non déposés ; annonce en juillet 2018 du rachat de Jacoop (communauté de 1 600 entreprises) ; 1 540 membres affichés sur le site

ANALYSE entreprise active

95) Genepred (technologie médicale spécialisée dans le diagnostic prédictif) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) annonce en février 2016 d'une levée de fonds de 1,2 million d'euros sur la plateforme Anaxago ; discussions engagées avec BPI et autres pour compléter ; pour renforcer les effectifs et accélérer la mise sur le marché des algorithmes de prédiction (proposés à des laboratoires d'analyse médicale en Europe et aux Etats-Unis) ; première mise sur le marché prévue en 2017 ; augmentations de capital 8 août 2014 23 décembre 2015 MAJ 2017 comptes 2014 CA 0 Rnet - 82 KE comptes 2015 CA 0 Rnet -161 KE KP fin 2015 375 KE ; dans Les Echos en janvier 2017 algorithme prédictif sur la cirrhose ; levée de fonds prévue de 10 ME pour poursuivre R&D, lancement commercial du logiciel par abonnement aux labos d'analyse ; 15 personnes MAJ 2018 modification du nom commercial BILHI GENETICS ; comptes 2016 CA 0 Rnet -521 KE tréso 674 KE ; site actif MAJ mars 2019 comptes non déposés ; augmentation de capital en janvier 2019 ; la levée de fonds en 2017 était de 2 millions d'euros ; Bilharziose maladie tropicale : plusieurs années de recherche dessus

ANALYSE entreprise active

96) KAZoART (place de marché pour des œuvres d’art originales et accessibles) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : septembre 2015 catalogue de 2 000 oeuvres en dessous de 1 000 euros ; en levée de fonds objectif 500 kE d'ici fin 2015 ; MAJ 2017 augmentation de capital le 3 juin 2016 ; selon un article d'octobre 2016 levée de fonds de 300 KE (BA et BPI France), déménagement à Bordeaux avec l'accélérateur de startups Héméra ; 350 artistes et 10 000 oeuvres ; 3 personnes 2 recrutements prévus en 2017 ; second tour de table prévu en 2017 MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; selon Sud-Ouest de janvier 2018 augmentation de capital de 600 KE pour se développer à l'international ; 7 salariés, 8 recrutements visés ; CA triplé chaque année (visait 5 ME en 2018) ; catalogue d'artistes à bientôt 5000 MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels ; annonce en octobre 2018 levée de fonds de 168 KE auprès du réseau Arts & Métiers Business Angels

ANALYSE entreprise active

97) KeeWork (job-board proposant le premier outil d’évaluation de marque employeur) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : pas d'augmentation de capital effectuée ; sur le site 827 annonces MAJ 2017 24 mars 2016 augmentation de capital 25 avril 2016 réduction de capital (il était de 200 KE 7 KE maintenant) 4430 annonces MAJ 2018 site actif MAJ mars 2019 comptes non déposés

ANALYSE entreprise active

98) Mobypark (appli. mobile qui ouvre les parkings privés aux conducteurs urbains) E2 entreprise rachetée en raison d'une concurrence élevée anciennement entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : 2014 levée de fonds de 600 KE auprès d'investisseurs hollandais et belges ; levée en cours sur Smart angels depuis avril 2015 67 KE confirmés 274 KE en cours ; octobre 2015 partenariat conclu avec Europcar France (réduction de 20 % sur les parkings Mobypark) 22 000 utilisateurs ; mars 2016 dans 20 minutes Paris Toulouse Amsterdam Bruxelles Marseille, 20 000 utilisateurs déclarés pour 3500 places de parking ; entreprise pas encore rentable ; nouvelle application en cours de finalisation d'ici 1 ou 2 mois, l'ancienne désactivée en février. MAJ 2017 augmentation de capital en mars et mai 2016 ; assez peu d'informations sur web MAJ 2018 les comptes sont déposés avec déclaration de confidentialité ; selon article de Frenchweb de mai 2017 entreprise rachetée par une entreprise néerlandaise, en raison de la concurrence élevée ; fonds levés de 1,4 ME insuffisants ; site encore actif ; le dirigeant et fondateur historique est parti MAJ mars 2019 comptes non déposés ; site actif

ANALYSE entreprise rachetée par une entreprise néerlandaise en raison d'une concurrence élevée

99) PayMyTable (appli. mobile pour payer directement son addition au restaurant) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) MAJ 2017 augmentations de capital au premier semestre 2016, 1,1 million d'euros de la famille Mulliez ; dernière publication sur facebook en novembre 2016 ; offre de stage pour débuter en avril 2017 ; équipe de 10 personnes MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; augmentation de capital en fin de premier semestre 2017 MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels

ANALYSE entreprise active

100) PopUp Immo (premier acteur des pop-ups store en France) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) pas d'augmentation de capital ; comptes 2014 (sur 18 mois) CA 66 KE Rnet 17 KE KP 23 KE ; selon podcast 700 boutiques à louer sur le site MAJ 2017 fusion en septembre 2016 avec Storefront, leader US ; portefeuille total de 10 000 espaces sur 3 continents ; possible levée de fonds envisagée fin 2016 MAJ 2018 comptes 2016 non déposés augmentation de capital en mars 2017 ; d'après Forbes d'août 2017 souhait de conquérir de nouveaux marchés Allemagne Turquie Singapour chine Australie Brésil MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés

ANALYSE entreprise active

101) Rcup (semelles individualisées innovantes pour la santé et la sécurité) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : augmentations de capital 23 décembre 2015 21 janvier 2016 ; octobre 2015 remporte le prix de la conception digitale MAJ 2017 semelles testées à Air Liquide, Sncf et Ratp, 65 euros la paire ; 8 personnes employées chiffre d'affaire de 65 KE, en quête de nouveaux investisseurs selon Les Echos de novembre 2016 MAJ 2018 site actif MAJ mars 2019 1 million d'euros avait été levé, 5 personnes employées d'après article d'octobre 2018

