Investigationfin vous souhaite, chères lectrices et chers lecteurs, une très bonne année 2011, que vous soyez assidus ou de passage.

 

L'occasion en ce début d'année, comme l'année dernière (bilan 2009 http://investigationfin.canalblog.com/archives/2010/01/06/16406706.html), de faire le point après deux ans d'existence.

 

Positionnement d'Investigationfin dans les médias

 

61 articles avaient été mis en ligne en 2009, il y en a eu 109 en 2010 (liste complète http://investigationfin.canalblog.com/archives/2010/03/07/19004520.html).

 

Il n'est pas question d'une course au nombre d'articles, car la quantité de travail pour un article peut nécessiter de nombreuses heures voire journées.

 

J'écrivais début 2010 que je revendiquais un positionnement inédit dans la blogosphère et l'expression journalistique de manière générale.

 

Je persiste et je signe.

 

Ce que je fais ? Un mix de recherche bibliographique, audit, contrôle, vérification, recoupement, comparaison, analyse, synthèse.

 

Résumé à l'extrême, Investigationfin n'existe pas pour commenter, mais pour challenger des chiffres, par les chiffres. Les mots s'ensuivent.

 

Si vous connaissez d'autres blogs ou articles de presse qui font dans le même genre de ce qui suit merci de me l'indiquer, j'y jetterai un oeil intéressé :

 

- erreur identifiée dans le montant mensuel publié par l'AFT de rachats de la dette de l'Etat (article 1), ce qui est confirmé par la suite (article 20) ;

- tentative inédite de détail de la composition du déficit des APU (articles 9 et 10) ;

- comparaison (pour raison garder) dans la minoration de la dette grecque de l'impact des entités luxembourgeoises avec d'autres corrections (article 27) ;

- lecture des 2 300 pages du rapport Valukas sur Lehman Brothers pour y extraire la substantifique moelle sur le Repo 105 (mais pas seulement) ; Repo 105 auquel la Banque de France était mêlé (article 29) en pleine faillite de Lehman ;

- calcul du montant de la rémunération moyenne au titre de 2009 des opérateurs de marché de BNP Paribas (article 51) et Société Générale (article 57), chiffres dont je ne comprends toujours pas aujourd'hui comment ils n'ont pas encore fait scandale ; en 2009 je dénonçais avec 3 mois d'avance sur Libé le scandale des bonus de BNP ;

- remise en cause de données publiées par la Cour des Comptes (articles 64 84 93) quant à l'évolution du poids des charges d'intérêts de la France relativement à l'Allemagne ;

- écarts entre les chiffres OCDE et Insee de la balance des paiements France 2004 et 2005 (article 71) ;

- challenge des chiffres du Conseil d'Orientation des Retraites, et notamment de l'effort de l'Etat pour équilibrer le système par la contribution pour équilibrer le régime des fonctionnaires (articles 86 91 94 100 101), mais également des soldes techniques eux-mêmes (article 87) ;

- contrôle du respect de la norme zéro volume des dépenses dans l'exécution, dépenses à retraiter fournies dans les situations mensuelles budgétaires de l'Etat (articles 80 82 88 95 107) ;

- être le seul capable de fournir au pied-levé ce que la réforme des retraites prévoit de rapporter chaque année de 2011 à 2018, permettant de contredire le chiffre avancé par Nicolas Sarkozy au cours de son interview du 16 novembre (articles 98 99) ;

- identifier des erreurs dépassant l'ordre de grandeur de la centaine de millions d'euros sur la valorisation de titres actions en Inde entre des rapports de gestion et des rapports comptables d'une des plus importantes sociétés de gestion françaises, Carmignac Gestion (articles 103 104 106) ;

- construire le graphique du total quotidien des différents programmes d'aide apportée par la Fed aux banques, ce qui permet d'en déterminer le maximum à une date donnée, ce qui est inédit (article 109) ;

- et bien sûr comme en 2009 la revue analytique détaillée des résultats de 13 banques internationales, par la lecture des fichiers publiés par les 13 banques et des conférences de présentation aux analystes des 5 plus grandes banques américaines (articles 5 25 42 50 72 77 92 96).

 

Voilà donc ce qu'il y a dans Investigationfin.

 

Pour en avoir parcouru un certain nombre, au comptoir de la plupart des blogs on refait l'économie et la finance à partir d'informations lues, travaillées, analysées.

 

Mais Investigationfin travaille sur les informations elles-mêmes, les audite, les recoupe, vérifie si elles sont correctes, pertinentes. Ici, on met les mains dans le cambouis, et on aime ça.

 

Impact médiatique

 

Sauf que les mains dans le cambouis c'est pas vraiment sexy. Les centaines de milliers de lecteurs par an ce n'est pas pour Investigationfin.

 

Même si le nombre de lecteurs et de pages lues a augmenté de manière significative de 2009 à 2010.

