Une revue des résultats est effectuée comparativement aux résultats du troisième trimestre 2010, avec une importance particulière accordée à la partie Fixed Income de la Banque de Financement et d'Investissement.

Doivent suivre dans une deuxième partie les banques suivantes : Crédit Suisse Deutsche Bank, RBS, Barclays, HSBC, BNP Paribas, UBS et Société Générale.

Les aspects suivants vont être abordés :

- évolution des résultats relativement au troisième trimestre 2010 ;

- analyse spécifique sur les activités de Fixed Income.

Je précise que mon approche de revue analytique des résultats n'aborde pas ou très peu la problématique de la liquidité et du bilan. N'hésitez pas à recouper le contenu de cet article pour y détecter des anomalies ou pour l'améliorer, merci d'avance.

Revue des résultats du troisième trimestre 2010 partie 1 :

http://investigationfin.canalblog.com/archives/2010/10/21/19391351.html

Revue des résultats du troisième trimestre 2010 partie 2 :

http://investigationfin.canalblog.com/archives/2010/11/10/19564999.html

Synthèse

JP Morgan 14 janvier 2011 Résultat net 4,8 milliards de dollars (+ 0,4 / Q3 2010)

Des résultats très satisfaisants. Les revenus d'activité ont crû, compensés non pas par des charges de personnel mais par la catégorie autres charges, dont les litiges, mais pas seulement (non identifiés).

L'augmentation du résultat net peut s'expliquer directement par la Division Card Services pour laquelle les provisions pour pertes sur crédit ont diminué.

Citi 18 janvier 2011 Résultat net 1,5 milliards de dollars (- 0,7 / Q3 2010)

La baisse des profits s'explique diversement : - 0,9 en fixed income (spreads de crédit pour - 1,0 avant impôt et baisse de la performance - 1,0 dont 2/3 dans le trading sur les taux), davantage de dépenses de litiges (-0,4 avant impôt), compensés par certaines pertes de cession non-récurrentes au Q3 2010 (+ 0,4).

Goldman Sachs 19 janvier 2011 Résultat net 2,4 milliard de dollars (+ 0,5 / Q3 2010)

La baisse des revenus dans le fixed income a pu être plus que compensée par l'ajustement à la baisse des rémunérations (compensation ratio final hors surtaxe UK de 39 % contre 43 % jusque-là), malgré des charges de dépréciation et de litiges en sus.

Morgan Stanley 20 janvier 2011 Résultat net 1,1 milliard de dollars (+ 0,4 / Q3 2010)

La baisse des revenus du trading en fixed income et l'augmentation des autres charges ont pu être compensées par de meilleurs revenus en banque d'investissement et des gains de cession dans China Investment Corporation.

Bank of America 21 janvier 2011 Résultat net - 1,2 milliards de dollars (+ 6,1 / Q3 2010)

Baisse des revenus d'activité de 4,3 milliards de dollars qui s'explique par la faiblesse en Fixed Income et surtout des garanties données sur des prêts hypothécaires. Au 3 ème trimestre 10,4 milliards de dollars de goodwill avaient été dépréciés dans les cartes de crédit, cette fois ce sont 2 milliards en Home Loans & Insurance. D'importantes charges de litiges ont été comptabilisées (1,5 Md$), compensés par des crédits d'impôt sur la valorisation. Des gains de cession ont compensé l'effet du resserrement des spreads de crédit sur la dette propre Merril Lynch. Dans l'ensemble pas terrible.

Au global, les résultats cumulés des 5 principales banques américaines sont meilleurs (8,6 milliards de dollars), mais les dépréciations de goodwill de Bank of America perturbent le total.

Le fixed income (7,8 milliards de dollars) déçoit encore plus qu'au troisième trimestre (14,7 milliards de dollars). Il s'élevait à 10,5 milliards au 4 ème trimestre 2009.

1) Comparaison des résultats par rapport au troisième trimestre 2010

PNB T4 2009

PNB T2 2010

PNB T3 2010

PNB T4 2010

RN T4 2009

RN T2 2010

RN T3 2010

RN T4 2010

GS

9,6

8,8

8,9

8,6

4,9

0,6

1,9

2,4

JPM

25,2

25,6

24,3

26,7

3,3

4,8

4,4

4,8

Citi

5,4

22,1

20,7

18,4

-7,5

2,7

2,2

1,5

BoA

25,4

29,5

27,0

22,7

-0,2

3,1

-7,3

-1,2

MS

6,8

8,0

6,8

7,8

0,8

2,0

0,6

1,1

GS (Net Revenues, including net interest income) JPM (Total net Revenue Managed Basis) Citi (Total Revenues, net of interest expense) BoA (Total revenue, net of interest expense Managed Basis) MS (Net revenues)

ns non significatif, inférieur à 0,05.