ANALYSE entreprise active

102) Skilladvisor (place de marché de la formation professionnelle) EI entreprise radiée (date dernier suivi 14 mars 2019) : souhaitent lever 1 million d'euros ; comptes 2014 (9 mois) CA 0 Rnet - 5 KE KP 45 KE ; augmentation de capital le 5 juin 2015 mais pas depuis MAJ 2017 entreprise radiée le 1 juin 2016

103) Smart me up (technologie de reconnaissance de visage en temps réel) entreprise rachetée par Magneti Marelli en 2018 (date dernier suivi 14 mars 2019) : comptes 2012 CA 0 R net 5 KE KP 35 KE ; comptes 2013 CA 0 Rnet 8 KE KP 43 KE ; comptes 2014 CA 225 KE Rnet 110 KE KP 152 KE ; 26 janvier 2016 augmentation de capital au RCS ; janvier 2016 : présence au CES de Las Vegas ; mars 2016 annonce levée de fonds de 2 ME (Niel, Granjon, Blanc) pour déployer massivement leur solution ; soutien BPI avec un prêt à l'innovation (offre sursouscrite) ; partenariat avec Photomaton ; selon Les Echos de mars nouveau tour de 1 million d'euros qui valoriserait la société à 10 millions d'euros (10 personnes employées, 20 d'ici fin 2016) MAJ 2017 comptes 2015 CA 154 KE Rnet - 68 KE KP 84 KE ; levée de fonds de 2 ME dont BPI annoncée en avril 2016 ; commercialisation du logiciel aux USA et en 2018 en Corée Chine et Japon, 7 ME à lever prévu en 2017 objectif CA 1 ME en 2016 3 ME en 2017 10 ME en 2018 MAJ 2018 comptes 2016 CA 57 KE Rnet - 500 KE KP 619 KE tréso 1 046 KE ; les objectifs ne semblent pas atteints MAJ mars 2019 nouveau Président Gianpaolo ACCOSSATO en novembre 2018 car Magneti Marelli a racheté 100 % de la société, annonce le 1er août 2018 :comptes 2017 CA 76 KE Rnet - 425 KE

ANALYSE entreprise rachetée par Magenti Marelli en août 2018

104) Stimulme.com (coaching personnalisé sur internet) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : société Stimulab augmentation de capital au RCS le 18 septembre 2015 MAJ 2017 augmentation réduction de capital le 15 avril 2016 ; site web actif mais pas beaucoup d'infos sur le web MAJ 2018 idem ; comptes 2016 non déposés MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 73 KE Rnet - 26 KE

ANALYSE entreprise active

105) Weclaim (première plateforme européenne de litige de masse (class action)) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : MAJ 2017 augmentation de capital le 12 juin 2015 déposée le 21 décembre 2016 ; dit avoir reçu en juin 2016 10 000 demandes d'indemnisation affaire Volkswagen et vise 150 000 plaintes en Europe ; commission de 33 % sur chaque indemnisation MAJ 2018 comptes 2016 non déposés MAJ mars 2019 pas d'info RCS ; site actif

ANALYSE entreprise active

106) Jerevedunemaison.com (acteur immobilier exclusivement dédié aux personnes ayant un projet d’achat immobilier en France) entreprise active (date dernier suivi 14 mars 2019) : selon Immomatin.com d'août 2015 le site avait revu son concept, initialement il s'agissait d'acheter une résidence secondaire à plusieurs, le site propose toujours cela, mais se place aussi côté acheteur (les aider à dynamiser leur projet), une centaine d'agences partenaires, 40 000 maison ; augmentations de capital sur infogreffe 26 mars 2014 22 et 30 décembre 2014. MAJ 2017 levée de fonds réalisée fin 2016 ; MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité site actif ; augmentation de capital en février 2017 MAJ mars 2019 comptes 2017 non déposés ; sur twitter annoncent 390 clients en 2018

ANALYSE entreprise active

III.8) Edition 8 2016 : 13 dossiers

L'édition 2016 aura été quelque peu chaotique. De nouveaux dossiers présentés au fil de l'eau (un par semaine) en septembre et en octobre, puis une longue interruption, et enfin des passages quotidiens à partir de fin novembre en faisant repasser une deuxième fois certains dossiers de la rentrée, mais pas tous. Sans compter que sont passés des dossiers déjà présentés dans des éditions antérieures en se faisant passer pour lauréats de l'édition 2016 !

Ainsi parmi les 15 lauréats de 2016 figurent :
- Stay Home déjà présentés dans l'édition 2013
- Pop-up Immo déjà présentés dans l'édition 2015
- Storefront qui n'est autre que Pop up Immo puisque Pop Up Immo avait fusionné en septembre 2016 avec Storefront !

Et curieusement un dossier présenté Tentation Fromage n'est pas affiché dans les lauréats 2016.

