Cet article ne traite pas de la crédibilité des mesures annoncées, mais teste la cohérence des chiffres de taux d'endettement et de dépense publique à partir des paramètres de taux de croissance et de déficit.

Ces chiffres figurent en pages 40 et 41du document " Mes 60 engagements pour la France" :

Chiffres Hollande

http://francoishollande.fr/assets/Uploads/Projet_presidentiel_Francois_Hollande.pdf

L'idée consiste à traduire les paramètres de PIB, de déficit, de dette publique, et de dépense publique en valeur de 2012 à 2017 afin de vérifier la cohérence de ces données.

I. Point de départ, le PIB de 2011

Première étape, l'estimation de 2012 à 2017 du PIB nominal en valeur.

Première méthode d'estimation, à partir des chiffres de dette publique à fin septembre 2011 publiés par l'Insee : 1 688,9 milliards d'euros de dette publique représentant 85,3 % du PIB, ce qui signifie un PIB d'environ 1 980 milliards d'euros.

source : http://www.insee.fr/fr/indicateurs/cnat_trim/Series/dette.xls

Pour le quatrième trimestre 2011, on s'oriente vers une croissance nulle d'après la Banque de France (http://www.agefi.fr/articles/La-croissance-nulle-France-trimestre-2011-1206641.html) et une inflation annualisée de 3,68 % d'après les chiffres de l'Insee (http://www.insee.fr/fr/themes/conjoncture/historique_ipc.asp).

détail du calcul : indice des prix à la consommation y compris tabac décembre 2011 125,09 septembre 2011 123,95 soit une augmentation de 0,92 % annualisée à 3,68 %

Le PIB en valeur à prix courant données CVS-CJO à fin septembre 2011 valant selon l'Insee 500,2 MdE, on peut estimer l'augmentation du PIB en valeur du 4 ème trimestre 2011 à 500,2 x 0,92 % = 4,6.

http://www.insee.fr/fr/indicateurs/cnat_trim/series/t_pib_val.xls

D'où un PIB 2011 estimé par cette méthode à 1 985 milliards d'euros environ.

Deuxième méthode d'estimation, par les chiffres clés du Projet de Loi de Finances 2012, document de fin septembre 2011 qui indique un PIB 2010 de 1 932,8 MdE et un PIB 2011 de 1 998,1 MdE.

http://www.budget.gouv.fr/files/import/plf2012/chiffres_cles.pdf

Notons que l'augmentation entre 2010 et 2011 en valeur est de 3,38 % alors que le programme de stabilité 2011 2014 d'avril 2011 prévoyait une augmentation en valeur de 3,6 %.

Troisième méthode d'estimation, par les PIB trimestriels de l'Insee

Le PIB 2010 en valeur des chiffres clés du PLF, 1 932,8 MdE est cohérent avec l'addition des PIB trimestriels de l'Insee, 1 931,5 MdE.

Si on additionne les PIB trimestriels 2011 en doublant celui du troisième trimestre, on obtient 1 992,1 MdE. Avec l'augmentation déjà estimée du 4 ème trimestre 2011 de 4,6 MdE, on obtient une estimation de 1 996,7 MdE pour 2011.

Le PIB de 2011 peut donc être plutôt estimé à 1 997 milliards d'euros.


II. Deuxième point de départ, la dette publique en valeur fin 2011

Pour rappel, à fin septembre 2011, l'Insee annonçait une dette publique de 1 688,9 milliards d'euros.

Le programme de stabilité 2011 2014 prévoyait un ratio dette sur PIB de 84,6 % à fin 2011, ce qui, pour un PIB de 1 997 milliards d'euros, donne 1 689,5 milliards d'euros.

Le gouvernement comptait être en-dessous de la barre des 85 % fin 2011, ce qui donnerait une dette en valeur de 1 697,5 milliards d'euros.