Normes comptables : FASB

Données chiffrées en milliards de dollars

T pour Trimestre et Q pour Quarter (trimestre en anglais)

Pour les profits ou pertes : attention aux chiffres différents entre résultat net du Groupe et résultat net après attribution des intérêts minoritaires

Ratios de rémunération sur les revenus en BFI :

JP Morgan 2009 33 % 2010 37 %(hors surtaxe UK)

PNB 2009

PNB 2010

RN 2009

RN 2010

GS

45,2

39,2

13,4

8,4

JPM

108,6

104,8

11,7

17,4

Citi

80,3

86,6

- 1,5

10,9

BoA

120,9

111,4

6,3

-2,2

MS

23,4

31,6

1,4

5,7

Exemple de rappel pour MS : en raison des actions préférentielles de China Investment Corporation notamment, le résultat de MS pour les actionnaires de base est : 2010 3,5 Md$ 2009 - 0,9 Md$

JP Morgan (publication le 14 janvier 2011) managed revenues Q4 2010 26,7 Md$ Q3 2010 24,3 Md$ net income Q4 2010 4,8 Md$ Q3 2010 4,4 Md$

Les Net Revenues (on a managed basis) augmentent de 2,4 milliard de dollars, à 26,7 milliards de dollars :

+ 0,85 en Investment Bank (Q4 2010 6,2 Md$) ; dont + 0,3 en commissions (1,8 Md$) et +0,8 en portefeuille de crédit (Q4 2010 377 M$ Q3 2010 - 407 M$) ; baisse de - 0,3 en Fixed Income ; par région + 0,9 aux US ;

+ 0,9 en Retail Financial Services (Q4 2010 8,5 Md$), dont + 0,9 en mortgage fees and related income (meilleures commissions) ;

+ 0,45 en Asset Management (Q4 2010 2,6 Md$) ;

+ 0,05 en Corporate Private Equity (Q4 2010 1,6 Md$) ; + 1,1 Md$ en Securities gains (1 199 M$), - 0,6 Md$ en Principal Transactions (587 M$), -0,5 Md$ dans les revenus d'intérêt (Q4 2010 - 131 M$)

Le résultat net augmente de 0,4 milliard de dollars, ce qui s'explique ainsi :

+ 2,3 hausse des net revenues ;

+ 0,2 baisse des dotations aux provisions de pertes sur crédits (3,0 Md$) ;

+ 0,1 baisse des dépenses de rémunération (6,6 Md$) ;

- 0,2 hausse des occupency expenses (1,05 Md$) ;

- stabilité des technology communications equipment expenses, professional and outside services, marketing (3,6 Md$) ;

- 1,5 augmentation des autres charges (4,6 Md$), dont dépenses de litiges (Q4 2010 1,5 Md$ Q3 2010 1,3 Md$) ;

- 0,4 augmentation de l'imposition sur les bénéfices (2,2 Md$).

L'évolution du résultat net par activité est la suivante :

+ 0,2 Investment Bank (1,5 Md$) ;

- 0,2 Retail Financial Services (0,7 Md$) ; hausse des revenus compensée par la hausse sur les réserves de pertes sur prêts (avant impôt + 2,1 sur Washington Mutual compensé par - 1,2 sur le portefeuille général) ;

+ 0,55 Card services (1,3 Md$) ; diminution des provisions pour pertes sur crédits de 0,9 Md$ compensée par + 0,3 d'imposition ;

+ 0,05 Commercial Banking (0,5 Md$) ;

ns Treasury & Securities Services (0,25 Md$) ;

+ 0,1 Asset Management (0,5 Md$) ;

- 0,3 Corporate Private Equiy (29 M$)

Part de la BFI dans les profits de la banque : les 3 derniers trimestres : 58,8 % en 2009 et 38,2 % en 2010.

