Le match de Ligue 1 du dimanche 18 septembre 2016 a provoqué une polémique sur la Goal Line Technology. La GLT a considéré que le ballon n'avait pas entièrement franchi la ligne de but alors qu'en direct et en regardant une image arrêtée l'impression peut être inverse.

Mesure 1

Mesure 2



Dans un article de 20 minutes, le coordinateur du projet GLT de la société Goal Control affirme qu'il faut prendre en compte les différences de perspective. Le système de replay de la GLT rendrait compte de la position du ballon la plus proche à l'intérieur du but, environ 60 % dans le cas de l'action litigieuse.

Autre source d'interprétation erronée avancée, le traçage imprécis des lignes blanches dans les cages.

Enfin, une infime marge d'erreur qui irait de seulement 5 à 10 millimètres.

http://www.20minutes.fr/sport/football/1927095-20160919-om-ol-perspective-tests-marge-erreur-alors-fiable-100-goal-line-technology

Sur la précision, un article de Clubic du 7 août 2015 évoquait cette précision de 5 mm revendiquée par Goal Control, bien supérieure au 1,5 cm définie par le cahier des charges Fifa.

http://www.clubic.com/technologies-d-avenir/actualite-709773-coupe-monde-comment-fonctionne-goal-line-technology.html

Curieusement pourtant dans cet article, le système sait dire toutes les 2 millisecondes où se situe le ballon. Sept caméras à haute vitesse serait capables de capturer jusqu'à 500 images par seconde.

500 images par seconde c'est en effet 1 image toutes les 2 millisecondes.

Sauf qu’on a vu des frappes au but dépasser les 100 km/h. A 100 km:h, 55,6 mm sont parcourus en 2 millièmes de secondes. Alors comment expliquer la soi-disante précision à 5 mm ?

Dans le cas de l’action litigieuse de Marseille Lyon, le ballon était loin d’une vitesse de 100 km/h, sa vitesse était même nulle à sa position la plus intérieure du but. Mais juste avant ? 10 km/h ? C’est 5,6 mm en 2 ms. Mais après ?

Sachant que la ligne de but est de la taille théoriquement des poteaux, soit entre 10 et 12 cm. Et 5 mm représente 5 % d’une ligne de 10 cm. Donc lorsque Goal Vision parle d’un ballon franchi à 60 %, c’est peut-être à 5 ou 10 % près.

Incohérence sur la taille de la ligne de but diffusée sur Canal Plus

Reprenons l’image de la GLT indiquant qu’il n’y a pas but.

Le diamètre d’un ballon est censé être de 22 cm et la taille de la ligne de but entre 10 et 12 cm.

Or une mesure manuelle sur l’image montre un ratio incohérent :
- mesure du diamètre du ballon 6,45 cm soit un multiplicateur de 3,4 pour atteindre 22 cm
- mesure de la ligne de but 2,65 cm soit un multiplicateur entre 3,77 (pour 10 cm) et 4,53 (pour 12 cm).

Il semble que dans l’image Canal Plus la taille du ballon et de la ligne de but soient incohérentes entre elles.

Invraisemblance sur le fait que l’image GLT puisse rendre compte de la position la plus intérieure du ballon

Beaucoup se sont à juste titre questionnés sur le fait que l’image GLT pouvait ne pas rendre compte de la position la plus intérieure du ballon lors de ce Marseille Lyon.

J’ai donc été surpris de découvrir l’article de 20 Minutes dans lequel il est assuré que tel n’est pas le cas et que c’est la perspective qui induirait à faussement interpréter visuellement.

Et pourtant !

Un agrandissement de l’arrêt sur image proposé, quelques mesures manuelles et calcul élémentaire d’angle laissent envisager le contraire.

La distance estimée entre le centre du ballon et l’extrémité de la ligne de but ressort à 1 cm et l’angle avec la ligne de but est estimé à 57  degrés. Du coup la distance réelle est estimée ainsi 1 cm x cosinus 57 ° = 0,9 cm.

Or la moitié de la taille du ballon est estimée à 0,8 cm horizontalement et 0,95 cm verticalement sur l’image.

C’est limite limite.

Bien entendu ces mesures sont imprécises, mais le ballon franchi à 60 % ? Je n’y crois pas.

Il y a matière à demander des comptes à la LFP sur cette technologie alors qu’en tennis, les balles sont plus petites, les vitesses plus élevées, les recours à la vidéo bien plus fréquentes et pourtant il ne me semble pas que les polémiques soient aussi fréquentes relativement.