Quel est le point commun de la publication des résultats de Société Générale et BNP Paribas ? Pas de chiffre communiqué concernant la rémunération des traders, contrairement à l'année dernière à la même époque.

Dans un article publié la veille sur la Société Générale, j'ai démontré que la stabilisation, selon son PDG Frédéric Oudéa de l'enveloppe des bonus est un scandale en perspective, alors que les revenus des activités pérennes de la BFI ont lourdement chuté entre 2009 et 2010.

http://investigationfin.canalblog.com/archives/2011/02/17/20418175.html

Quid de BNP Paribas ?

Dans mes revues trimestrielles précédentes des plus grandes banques européennes, j'effectuais des remarques sur le niveau élevé du ratio de frais de gestion / PNB en BFI. Les rémunérations sont une composante importante des frais de gestion.

Annuellement, ratio frais de gestion / PNB en BFI : 2009 44,7 % 2010 53,7 %.

Pour la partie Conseil et Marchés de Capitaux, là où il y a relativement le plus d'opérateurs de marché, c'est pire ! : ratio 2009 47,8 % ratio 2010 62,4 %.

BNP Paribas se contente, dans son communiqué de presse, d'affirmer que le niveau des frais de gestion de 2010 est en baisse de 4,5 % par rapport à 2009, à périmètre et change constant ! Sauf que les revenus ont eux baissé de 18,8 % à périmètre et change constant, dixit le même communiqué.

Dans une interview, citée par Bloomberg, le PDG Baudouin Prot a même affirmé, sans plus de détail, que les bonus seraient plus faibles en 2010 qu'en 2009.

http://www.bloomberg.com/news/2011-02-17/bnp-paribas-profit-climbs-14-on-investment-bank-earnings-bancwest-unit.html

Ce qui est bizarre, c'est l'absence de question en conférence de presse aux analystes sur les rémunérations ou bien sur l'augmentation du ratio des frais de gestion dans la BFI. Comme si ....

http://seekingalpha.com/article/253653-bnp-paribas-ceo-discusses-q4-2010-results-earnings-call-transcript

Sur un sujet pourtant où les banques américaines communiquent très précisément sur le ratio compensation to revenues (ratio de rémunération sur le produit net bancaire).