Citi US GAAP revenues Q4 2010 18,4 Md$ Q3 2010 20,7 Md$ net income Q4 2010 1,5 Md$ Q3 2010 2,2 Md$

La baisse des « revenues » de 2,3 milliard de dollars entre le troisième et le quatrième trimestre 2010 s'explique ainsi :

stabilité Regional Consumer Banking (8,2 Md$) ;

- 2,05 Securities and Banking (3,5 Md$) Amérique du Nord (-1,2 Md$) et EMEA (-0,9 Md$) ; dont - 2,0 Md$ en Fixed Income Markets (1,5 Md$) effet CVA et trading sur les taux ;

+ 0,05 en Transaction Services (2,6 Md$) ;

+ 0,1 en Citi Holdings (4,0 Md$) ;

- 0,45 autres en Corporate (146 M$).

Impact négatif des CVA (spreads de crédit) de 1,1 Md$ en Fixed Income.

Rappel niveau moyen de trading sur compte propre de 2 % pour Citi environ : 150 M$ de revenus au Q3 2010, 0 en Q4 2010.

La diminution du résultat net de 0,7 milliard de dollars se décompose ainsi :

+ 0,1 Regional Consumer Banking (1,3 Md$),

- 0,9 Securities and Banking (0,3 Md$);

- 0,05 en Transaction Services (0,9 Md$) ;

+ 0,15 en Citi Holdings (-0,9 Md$) ;

- 0,3 en Corporate (- 230 M$) ;

+ 0,4 opérations non récurrentes (98 M$) cession de Student Loan Corporation effet -435 M$ au Q3 2010.

Autre décomposition pour comprendre l'évolution de - 0,7 Md$ :

- 2,35 baisse des « revenues » ;

+ 1,1 baisse des provisions pour pertes sur liées au crédit (4,8 Md$ au Q4 2010) ;

- 0,9 hausse des dépenses opérationnelles (12,5 Md$ au Q4 2010) surtout dans les autres dépenses (effet + 0,8 Md$ à 3 651 M$ dont effet de change - 0,15 procédures judiciaires - 0,4) ; hausse légère des rémunérations (effet - 0,05 Md$ à 6,2 Md$) ;

+ 1,0 effet favorable de l'évolution de l'impôt sur les bénéfices (Q3 2010 698 M$ Q4 2010 - 313 M$))

+ 0,4 Md$ effet des opérations non continues (Q3 2010 -374 M$ Q4 2010 98 M$.)

Goldman Sachs (publication le 19 janvier 2011) Net revenues including net interest income Q3 2010 8,9 Md$ Q4 2010 8,6 Md$ Net earnings Q3 2010 1,9 Md$ Q4 2010 2,4 Md$

La baisse des Net Revenues de 0,3 milliard de dollars entre le troisième et quatrième trimestre 2010 s'explique ainsi :

+ 0,35 banque d'investissement (1,5 Md$) ; carnet de commandes en baisse à fin 2010 ;

+ 0,2 Investment management (1,4 Md$) ;

+ 0,1 Commissions and fees (0,9 Md$) ;

- 1,25 market making (1,6 Md$) ; en fixed income notamment ;

+ 0,1 other pincipal transactions (1,9 Md$) ;

+ 0,2 revenus d'intérêts nets (1,3 Md$).

Les profits ont augmenté de 0,5 milliard de dollars par rapport au troisième trimestre 2010 :

- 0,25 baisse des Net revenues ;

+ 1,55 baisse des rémunération (2,3 Md$) ; dont 320 M$ de dons à Goldman Sachs Gives ; hors surtaxe bonus UK ; ratio de rémunération final 2010 à 39,3 % (il était de 43 % les 3 premiers trimestres) ;

+ 0,15 surtaxe bonus UK (- 135 M$) ; total 2010 à 465 M$ ;

- 0,8 autres dépenses (3,1 Md$) dont + 0,35 en dépréciation et amortissement (725 M$) dont 305 M$ sur des droits NYSE DMM (Designated Marker Rights) et + 0,3 en autres dépenses (847 M$) ;

- 0,15 hausse de la charge d'impôt sur les bénéfices (1 087 M$) ; taux d'imposition 2010 de 35,2 %.