Cela a pu ressembler à l'auberge espagnole cette édition 2016.

http://www.3minutespourconvaincre.com/category/portfolio/laureats-2016


107) MIP Robotics (robots industriels nouvelle génération) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; podcast : bras automatisé à 8 000 euros ; gros carnet de commande depuis la première émission ; levée de fonds de 230 KE en avril 2016 auprès de Scientipole Capital et de Business Angels ; selon article de décembre 2016 prévoient 10 commandes en 2016 et livraison de 50 robots en 2017 ; équipe de 6 personnes dont 2 fondateurs ; recherche de 1 million d'euros en 2017 pour industrialiser la production et développer distribution à l'étranger notamment MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; d'après article de janvier 2018, levée de fonds de 500 KE pour industrialiser ses robots industriels et développer de nouvelles fonctionnalités ; bras proposés à moins de 10 KE MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels ; novembre 2018 la Région Ile de France sélectionne l'entreprise comme 12 lauréats pour se partager une dotation de 1 million d'euros avec subvention max de 100 KE, prototypes à réaliser 8 mois maximum, exposition dans Paris Region Smart Weeks 2019

ANALYSE entreprise active

108) Vinyl it (plate-forme de vinyles personnalisés à l'unité) E1 entreprise liquidée (date dernier suivi 15 mars 2019) ; podcast : catalogue de 7 000 droits ; production en France et livraison sous 15 jours ; selon article de décembre 2016 : point mort à 30 ventes par jour ; prépare une 2ème levée de 500 KE auprès de business angels pour internaliser la production dans un vinyle shop MAJ 2018 depuis le 18 janvier 2018 liquidation judiciaire simplifiée ; 11 décembre 2018 clôture pour insuffisance d'actif

ANALYSE entreprise liquidée

109) BioModex (maquettes de simulation chirurgicale imprimées en 3D) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; podcast : revendique plus de 200 chirurgiens formés ; soutenus par Dassault Systèmes ; levée de fonds en avril 2016 pour 3,2 millions d'euros (Innovation Capital, Kima Ventures) MAJ 2018 d'après un article de décembre 2017, la levée de fonds de 2016 était de 2,7 ME, nouvel appel prévu au premier trimestre 2018 ; bureau ouvert à Boston ; recrutement prévu aux US de 10 personnes et effectif de 20 à 25 au siège à Paris MAJ mars 2019 entrée de Idinvest Partners au capital en juin 2018 ; levée de 12 millions d'euros : pour améliorer ses produits, accélérer développement à l'international, bureau ouvert à Boston, avoir une unité de production locale

ANALYSE entreprise active

110) Genedys (place de marché d'achat, vente et transports d'hydrocarbures vrac pour professionnels) E1 entreprise en liquidation judiciaire anciennement entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; podcast : commissions sur les volumes et abonnements pour accéder au marché ; selon article de mai 2016 levée de fonds organisée jusqu'au 17 juin 2016 ; première levée en 2015 de 1,2 ME (part H4P structure qui fédère entreprises de transport et groupements 38 %) MAJ 2018 comptes 2016 CA 737 KE Rnet -293 KE tréso 406 KE depuis le 22 février 2018 liquidation judiciaire

111) Ecovadis (agence de notation spécialisée dans les achats responsables) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; 70 % de sociétés du CAC 40 clientes ; 30 ME levés fin 2016 avec Partech Ventures ; 80 % du CA à l'international ; volume d'achat audité de 1 000 MdE ; les logiciels collectent les données, croisement de sources de données ; 30 000 clients 110 pays. MAJ 2018 2019 entreprise active

Analyse : entreprise en développement mais société créée en 2007 qui n'a rien à faire dans l'édition 2016 de 3 minutes pour convaincre

112) Comet devenu Zyl (application smartphone intelligente de gestion de photos) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) entreprise active (date dernier suivi 9 mars 2017) ; podcast : cherchent 900 KE ; en train de travailler sur un algorithme qui va sélectionner 1 photo sur 5 et proposer d'en supprimer 4 ; levée de 150 KE annoncée en mars 2016 ; capital social à mars 2017 de 1,2 ME MAJ 2018 comptes 2016 non déposés ; Zyl = version 2.0 de Comet ; selon interview de janvier 2018 préparent une 3ème levée de fonds de quelques millions d'euros en juin 2018 ; 17 collaborateurs ; vente de l'application aux événements d'entreprises MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 15 KE Rnet - 565 KE ; nouvelle version selon un article de novembre 2018

ANALYSE entreprise active

113) Yelloan (solution d'accès au crédit pour jeunes CDD intérimaires basée sur la confiance entre amis) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; podcast prévision milliers de prêts en 2017 ; moins de 1 000 prêts réalisés ; garantie participative de 5 % du crédit auprès famille et amis ; décembre 2016 levée de fonds de 1,75 million d'euros auprès de Seventure Partners (BPCE) MAJ 2018 d'après article de janvier 2018, offre de crédit à la conso disponible au Groupe Crédit Mutuel Arkéa Financo et Monabanq ; projet en évolution, mise en place en novembre 2017 du premier chatbot dédié au crédit à la conso en partenariat avec Financo MAJ mars 2019 comptes 2016 et 2017 confidentiels ; partenariat avec FranFinance de la Société Générale

ANALYSE entreprise active

114) Fiish (évaluation des compétences dans un jeu mobile) E2 entreprise inactive anciennement entreprise active ? (date dernier suivi 15 mars 2019) entreprise active (date dernier suivi 9 mars 2018) ; MAJ 2018 pas de mise à jour RCS ; le site existe MAJ 2019 rien au RCS ; le site internet a disparu

ANALYSE aucun développement, le site internet a disparu

115) Trocotel (place de marché vente et rachats de réservations d'hôtel non annulables entre particuliers) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; procès gagné contre Accor ; difficile de trouver un investisseur selon un article de La Tribune de décembre 2016 MAJ 2018 pas d'augmentation de capital, site actif MAJ mars 2019 rien au RCS, comptes non déposés ; entreprise active

ANALYSE entreprise active

116) TravauxLib (simplification et sécurisation des travaux de rénovation des particuliers) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; MAJ 2018 D'après article de Itespresso de mars 2017 1,8 million d'euros levés avec le concours de Breega Capital et Xavier Niel et BPI ; pourtant rien au RCS ; l'équipe devrait passer de 11 à 20 personnes d'ici fin de l'année ; site actif MAJ mars 2019 comptes 2016 et 2017 confidentiels ; entreprise active

ANALYSE entreprise active

117) PhD Talent (association organisatrice de forum de recrutement pour les docteurs) association active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; aidés par la Région Ile de France et le Ministère de l'enseignement supérieur. MAJ 2018 2019 site actif

Analyse : C'est une association et non une entreprise, qui n'a donc rien à faire dans 3 minutes pour convaincre.

