Suite de la série d'articles sur le PIB.

J'avais évoqué dans mon article 5 la contribution pour 159 milliards d'euros des loyers imputés (attribués fictivement aux propriétaires) dans les 1 907 milliards d'euros du PIB de la France en 2009, soit 8,3 %.

article 5 http://investigationfin.canalblog.com/archives/2011/02/09/20344947.html

Jpchevallier (lire son article http://www.jpchevallier.com/article-pib-4-trimestre-cocoricouac-67241196.html) m'avait précisé assez justement :

- quand un promoteur vend une maison à son propriétaire, les entreprises qui l'ont construites ont normalement payé et enregistré la TVA, donc la maison a été comptabilisée normalement à sa juste valeur dans le PIB (via la FBCF en fait selon moi) ;

- en comptabilisant l'équivalent des loyers, l'Insee comptabilise une valeur qui n'existe pas, qui n'a pas été créée, le bien acquis a été utilisé ;

- les propriétaires créeraient de la valeur s'ils louaient leurs maisons ou une partie par exemple pour y implanter un panneau publicitaire, ce qui n'est pas le cas pour une utilisation personnelle ;

- dans la logique de l'Insee, quand les propriétaires de voitures l'utilisent, l'Insee devrait comptabiliser un équivalent location.

La question de la pertinence d'une telle méthodologie (les loyers imputés) peut être posée.

Dans le Panorama de la société 2009 (Les indicateurs sociaux de l'OCDE), page 59, figure un tableau répertoriant les indicateurs sociaux figurant dans les cinq éditions du Panorama de la société (2001 2003 2005 2006 2009) : les indicateurs de coûts du logement ne figurent que dans celui de 2006 seulement !

Dans le Panorama 2006, deux pages (85 et 86) sur les coûts du logement. L'OCDE indique clairement que des loyers imputés sont calculés (pas seulement en 2006) :

« Les dépenses de logement des ménages, selon la définition des comptes nationaux, comprennent les loyers réels et imputés (loyer que le propriétaire occupant aurait à acquitter pour un logement locatif comparable au sien), les dépenses d'entretien et de réparation ainsi que le coût de l'eau, de l'électricité, du gaz, et autres combustibles ».

Toujours est-il que la règle semble être la même pour les pays de l'OCDE, même si je ne parviens pas à trouver des statistiques précises comparatives sur les loyers imputés. Pour une comparaison internationale, il conviendrait de récupérer pays par pays les loyers imputés, ce que l'OCDE ne fournit pas. A suivre peut-être dans une mise à jour.

exemple US : http://www.nahb.com/generic.aspx?genericContentID=136170

1,1 trillion de dollars en 2009 soit 8,4 % du PIB (à peu près comme la France par conséquent).

Néanmoins, un graphique de la page 86 du Panorama 2006 a attiré mon attention, il s'agit de la composition (données 2005 ?) dans le parc de logements entre propriétaire, logement social et locataire :

OCDE_modes_de_logements

Ainsi, le taux de propriétaires dépassait 60 % en France alors que le chiffre de l'Allemagne était en-deçà de 40 %.

Sans la mécanique des loyers imputés, le PIB de la France serait davantage diminué que celui de l'Allemagne.

sources :

Panorama 2009

http://www.oecd-ilibrary.org/docserver/download/fulltext/8109012e.pdf?expires=1298386910&id=0000&accname=guest&checksum=DD21C9B07B65B740B57A123948F2465D

Panorama 2006

http://www.oecd-ilibrary.org/docserver/download/fulltext/8107022e.pdf?expires=1298386862&id=0000&accname=guest&checksum=B7BA42546C8B0920E52786642B8D7EB6