Morgan Stanley (publication le 20 janvier 2011) Net Revenues Q3 2010 6,8 Md$ Q4 2010 7,8 Md$ net income Q3 2010 0,6 Md$ Q4 2010 1,1 Md$

La hausse des Net Revenues de 1,0 milliard de dollars (+ 0,9 en Asie) entre le troisième et quatrième trimestre 2010 s'explique ainsi :

par nature de revenus d'une part

+ 0,55 banque d'investissement (1,8 Md$)

- 0,6 baisse des revenus du trading (0,85 Md$) ;

- 0,15 transactions dans les investissements (0,7 Md$) ;

+ 0,25 hausse des commissions (1,3 Md$) ;

+ 0,15 asset management (2,1 Md$) ;

+ 0,65 autres revenus ne provenant pas des intérêts (0,9 Md$)

+ 0,15 revenus des intérêts nets (252 M$).

par division d'autre part

+ 0,7 en Institutionnal Securities (3,6 Md$), dont - 0,85 en Fixed income de Sales & Trading (perte de - 29 M$ !), - 0,4 lié au resserrement des spreads de crédit sur de la propre dette MS (Q4 2010 - 842 M$ Q3 2010 - 464 M$) ; + 0,5 en banque d'investissement (1,5 Md$) et + 0,6 en Investments & Other (1,05 Md$) lié au gain de cession de 668 M$ dans CIC ;

+ 0,25 en Global Wealth Management Group (3,35 Md$) ;

+ 0,05 en Asset Management (0,85 Md$).

Effet total DVA (spreads crédit sur dette propre) sur MS - 0,2 : Q4 2010 - 945 M$ Q3 2010 0,7 Md$

Le résultat net s'améliore de 0,4 milliard de dollars :

+ 1,0 hausse des Net Revenues ;

- 0,4 hausse des rémunérations (4,1 Md$) ; le ratio de rémunération sur revenu du 3ème trimestre s'élève 54 % à (Q2 2010 49 %) ;

- 0,3 hausse des autres dépenses opérationnelles (2,6 Md$) ; dont 0,1 Md$ dans les services professionnels (560 M$) et 0,1 Md$ dans les autres dépenses (640 M$) ;

- 0,1 évolution de la charge d'imposition sur les sociétés (charge de 86 M$) ; le 4ème trimestre inclut + 95 M$ (contre + 179 millions de dollars au 3 ème)de gains sur des revenus antérieurs hors US rapatriés ;

+ 0,15 évolution favorable des opérations exceptionnelles (Q4 2010 -31 M$).

Ratio de rémunération de 51 % en 2010 contre 62 % en 2009. La part différée est annoncée à 60 % pour 2010 et 40 % en 2009.

Bank of America (publication le 21 janvier 2011) Revenues net of interest expense managed basis Q3 2010 27,0 Md$ Q4 2010 22,7 Md$ net income Q3 2010 - 7,3 Md$ Q4 2010 -1,2 Md$

Les revenus d'activité du quatrième trimestre 2010 ont diminué de 4,3 milliards de dollars par rapport au troisième trimestre 2010 :

- 0,2 en Deposits (Q4 2010 2,9 Md$) ;

+ 0,5 en Global Card Services (Q4 2010 6,2 Md$) ; rappel Q3 2010 provision pour réserve de 592 M$ lié à des demandes de remboursement d'assurance protection en UK ;

- 3,2 en Home Loans & Insurance (Q4 2010 0,5 Md$) ; en mortgage banking, rachats prévus pour 3 Md$ de mortgages de type GSE ;

stabilité en Global Commercial Banking (Q4 2010 2,5 Md$) ;

- 1,6 en Global Banking & Markets (Q4 2010 5,6 Md$), dans le trading ; - 1,7 Md$ en FICC (1,8 Md$) ;

+ 0,3 en GWIM gestion de fortune et d'actifs (Q4 2010 4,3 Md$) ;

- 0,1 en All Other (Q4 2010 0,7 Md$) ; - 1,0 différentiel de valorisation des structured notes de Merrill Lynch (Q4 2010 - 1,2 Md$ Q3 2010 - 0,2 Md$) ; + 1,2 en equity (+ 0,4 Md$ en cession de droits CCB et + 0,9 en gains sur instruments financiers BlackRock entre autres).

La perte se réduit de + 6,1 milliards de dollars :

1) par nature de charge

- 4,3 baisse des Revenues net of interest expense ;

+ 0,3 de moindre dotation aux provisions pour pertes de crédit (5,1 Md$) ;

- 0,4 hausse des charges de personnel (Q4 2010 8,8 Md$) ;

- 1,7 autres charges (Q4 2010 10,1 Md$) dont - 1,4 dans Other general operating (Q4 2010 5,1 Md$) sans doute une partie en litiges (Q4 2010 1,5 Md$) ;

+ 8,4 goodwill impairment (Q3 2010 10,4 Md$ Q4 2010 2,0 Md$) ; charge (non déductible) du 3 ème trimestre 2010 en Global Card Services, effet de la législation récente sur la limitation des commissions sur les cartes de crédit ; au Q4 2010 2 Md$ de dépréciation en Home Loans & Insurance

+ 3,7 effet de l'impôt sur les bénéfices (Q4 2010 produit de 2,4 Md$) dont + 1,2 Md$ de valuation allowance release.