118) Supervan (chauffeur privé pour meubles et objets) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; podcast : croissance de 50 % par mois, cherchent 1 million d'euros. MAJ 2018 pas de mouvement au RCS , site actif MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels ; partenariant avec Ikea

ANALYSE entreprise active

119) Tentation Fromage (internet au service des fromagers) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ; podcast : livraison en 30 mn à Paris 40 mn à Nantes et 24h dans toute la France ; 50 références de fromage ; clôture levée de fonds début 2017 ; d'après article de février 2016 une première levée de fonds de 500 KE était espérée pour 2016 ; lancement en juin 2015 d'une offre de box : 1 million d'euros de CA visé en 2016 MAJ 2018 comptes 30 juin 2017 non déposés ; janvier 2018 modification du nom commercial ; site actif ; levée de fonds de 550 KE auprès de business angels à l'été 2017 ; selon article Les Echos de novembre 2017 une centaine de fromagers en cours de référencement, objectif 1 000 pour avoir un maillage complet du territoire ; commission de 20 % par commande MAJ mars 2019 comptes 2018 (30 juin) non déposés ; augmentation de capital en novembre 2018

ANALYSE entreprise active

III.9) Edition 9 2017 : 12 dossiers

120) VieMonJob (service d’accompagnement à l’orientation, l’inspiration ou la reconversion professionnelle) E1 entreprise radiée anciennement entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes annuels 2016 non déposés ; commission de 20 % sur la semaine exercée auprès d'un professionnel sans convention de stage MAJ mars 2019 entreprise radiée le 5 mars 2019

ANALYSE entreprise radiée

121) Catspad (distributeur d’eau et de croquettes connecté pour chats) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; produit en vente sur le net MAJ mars 2019 comptes 2016 et 2017 confidentiels ; entreprise active

ANALYSE entreprise active

122) Peeksprint (bornes pour imprimer cartes postales à partir de ses photos de Smartphone) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 en octobre 2017 démission du DG MAJ mars 2019 entreprise active

ANALYSE entreprise active

123) Oly Be (mise en relation de professeurs, d’élèves et de lieux pouvant accueillir des cours de yoga) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; augmentation de capital en novembre 2017 ; MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 117 KE Rnet - 50 KE ; entreprise active

ANALYSE entreprise active

124) Feetme (semelles connectées pour améliorer prise en charge de patients aux troubles de mobilité) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes 2016 non révélables ; annonce en octobre 2017 d'une levée de fonds de 1,95 million d'euros menée par Kuma Partners, Idinvest aurait investi 1,5 million ; test en interne de la 2 ème version ; effectif 10 personnes MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels ; entreprise active

ANALYSE entreprise active

125) Revinax (réalité virtuelle pour mieux apprendre) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes 30 sept 2016 déposés avec déclaration de confidentialité ; analyse en cours sur Wiseed Ca prév 5 ME en 2019 et 12 ME en 2020 avec rentabilité MAJ mars 2019 comptes 2017 (30 sept) confidentiels ; augmentation de capital en septembre 2018 ; pas trop d'information Wiseed

ANALYSE entreprise active

126) Ever Photo Shoot (démocratise la séance photo professionnelle) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité MAJ mars 2019 comptes 2017 confidentiels ; augmentation de capital en novembre 2018

ANALYSE entreprise active

127) Mapui Labs (solutions numériques sur le circuit du médicament) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes 2016 déposés avec déclaration de confidentialité comptes 2017 non déposés ; février 2018 annonce levée de fonds de 500 KE pour développer la 2ème plate forme numérique Hospiville MAJ mars 2019 comptes 2018 (31 mars) confidentiels ; octobre 2018 selon RCS reconstitution des KP ; selon le site 300 hôpitaux et cliniques connectés sur la plateforme

ANALYSE entreprise active

128) Zeloce (plate forme de transport de marchandise pour optimiser le dernier kilomètre) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes 2016 CA 72 KE Rnet -140 KE K propres - 110 KE MAJ mars 2019 comptes 2017 CA 306 KE Rnet - 200 KE KP - 311 KE ; en juin 2018 changement de président ; entreprise active

ANALYSE entreprise active

129) Votre Robin (service de mise en relation avec un avocat) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 site actif MAJ 2019 finaliste de la BFM Académie ; entreprise active ; rien au RCS

ANALYSE entreprise active

130) MISM (prépare et réalise les projets de rénovation et d’agrandissement) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 comptes 2016 non déposés MAJ 2019 comptes 2017 non déposés ; entreprise active

ANALYSE entreprise active

131) HyTech Imaging (cartes 3D des petits fonds marins) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) MAJ 2018 RAS MAJ 2019 comptes 2017 confidentiels ; entreprise active

ANALYSE entreprise active

III.10) Edition 10 2018 : 15 dossiers

132) Freedge Beauty (rayon frais en cosmétiques) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) Podcast Lancement prévu en juin 2019 ; comptes 2017 CA 0 Rnet -32 KE décembre 2017 : augmentation de capital ; le site prévoit aussi une gamme dès juin 2019

133) Manager de talents (solution pour aider les individus à mieux se connaître dans le monde du travail) E1 entreprise en liquidation judiciaire (date dernier suivi 15 mars 2019) comptes 2018 (30 juin) non déposés 12 octobre 2018 redressement judiciaire 14 janvier 2019 liquidation judiciaire

Le dirigeant est passé à l'antenne alors que son entreprise était en redressement judiciaire ! Je dis bravo !