Pour simplification, retenons la barre arrondie des 1 700 milliards d'euros comme estimation de la dette publique à fin 2011.

III. La dette publique en valeur de 2012 à 2017

Quels sont, de 2012 à 2017, les pourcentages d'évolution du PIB nominal qui permettent, à partir d'un PIB initial 2011 de 1 997 milliards d'euros, d'obtenir les taux de déficit et de dette publique annoncés ?

Par hypothèse simplificatrice, dette n+1 = dette n + déficit n+1.

Sur les années passées, cette équation est logiquement non respectée. De 1996 à 2010, la dette publique s'est accrue de plus de 69,6 milliards d'euros relativement à l'addition de la dette publique de l'année précédente et du déficit public, soit une moyenne annuelle de 4,6 milliards d'euros. Il y a même eu des années où l'écart était négatif, comme en 2006 (-37,3 milliards d'euros) et 2010 (- 38,1 milliards d'euros).

source http://www.insee.fr/fr/indicateurs/cnat_annu/base_2005/donnees/xls/t_3105.xls

La séquence des taux d'évolution du PIB nominal qui permet de respecter l'équation dette n+1 = dette n + déficit n+1 avec les chiffres de déficit et de dette du candidat Hollande est la suivante :

2012 1,10 % pour un taux de croissance prévu de 0,5 %
2013 3,60 % pour un taux de croissance prévu de 1,7 %
2014 3,85 % pour un taux de croissance prévu de 2,0 %
2015 4,05 % pour un taux de croissance prévu de 2-2,5 %
2016 3,85 % pour un taux de croissance prévu de 2-2,5 %
2017 4,00 % pour un taux de croissance prévu de 2-2,5 %

Pour les années 2013 à 2017, on en déduit un effet déflateur de l'ordre de 2 %, en revanche pour 2012 l'ordre de grandeur de l'effet déflateur ne serait que de 0,6 %, ce qui semble bien peu.

La cohérence des chiffres de taux d'endettement de déficit et de taux de croissance du candidat Hollande semble par conséquent satisfaisante de 2013 à 2017, mais l'effet déflateur prévu pour 2012 semble bien faible.

IV. La dépense publique en valeur de 2012 à 2017

Sur ce sujet, le candidat du parti socialiste prévoit une évolution de la dépense publique de 1 % en volume. C'est une moyenne entre un zéro volume pour les dépenses de l'Etat et les dotations aux collectivités et un 3 % pour les dépenses d'assurance-maladie.

source http://www.lesechos.fr/economie-politique/election-presidentielle-2012/ps/0201866373265-les-dix-questions-que-pose-le-projet-socialiste-280566.php

A partir des PIB nominaux déterminés précédemment et des taux de dépenses publiques du candidat Hollande, on en déduit facilement la valeur des dépenses publiques de 2012 à 2017 :

2012 1 141 MdE
2013 1 178 MdE, soit une augmentation de 37 milliards d'euros + 3,2 % relativement à l'année précédente
2014 1 212 MdE, soit une augmentation de 34 milliards d'euros + 2,9 % relativement à l'année précédente
2015 1 250 MdE, soit une augmentation de 38 milliards d'euros + 3,1 % relativement à l'année précédente
2016 1 282 MdE, soit une augmentation de 32 milliards d'euros + 2,5 % relativement à l'année précédente
2017 1 316 MdE, soit une augmentation de 34 milliards d'euros + 2,7 % relativement à l'année précédente

On connaît le niveau de dépenses publiques à fin 2010, 1 094,8 milliards d'euros selon l'Insee, chiffres publiés fin mars 2011. Mais il est difficile d'estimer le chiffre à fin 2011.

http://www.insee.fr/fr/indicateurs/ind37/20110331/Apu_2010.pdf

Les dépenses publiques du candidat Hollande augmenteront donc en valeur entre 2,5 et 3,2 % de 2013 à 2017, dont théoriquement un effet volume de 1 %.