2) par Business Segment

- 0,4 en Deposits (Q4 2010 -201 M$) ;

+ 11,4 en Global Card Services (Q4 2010 1,5 Md$) ; effet non-récurrent de la dépréciation du goodwill au 3 ème trimestre ;

- 4,7 Home Loans and Insurance (Q4 2010 - 5,0 Md$) ; dont - 2,0 de goodwill déprécié ;

+ 0,4 en Global Commercial Banking (Q4 2010 1,0 Md$) ;

- 0,7 en Global Banking & Markets (Q4 2010 0,7 Md$) ;

+ 0,1 en GWIM (Q4 2010 332 M$) ;

stabilité en All Other (Q4 2010 346 M$) ; -1,5 en provision pour pertes de crédit et + 1,9 effet impôt

Bank of America annonce surtout un intervalle de risque de 7 à 10 milliards de dollars dans le crédit hypothécaire pas encore provisionné, en l'absence de référence pour prendre une décision de provisionner à tel ou tel niveau. Du coup BoA provisionne ce paquet à zéro pour l'instant !

En conference call, le Directeur Financier Charles Noski peine à se justifier, il faudrait croire que la différence entre possible et probable justifierait la position actuelle !

Mais ce qui est prévu, c'est que des dotations de provision supplémentaires seront prises les trimestres prochains !

Autre bizarrerie, le fait que le niveau des provisions pour litiges ne soit pas communiqué. Les dotations trimestrielles le sont, mais quid du stock en fin de période, qui lui dépend des dépenses réelles ?

2) Comparaison des PNB des activités de Fixed Income par rapport au troisième trimestre 2010

PNB T1 2009

PNB T2 2009

PNB T3 2009

PNB T4 2009

PNB T1 2010

PNB T2 2010

PNB T3 2010

PNB T4 2010

Goldman Sachs

6,6

6,8

6,0

4,0

7,4

4,4

3,8

1,6

JP Morgan

4,9

4,9

5,0

2,7

5,5

3,6

3,1

2,9

Citi

4,7

5,6

3,9

1,8

5,4

3,7

3,5

1,5

Bank of America

4,8

2,7

4,0

1,3

5,5

2,3

3,5

1,8

Morgan Stanley

1,3

1,0

2,1

0,7

2,7

2,3

0,8

-ns

JP Morgan Q4 2010 2,9 Md$ Q3 2010 3,1 Md$ (hors portefeuille de crédit)

149 millions de dollars d'impact négatif de resserrement des spreads sur des structured notes contre + 400 M$ au deuxième trimestre 2010.

Hors cet effet, légère augmentation.

Citi Q4 2010 1,5 Md$ Q3 2010 3,5 Md$

Hors CVA Q4 2010 2,3 Md$ Q3 2010 3,4 Md$

Revenus plus faibles en market-making (répondre aux besoins des clients) : dans les taux (pour les 2/3 en raison de la moindre performance de trading) et les changes, les produits structurés, les produits de crédit et les produits des collectivités.

Bank of America en Sales & Trading Revenue Q4 2010 1,8 Md$ Q3 2010 3,5 Md$

Réduction du poids des actifs risqués, baisse de l'activité client et contexte de détérioration de la dette souveraine en Europe. Hausse des taux qui a impacté négativement les positions risquées. Flux sortant des clients des obligations qui a mis la pression sur leurs prix.

Goldman Sachs Q4 2010 1,6 Md$ Q3 2010 3,8 Md$

Diminution nette de l'activité clients, notamment au mois de décembre, surtout dans les taux et le crédit. L'activité matières premières s'est accrue néanmoins.

Morgan Stanley en Sales & Trading Revenue Q4 2010 -ns Md$ Q3 2010 0,8 Md$

Dont - 0,4 impact DVA Q4 2010 - 842 M$ Q3 2010 - 464 M$.

Taux et change en baisse. Stabilité sur les matières premières.