134) Securkeys (service de livraison de doubles de clés) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) Le fondateur Pascal Métivier avait lancé Openways (dossier numéro 12), qui a été présenté à l'émission en mai 2010 et qui est en cours de liquidation ! partenariat avec Allianz ; augmentation de capital en août 2018 ; entreprise active

135) Smart services (plateforme qui centralise les services de bureaux) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) entreprise active

136) Feelae (service de téléconsultation qui rapproche patients et médecins) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) comptes 2017 confidentiels ; augmentations de capital en avril 2018 et janvier 2019

137) InUse (maintenance connectée dans les usines) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) comptes 2015 2016 confidentiels, comptes 2017 non déposés ; augmentations de capital en octobre 2018

138) Merito (mutualisation de vendeurs) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) comptes 2017 non déposés ; avaient levé 700 KE en septembre 2017 ; 50 marques partenaires selon podcast

139) Transition One (transforme des voitures thermiques en voitures électriques) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) premier prototype équipé sur une voiture selon article de décembre 2018 ; prototype sur une twingo2 selon podcast, objectif 5 000 euros contre 10 à 15 aujourd'hui

140) Uzer (solutions pour engager les marques et leurs clients vers une consommation responsable) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) comptes 2017 CA 101 KE Rnet -129 KE ; en septembre 2017 articles pour mettre en avant un boîtier connecté pour mieux trier ses déchets, Eugene ; augmentations de capital en mars et avril 2017

141) F&F Beverages (commercialisation de boissons et snacks innovants, eau détox bio) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) Innate gamme d'eaux infusées bio, marque présente en France, aux Pays-Bas, en Espagne, au Portugal, au Canada et au Danemark, son marché principal

142) Lavoisier (transformation de bijoux 100% made in France) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) ouverture 1er showroom à Paris 7 rue Saint Roch

143) Leciseau.fr (réservation en ligne de prestations de coiffure) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) comptes 2017 confidentiels ; levée de fonds de 1 million d'euros en juillet 2017 ; janvier 2019 levée de fonds de 3,2 millions d'euros Matmut Innovation 123 IM et UL Invest ; 3 000 coiffeurs partenaires revendiqués dans 12 villes ; objectifs : tripler partenaires d'ici fin 2019 et 250 villes en France

144) Waiter (algorithme de recrutement) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) comptes 2018 (31 mars) non déposés ; février 2019 réduction du capital ; site actif

145) Minsight (logiciel 3D de création et distribution expériences immersives pour les professionnels) entreprise active (date dernier suivi 15 mars 2019) Minsar ; comptes 2016 CA 41 KE Rnet 71 KE

146) Linkky (solution dédiée au feedback des collaborateurs) entreprise active rachetée (date dernier suivi 15 mars 2019) Zestmeup est devenue Président en mars 2019 ; comptes 2017 confidentiels ; Zest fait l'acquisition de Linkky, annonce le 12 mars 2019 ; opération qui apporte 10 % de CA à Zest

Posté par Olivier Fluke à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2019

Revue analytique des résultats du quatrième trimestre 2018 des principales banques européennes.

Un premier point avait été effectué le 24 janvier sur les résultats du quatrième trimestre 2018 des principales banques américaines : JP Morgan, Citi, Bank of America, Goldman Sachs, Morgan Stanley.
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2019/01/24/37045237.html

Dans cette seconde partie les résultats des banques suivantes sont commentés : Crédit Suisse, Deutsche Bank, Barclays, UBS, Société Générale, BNP Paribas, Royal Bank of Scotland, HSBC.

Les aspects suivants vont être abordés :

- évolution des résultats relativement au troisième trimestre 2018 ;
- analyse spécifique sur les activités de Fixed Income.

Je précise que mon approche de revue analytique des résultats n'aborde pas ou très peu la problématique de la liquidité et du bilan. N'hésitez pas à recouper le contenu de cet article pour y détecter des anomalies ou pour l'améliorer, merci d'avance.

Revue des résultats du troisième trimestre 2018 partie 1 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2018/10/25/36813691.html
Revue des résultats du troisième trimestre 2018 partie 2 :
http://investigationfin.canalblog.com/archives/2018/11/08/36850934.html

UBS 22 janvier 2019 Résultat net 0,7 milliard de dollars (- 0,6 / Q3 2018)

Baisse des revenus (- 0,45) malgré + 0,35 de gains cession de SIX Payment Services à Wordline, baisse de 0,45 en IB et 270 M$ de pertes dans UBS Securities China, hausse des dépenses administratives (-0,45) et effet impôt (+0,3) impact changement mesure des DTAs + 275 M$

Deutsche Bank 1 février 2019 Résultat net - 0,4 milliard d'euros (- 0,6 / Q3 2018)

Baisse des revenus (-0,6) en Fixed income.

BNP Paribas 6 février 2019 Résultat net 1,4 milliard d’euros (- 0,7 / Q3 2018)

Baisse des revenus (-0,2) hausse des frais de gestion (-0,4) non récurrence plus value de cession First Hawaiian Bank (-0,3) et effet impôts (+ 0,45)

Société Générale 7 février 2019 Résultat net 0,8 milliard d’euros (- 0,6 / Q3 2018)

Revenus en baisse (-0,6) notamment en hors pôles, dont non-récurrence impact réévaluation titres Euroclear (- 271 ME) et impact IFRS 5 (- 241 ME) sur les cessions en cours, effet impôts (+ 0,4).

Crédit Suisse 14 février 2019 Résultat net 0,3 milliard de francs suisses (- 0,1 / Q3 2018)

Baisse des rémunérations (+ 0,25) et hausse des dépenses administratives (-0,25).

