C'est un encadré de la Cour des comptes demeuré inaperçu mais qui, s'il était exploité, pourrait ternir le bilan en terme de réforme des retraites de l'ancien Président Nicolas Sarkozy et de son ancien ministre François Fillon.

Cet encadré figure dans les analyses de la gestion 2015 de la mission Régimes sociaux et de retraite qui accompagnent le rapport sur le budget de l'Etat en 2015, publié le 25 mai 2016.

https://www.ccomptes.fr/Accueil/Publications/Publications/Le-budget-de-l-Etat-en-2015-resultats-et-gestion

En page 23 figure cet encadré :

"Une évaluation de la réforme de 2008 qui fait apparaître un surcoût conséquent pour les caisses de retraites de la SNCF et de la RATP

Les difficultés à prévoir les évolutions des équilibres financiers des caisses sont illustrées par une étude fournie par la DGITM sur l’évaluation de l’impact de la réforme des régimes spéciaux de 2008.
En effet, alors que cette réforme avait vocation à rapprocher les dispositifs encadrant les droits à pension des régimes spéciaux du régime général pour en limiter les surcoûts, cette réforme a été accompagnée d’une série de mesures notamment salariales qui, loin de seulement limiter l’impact financier de la réforme, devrait en réalité le rendre plus coûteux à terme. La DGITM estime en effet, dans ses prévisions, que si la réforme a effectivement permis de dégager des économies (en calculant le différentiel entre le coût sur les pensions des mesures salariales et le gain en cotisation de la hausse des cotisations et de l’allongement de la durée) jusqu’en 2014, un coût net pour les caisses de la SNCF et de la RATP pourrait commencer à apparaître compter de 2015. Pour la seule CPRP SNCF (ce calcul n’ayant pas été réalisé en projection pour la RATP), ce surcoût pourrait représenter 50 M€ en 2020 et jusque 200 M€ annuels en 2040. Ces évaluations, conséquentes, mériteraient d’être affinées pour une parfaite information des parlementaires."

J'ai tenté sans succès de retrouver trace sur le net de cette étude fournie par la DGITM, direction générale des infrastructures, des transports et de la mer du ministère du développement durable.

La Cour affirme que la réforme des régimes spéciaux de 2008 a été accompagnée d'une série de mesures notamment salariales qui devraient rendre la réforme plus coûteuse à terme !

Rappelons que dès la fin 2009, les gains de cette réforme s'annonçaient moins élevés que prévus.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/12/22/la-reforme-des-regimes-speciaux-de-retraite-serait-plus-couteuse-que-prevu_1283834_823448.html

Nicolas Sarkozy n'est pas encore un candidat déclaré à la primaire Les Républicains, mais François Fillon, lui, l'est, et a déjà promis de baisser de 110 milliards les dépenses publiques.

Mais avec quelle crédibilité ?