Le second plan d'aide à la Grèce avait défini un objectif de référence, un ratio de dette publique sur PIB de 120 % en 2020.

Les dernières analyses de soutenabilité rendues publiques de la dette grecque publiées par le FMI et la Commission Européenne, qui commencent à dater (mars 2012), partaient d'un ratio de dette sur PIB de 161 % fin 2011.

La première notification à l'Union Européenne d'avril 2012 montrait un ratio de dette sur PIB fin 2011 de 165,3 %.

Le chiffre de la deuxième notification, celle d'octobre 2012, vient de sortir, montrant un ratio de dette sur PIB fin 2011 de 170,6 %.

Cette dérive significative est reprise dans la presse, exemple :

Greek 2011 deficit revised higher to 9.4 pct of GDP
http://www.ekathimerini.com/4dcgi/_w_articles_wsite2_1_22/10/2012_466851

C'est sur la base d'un communiqué de presse de l'organisme statistique grec, ELTSAT, que Ekathimerini a publié son article : PRESS RELEASE Fiscal data for the years 2008- 2011
http://www.statistics.gr/portal/page/portal/ESYE/BUCKET/A0701/PressReleases/A0701_SEL03_DT_AN_00_2012_02_P_EN.pdf

Le communiqué confirme que l'essentiel de la dérive du ratio dette sur PIB s'explique par la diminution en valeur du PIB 2011 entre l'estimation d'avril 2012 (215 088 ME) et celle d'octobre 2012 (208 532 ME). 6,6 milliards d'euros en moins !

Sauf qu'en regardant les révisions sur les années antérieures, on se rend compte que c'est le PIB 2010 qui a principalement été révisé à la baisse, - 5,2 milliards d'euros entre l'estimation d'avril 2012 (227 318 ME) et celle d'octobre 2012 (222 151 ME). - 2,3 % !

Cette révision ne date pas du 22 octobre 2012, mais du 5 octobre 2012.

Cela fait depuis début octobre que les experts de la troïka et leurs commanditaires (UE, FMI, BCE) ont très bien compris que leurs analyses de soutenabilité de la dette grecque pouvaient être jetées à la poubelle ! Pas étonnant que leurs rapports se fassent attendre.

Le communiqué ELTSAT du 5 octobre 2012 fournit un détail dans la révision du PIB 2010 :
PRESS RELEASE ANNUAL NATIONAL ACCOUNTS: Year 2011 (2nd Estimation)
http://www.statistics.gr/portal/page/portal/ESYE/BUCKET/A0702/PressReleases/A0702_SEL15_DT_AN_00_2011_02_F_EN.pdf

Les chiffres sont édifiants.

La contribution dans le PIB 2010 de la consommation finale des ménages a été diminuée de 6,3 milliards d'euros, soit 3,7 % du chiffre d'avril 2012 !

La contribution de la formation brute de capital fixe a été augmentée de 5,8 % !

On parle bien des chiffres du PIB grec de 2010 révisés en octobre 2012 !

Ce qui permet de mesurer la marge d'incertitude énorme des chiffres de PIB grec. Comment dans ces conditions accorder une once de crédibilité (déjà bien entamée) dans les chiffres qui permettent de montrer un ratio de dette sur PUB qui va bien en 2020 ?

C'est tout simplement grotesque, mais je suis impatient de lire dans les rapports FMI et CE comment ils vont bien pouvoir faire tourner les chiffres.

La révision du PIB grec le 5 octobre 2012 avait pu faire l'objet d'articles dans la presse, exemple AFP :

La Grèce: hausse de l'ampleur de sa récession en 2011, 6 octobre 2012

http://www.bfmtv.com/economie/grece-hausse-lampleur-recession-2011-352388.html

Mais à ma connaissance personne (revue de presse google pages France) n'a porté attention à la révision importante sur 2010. Pourquoi ? Car ceux qui s'y sont intéressés se sont contentés de relever la baisse du PIB grec (7,1 % au lieu de 6,9 %) entre les nouveaux chiffres 2010 et 2011, pas de comparer les évolutions entre les anciens et nouveaux chiffres 2010 et 2011 !