RBS 15 février 2019 Résultat net + 0,4 milliard de livres sterling (+ 0,1 / Q3 2018)

Baisse des revenus (- 0,6) en Fixed income - 0,4 et central items - 0,2, effet impôts (+0,25) et moindre charges pour dépréciation (+ 0,2).

HSBC 19 février 2019 Résultat net 2,1 milliards de dollars (- 2,4 / Q3 2018)

Baisse des revenus (- 0,75) dont - 0,65 Fixed income, effet juste valeur des instruments financiers (-2,25) hausse des dépenses opérationnelles (-1,15) dont UK bank levy - 0,9 effet assurances (+1,0)

Barclays 21 février 2019 Résultat net 0,2 milliard de livres sterling ( - 1,0 / Q3 2018)

Hausse du coût du risque (-0,4), hausse des dépenses opérationnelles (-0,3), UK bank levy (-0,25) et charge de Guaranteed Minimum Pensions (-0,15).

1) Comparaison des résultats par rapport au troisième trimestre 2018

2018 Q4 tableau 3



$ GS JPM Citi BoA MS HSBC UBS
CHF CS
€ Santander Barclays RBS BNP SG DB

PNB Produit Net Bancaire (Net revenues pour Deutsche Bank et Crédit Suisse, Gross income pour Santander, Total operating income pour UBS, total income net of insurance claims excluding own credit pour Barclays, Total income pour RBS, Net Interest income + Net Fee income + Net trading income pour HSBC)
RN Résultat net (Net Income pour Deutsche Bank ; Consolidated profit w/o capital gains pour Santander (sauf Q2 et Q3 2012 attributable profit to the Group), Net profit pour UBS, Profit after tax pour Barclays, Résultat net part du Groupe pour BNP, Résultat net pour Société Générale, Loss Profit for the period pour RBS, Profit after tax pour HSBC)
NI Non identifié

UBS Total operating income Q4 2018 7,0 Md$ Q3 2018 7,4 Md$ Net profit Q4 2018 0,7 Md$ Q3 2018 1,3 Md$

A partir du 4 ème trimestre 2018 les données financières sont présentées en dollars US.

Les revenus opérationnels diminuent de 0,45 milliard de dollars entre le troisième et le quatrième trimestre 2018 :

+ 0,05 Global Wealth Management (Q4 4,15 Md$) ;
+ 0,3 Personal & Corporate Banking (Q4 1,3 Md$) dont + 359 M$ gains cession de SIX Payment Services à Wordline
+ ns Asset Management (Q4 0,45 Md$) ;
- 0,45 Investment Bank (Q4 1,55 Md$) ; dont - 0,1 Fixed income dont - 0,15 actions dont - 0,1 conseil
- 0,4 Corporate Center (Q4 - 0,5 Md$) ; dont - 270 M$ pertes dans UBS Securities China

+ 460 M$ gains investissements dans sociétés liées

Le résultat net diminue de 0,55 milliard de dollars au troisième trimestre 2018 :

- 0,45 Operating income dont - 0,25 intérêts net dont - 0,2 commissions
+ 0,1 baisse des dépenses de personnel (Q4 3,85 Md$) ;
- 0,45 dépenses générales et administratives (Q4 1,9 Md$) ; dont - 0,15 litiges (Q4 151 M$ Q3 2 M$) ; dont - 0,05 charges de restructuration (Q4 188 M$ Q3 123 M$) ;
+ 0,3 effet de l'évolution de la charge d'impôt (Q4 0,15 Md$). impact changement mesure des DTAs + 275 M$

Crédit Suisse Net revenues Q3 2018 4,9 MdCHF Q4 2018 4,8 MdCHF Net income Q3 2018 0,4 MdCHF Q4 2018 0,3 MdCHF

Décomposition de la baisse de 0,1 milliard de francs suisses des Net revenues (Produits Nets) entre le troisième et le quatrième trimestre 2018 :

+ 0,05 en Swiss Universal Bank (Q4 1,35 MdCHF) ;
+ 0,15 en International Wealth Management (Q4 1,4 MdCHF)
- 0,15 en Asia Pacific (Q4 0,65 MdCHF)
- 0,1 en Global Markets (Q4 0,95 MdCHF) dont - 0,05 en Fixed income
- 0,05 en Investment Banking & Capital Markets (Q4 0,5 MdCHF);
- ns en Strategic Resolution Unit (Q4 - 0,2 MdCHF)
+ 0,05 en Corporate Center (Q4 0,1 MdCHF).

Le résultat net diminue de 0,1 milliard de francs suisses de trimestre à trimestre pour les raisons suivantes :

- 0,1 baisse des Net revenues ; dont + 1,0 intérêts nets dont - 1,25 trading
+ ns provision pour pertes sur crédit (Q4 0,05 MdCHF)
+ 0,25 rémunérations (2,15 MdCHF)
- 0,25 hausse des dépenses administratives (1,55 MdCHF) ; dont - 0,05 major litigation provisions (2018 Q3 22 MCHF 2017 Q4 49 MCHF ) ;
- ns commissions (0,3 MdCHF) ;
+ 0,05 dépenses de restructuration (Q4 0,15 MdCHF)
- 0,1 effet impôts (0,35 MdCHF).

Barclays Total income net of insurance claims Q3 2018 5,1 Md£ Q4 2018 5,1 Md£ Profit after tax Q3 2018 1,2 Md£ Q4 2018 0,2 Md£

Les revenus baissent de 0,05 Md£ entre le troisième et le quatrième trimestre 2018 :

- 0,05 Barclays UK (Q3 1,85 Md£)
- 0,05 Barclays International (Q4 3,2 Md£) dont - 0,1 en FICC (Q4 0,6 Md£)
+ 0,05 Head Office (Q4 - ns Md£).

