Vendredi 6 mai, c'était au tour de la Société Générale de rendre public, conformation à une obligation légale, les données quantitatives de rémunération de ses traders.

http://www.societegenerale.com/sites/default/files/documents/Rapport_politique_de_rémunération_2010_030511_DEF.pdf

C'est incroyable à quel point non seulement les deux banques enfument tout le monde, mais également à quel point les médias ne prennent pas le temps d'une simple règle de 3 pour se rendre compte et rendre compte à leurs lecteurs que le niveau des rémunérations 2010 des traders de BNP Paribas et de Société Générale est un NOUVEAU SCANDALE.

Actuellement, tout juste commence-t-on ici et là à critiquer la manière dont a été transposée la Directive européenne :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/05/07/la-france-epinglee-pour-non-respect-de-la-directive-sur-les-bonus_1518680_3234.html

http://www.liberation.fr/economie/01012336001-sarkozy-fait-la-fortune-des-banquiers

Des professionnels de marché en 2009, des collaborateurs régulés en 2010.

Un nombre en forte augmentation pour la Société Générale (2 600 en 2009, 3 663 en 2010 !), en baisse pour BNP Paribas (3 972 hors Fortis en 2009, 3 464 en 2010), autant dire que les règles ont été érigées de telle manière qu'elles permettent une interprétation large pour les banques.

Une souplesse qui permet de brouiller les comparaisons inter-banques, et, pour l'instant, entre 2009 et 2010.

Sauf que les calculs de niveaux de rémunération moyens doivent interpeller !

Dès le mois de février 2011, je dénonçais dans deux articles les niveaux de rémunération 2010 de BNP Paribas et Société Générale que j'anticipais à partir du peu d'informations disponibles.

Lire mon article du 17 février 2011 sur la Société Générale

http://investigationfin.canalblog.com/archives/2011/02/17/20418175.html

Lire mon article du 18 février 2011 sur BNP Paribas

http://investigationfin.canalblog.com/archives/2011/02/18/20423264.html

Trois mois plus tard, les faits me donnent raison.

Pour BNP Paribas :

Lire mon article du 29 avril 2011 sur la BNP

http://investigationfin.canalblog.com/archives/2011/04/29/21007965.html

Rémunération totale moyenne de 434 000 euros en 2010 contre 380 000 euros en 2009, + 14 %, alors que les revenus de la BFI ont diminué de 11 % en valeur absolue et de 19 % à périmètre et change constants.

Et pour la Société Générale ?

Rémunération totale moyenne de 309 000 euros en 2010 contre 319 000 euros en 2009, - 3 %, alors que les revenus des activités pérennes de la BFI ont diminué de 21 % !

Ce que je dénonçais en février comme un tour de magie tenté et réussi (grâce à la cécité bienveillante ou incompétente des médias) par la Société Générale se reproduit. La Société Générale, dans son rapport sur les rémunérations, compare l'évolution du variable avec celui du résultat d'exploitation de la BFI, en hausse de 225 % !

Plus c'est gros plus ça passe !

Effectivement le résultat d'exploitation de la BFI est passé de 727 millions d'euros en 2009 à 2 362 millions d'euros en 2010.

Mais c'est parce que d'importantes pertes ont été passées en 2009 dans la partie Actifs gérés en extinction !

Si on regarde l'évolution dans la partie Activités pérennes, le PNB diminue de 21 % (9,8 MdE en 2009 7,8 MdE en 2010) et le résultat d'exploitation diminue de 39 % (5,0 MdE en 2009 3,1 MdE en 2010).

Le périmètre du nombre de salariés concernés ayant beaucoup évolué, la comparaison entre 2009 et 2010 est davantage difficile pour la Société Générale.

Néanmoins, comment expliquer une moyenne des rémunérations en baisse de 3 % seulement alors que les revenus des activités pérennes de la BFI ont diminué de 21 % entre 2009 et 2010 ?

Investigationfin est le seul à avoir soulevé ce nouveau scandale sur le niveau des rémunérations au titre de 2010 de la Société générale et de BNP Paribas.

Qui va suivre, avec déjà 3 mois de retard à ce jour ?