Les profits diminuent de 1,0 Md£ de trimestre à trimestre pour les raisons suivantes :

- 0,05 baisse des revenus ;
- 0,4 coût du risque (Q4 0,65 Md£) ; dont 150 M£ incertitude économique anticipée
- 0,3 dépenses opérationnelles (Q4 3,6 Md£) ;
- 0,25 UK bank levy (Q4 269 M£)
- 0,15 charge GMP (Q4 140 M£) Guaranteed Minimum Pensions
+ 0,05 litiges (Q4 0,05 Md£)
+ ns autres revenus/dépenses nettes (Q4 0,05 Md£)
+ 0,1 effet charge d'impôts (Q4 0,15 Md£).

Par Division, évolution du résultat net :

- 0,25 Barclays UK (Q4 0,25 Md£)
- 0,7 Barclays International (Q4 - 0,05 Md£)
- 0,1 Head Office (Q4 - 0,25 Md£)

Deutsche Bank Net revenues Q3 2018 6,2 MdE Q4 2018 5,6 MdE Net income Q3 2018 0,2 MdE Q4 2018 - 0,4 MdE

Les revenus nets diminuent de 0,6 MdE entre le troisième et le quatrième trimestre 2018 :

- 0,45 Total Corporate and Investment Bank (Q4 2,6 MdE) dont - 0,55 Sales & Trading FIC (Q4 0,8 MdE)
- 0,05 Total Private & Commercial Bank (Q4 2,45 MdE) ;
- 0,05 Total Deutsche Asset Management (Q4 0,5 MdE) ;
- 0,05 Corporate & Other (Q4 ns MdE).

Le résultat net diminue de 0,65 milliard d'euros pour les raisons suivantes :

- ns revenus nets d'intérêt (Q4 3,4 MdE) ;
- 0,6 revenus hors intérêts (2,2 MdE) ; dont + 0,15 autres revenus (Q4 0,15 MdE) ; dont - 0,6 fair value P&L (Q4 - 0,3 MdE) ; dont - 0,1 commissions
- 0,15 dotation de provision pour pertes de crédit (Q4 0,25 MdE) ;
- 0,05 hausse des rémunérations (2,9 MdE) ; ratio 2016 39,6 % 2017 46,3 % 2018 Q1 43,0 % Q2 46,3 % Q3 46,3 % Q4 52,1 % 2018 46,7 %
+ ns baisse des dépenses administratives (2,65 MdE) ; dont - ns litiges (Q3 2018 14 ME Q4 2018 39 ME) ; dont - 0,1 restructuration (Q3 103 ME Q4 181 ME)
+ ns activités restructurées (Q4 0,1 MdE)
+ 0,2 effet charge d'impôt (Q4 0,1 MdE).

BNP PARIBAS Produit Net bancaire Q3 2018 10,4 MdE Q4 2018 10,2 MdE Résultat net part du groupe Q3 2018 2,1 MdE Q4 2018 1,4 MdE

Le Produit Net Bancaire diminue de 0,2 MdE entre le troisième et le quatrième trimestre 2018 pour les raisons suivantes :

+ 0,05 Domestic Markets (Q4 2018 3,8 MdE) ;
- 0,1 International Financial Services (Q4 2018 4,0 MdE) ;
- 0,2 Corporate and Institutional Banking (Q4 2018 2,4 MdE) ; dont  - 0,2 FICC (0,5) ; dont - 0,3 en Equity (0,15) ; dont + 0,1 en Securities dont + 0,2 en Corporate
+ 0,05 Corporate Center (Q4 2018 - ns MdE).

Le résultat net part du groupe diminue de 0,7 milliard d'euros :

- 0,2 baisse du PNB ;
- 0,4 hausse des frais de gestion (7,7 MdE) dont - 0,2 coûts de transformation et restructuration (2018 Q4 481 ME 2018 Q3 267 ME) ;
- 0,2 coût du risque (0,9 MdE)
+ 0,05 quote-part des sociétés mises en équivalence (0,2 MdE)
- 0,35 hors exploitation (0,1 MdE) ; rappel plus value de cession de 30,3 % de First Hawaiian Bank (Q3 286 ME)
+ 0,45 effet impôts (0,15 MdE)

Société Générale PNB Q3 2018 6,5 MdE Q4 2018 5,9 MdE Résultat net Q3 2018 1,4 MdE Q4 2018 0,8 MdE

Le Produit Net Bancaire diminue de 0,6 MdE entre le troisième et le quatrième trimestre 2018 :

- 0,05 Banque de détail France (Q4 1,9 MdE)
+ 0,05 Banque de détail et Services Financiers Internationaux (Q4 2,15 MdE)
- 0,15 Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs (Q4 2,05 MdE) ; dont - 0,15 taux change et matières premières ;
- 0,5 Hors Pôles (Q4 - 0,2 MdE) rappel Q3- 0,25 ME impact réévaluation titres Euroclear (271 ME) ; dont - 0,25 impact IFRS 5 (- 241 ME) sur les cessions en cours

Le résultat net diminue de 0,6 milliard d’euros :

- 0,6 baisse du PNB ;
- 0,1 hausse des frais de gestion (Q4 4,45 MdE) ; dont ns effet linéarisation IFRIC 21 (Q4 2018 - 169 ME Q3 2018 - 169 ME) ; dont + 0,15 ME provision pour litiges (Q3 136 ME Q4 0 ME)
- 0,1 coût net du risque (Q4 0,35 MdE) ;
- 0,15 gains sur autres actifs (Q4 - 0,15 MdE) ;
+ 0,4 effet charge fiscale (Q4 0,15 MdE).

Royal Bank of Scotland Total income Q3 2018 3,6 Md£ Q4 2018 3,1 Md£ Profit for the period Q3 2018 0,6 Md£ Q4 2018 0,4 Md£

Les revenus diminuent de 0,6 Md£ entre Q3 2018 et Q4 2018 pour les raisons suivantes :

- ns UK Personal & Business Banking (Q4 1,55 Md£)
- ns Ulster Bank (Q4 0,15 Md£) ;
+ ns Commercial (Q4 0,8 Md£)
+ ns Private Banking (Q4 0,2 Md£)
 RBS International (Q4 0,15 Md£)
- 0,4 Natwest Markets (Q4 0,15 Md£) dont - 0,15 Fixed income dont - 0,3 legacy (rappel Q3 indemnités assurance 165 M£).
- 0,2 central items (Q4 44 M£ Q3 219 M£) dont - 0,1 volatilité IFRS (Q3 77 M£ Q4 - 25 M£).

Le résultat net diminue de 0,15 milliard de livres sterling :

- 0,6 baisse des revenus ; dont - 0,35 trading (Q4 0,15 Md£) ; dont - 0,25 autres (Q4 0,15 Md£)
- ns hausse des dépenses opérationnelles (Q4 2,45 Md£) ; dont + 0,3 litiges (Q4 92 M£ Q3 389 M£) ; rappel Q3 200 M£ de ppi supplémentaire ; dont + 0,05 restructurations (Q4 355 M£ Q3 299 M£) ; dont - 0,2 UK Bank levy (Q4 179 M£)
+ 0,2 charges pour dépréciation (Q4 ns Md£) ;
+ 0,25 effet impôts (Q4 0,15 Md£)

HSBC Net Interest income + Net Fee income + Net trading income Q3 2018 13,3 Md$ Q4 2018 12,6 Md$ Profit after tax Q3 2018 4,5 Md$ Q4 2018 2,1 Md$

Baisse des revenus de 0,75 Md$ (Net Interest income + Net Fee income + Net trading income (2018 Q1 13 347 M$ Q2 13 403 M$ Q3 13 308 M$ Q4 12 582 M$) :
+ 0,05 net interest income (Q1 7 456 M$ Q2 7 644 M$ Q3 7680 M$ Q4 7 709 M$)
- 0,2 net fee income (Q1 3 507 M$ Q2 3 260 M$ Q3 3026 M$ Q4 2 827 M$)
- 0,55 net trading income (Q1 2 384 M$ Q2 2 499 M$ Q3 2602 M$ Q4 2 046 M$) dont - 0,65 Fixed income (Q1 1 489 M$ Q2 1 384 M$ Q3 1 513 M$ Q4 885 M$)

Le résultat net diminue de 2,4 Md$.

- 0,75 baisse des revenus ;
- 2,25 effet juste valeur sur instruments financiers et autres (Q1 -28 M$ Q2 25 M$ Q3 371 M$ Q4 - 18 56 M$)
+ 0,6 gains nets des investissements financiers (Q1 101 M$ Q2 23 M$ Q3 37 M$ Q4 655 M$)
+ ns dividendes (Q1 9 M$ Q2 32 M$ Q3 15 M$ Q4 19 M$)
- 0,55 primes nettes d’assurance (Q1 3 078 M$ Q2 2 698 M$ Q3 2712 M$ Q4 2 171 M$)
+ 0,2 autres revenus opérationnels (Q1 41 M$ Q2 318 M$ Q3 154 M$ Q4 372 M$) ;
+ 1,55 sinistres assurances (Q1 - 2 838 M$ Q2 - 2 922 M$ Q3 - 2799 M$ Q4 - 1248 M$) ;
- 0,35 coût du crédit (Q1 - 170 M$ Q2 - 237 M$ Q3 - 507 M$ Q4 - 853 M$) ;
- 1,15 hausse des dépenses opérationnelles (Q1 9 383 M$ Q2 8 166 M$ Q3 7 966 M$ Q4 9 144 M$) dont ns litiges (Q3 produit de 1 M$ Q4 produit de 24 M$) dont UK bank levy 0,9 Md$
- 0,05 part des profits dans les filiales et JV (Q1 598 M$ Q2 783 M$ Q3 597 M$ Q4 558 M$)
+ 0,25 effet impôts (Q1 1 017 M$ Q2 1 279 M$ Q3 1 406 M$ Q4 1 163 M$)

2) Comparaison des PNB des activités de Fixed Income par rapport au troisième trimestre 2018

2018 Q4 tableau 4



nc non comparable ; modification des séries historiques
Crédit Suisse : Fixed income sales and trading
Deutsche Bank : Sales & Trading FIC
UBS : Sales and trading (Securities) Fixed income currencies and commodities
Société Générale Nouveaux chiffres Activités pérennes Activités de marché (anciennement Global Markets) Taux changes et matières premières
BNP Paribas Fixed Income inclue ce qui concerne les émissions obligataires, qui se trouvent dans la partie Financement et Conseil de la Société Générale
RBS total fixed income and currencies
HSBC dans Markets Credit + Rates + Foreign Exchange
Barclays FICC dans Barclays International

Deutsche Bank Sales & Trading (FIC) Q3 2018 1 320 ME Q4 2018 786 ME

UBS Foreign Exchange Rates and Credit Q3 2018 389 M$ Q4 2018 304 M$

Crédit Suisse Fixed income sales and trading dans Global Markets Q3 2018 513 MCHF Q4 2018 473 MCHF

Barclays FICC Q3 2018 688 M£ Q4 2018 570 M£

BNP Paribas FICC Q3 2018 680 ME Q4 2018 505 ME

Société Générale Taux changes et matières premières Q3 2018 494 ME Q4 2018 366 ME

Royal Bank of Scotland Rates + Currencies + Financing + Other Q3 2018 331 M£ Q4 2018 200 M£

HSBC FICC dans Global Markets Q3 2018 1 513 M$ Q4 2018 885 M$

Posté par Olivier Fluke à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]