 

Tant pis, l'objectif principal de positionnement, c'est google.

 

Tentative de démonstration.

 

Ceux qui veulent approfondir un sujet précis que j'ai traité en allant en dehors de sentiers battus (la presse traditionnelle) ont toutes les chances de tomber sur mon site.

 

Et ceux qui adoptent cette démarche ont du temps à passer, dont ils pourraient avoir besoin pour lire mes articles longs et techniques.

 

Les autres n'ont pas le temps.

 

CQFD.

 

Vous tapiez Investigation Financière dans google.fr le 6 janvier 2010 ? Première réponse sur 951 000 résultats : Investigationfin

 

Le 4 janvier 2010, même place, pour 822 000 résultats à ma requête.

 

Exemples (résultats évolutifs en fonction de la date de la requête et d'autres configurations) :

 

Exemple 1 Carmignac

 

Dans mon google, je tape Carmignac, 194 000 résultats, j'apparais en fin de la troisième page, ce qui est déjà surprenant, car je m'attendais à figurer bien plus loin.

 

Je tape Carmignac et écart sans guillemets (ceux qui cherchent à savoir s'il y a un problème de ce côté-ci) et j'apparais en numéro 1 sur 12 800 résultats.

 

Qui pourrait bien avoir besoin de faire ce genre de requête ? Un investisseur potentiel ou réel qui se pose des questions. C'est bien pour un investisseur de se poser des questions. Et s'il se demandait si Carmignac gestion pouvait générer des écarts, et bien il aura une première réponse qui lui indiquera Investigationfin. Mais finalement qui se pose des questions ? Et qui devrait s'en poser mais ne s'en pose pas ? Beaucoup de monde je le sens.

 

Autre essai . Carmignac et audit sans guillemets. Numéro 1 sur 26 900 résultats.

 

Je rappelle que cette société de gestion pèse plus de 50 milliards d'encours actuellement et que j'ai découvert à partir de documents publics des écarts de plus de 100 millions d'euros de valorisations de titres d'actions en Inde entre des rapports de gestion et des rapports comptables.

 

Exemple 2 réforme des retraites les fameux 15,6 milliards d'euros

 

Qui diable pourrait bien vouloir creuser ce fameux chiffre que le gouvernement agite avec le moins de bruit possible ?

 

En tapant réforme des retraites 15,6 milliards d'euros, 395 000 résultats, Investigationfin en numéro 1.

 

Vous saisissez ? Ceux qui lisent investigationfin creusent, ceux qui creusent sur google tombent sur investigationfin.

 

C'est simplifié et amplifié à l'extrême mais il y a de ça.

 

Bref investigationfin écrit pour ceux qui creusent et pas ceux qui s'abonnent à un média (presse généraliste ou blog) et qui lisent comme s'ils lisaient leur journal au petit-déjeuner.

 

Voilà. A très bientôt j'espère.

 

Pistes d'amélioration

 

- forme : le dernier article de l'année 2010 comporte des graphiques ; habituellement mes articles regorgent de tableaux, il est possible qu'en 2011 j'ai davantage recours à des graphiques ;

 

- corrections : de (trop) nombreuses fois j'ai du corriger (parfois des mois après, oui, c'est pas terrible, mea culpa) des articles en raison d'erreurs matérielles, ou pire de raisonnement ; erreurs qui malheureusement ont pu remettre en cause une partie du fond de l'article : articles 21 22 24 39 53 65 71 74 105 108 109 ;

 

- enquête contradictoire : en 2010, davantage de personnes ou institutions concernées par mes articles ont été interrogées (par courriel), de même que des journalistes ; cette tendance devra être amplifiée en 2011. Je peux d'ores et déjà vous indiquer que toutes choses égales par ailleurs un journaliste anglo saxon contacté a plus de chance de me répondre qu'un journaliste français.

 

J'annonçais dans mon bilan 2009 la création d'un blog consacré à la correction de contenus : articles, rapports, émissions, communiqués, annonces, toujours dans le domaine de la finance, de l'économie et de la bourse. Je me suis finalement contenté d'une simple rubrique dans le blog investigationfin.

 

Avertissement : attention aux médias et bloggeurs ayant pignon sur rue mais qui omettent de corriger leurs articles

 

Comme vous avez pu le constater dans la rubrique précédente, je n'hésite pas à reconnaître mes erreurs et à modifier en conséquence mes articles.

 

C'est loin d'être le cas ailleurs.

 

Sur 4 exemples rencontrés où les auteurs informés de telles erreurs manifestes n'ont pas pris la peine de corriger le contenu de leur article, j'en citerai 2 seulement, on pourra donc m'accuser de langue de bois à moitié :

 

- Philippe Herlin http://ladettedelafrance.blogspot.com/ qui, on le comprend en le lisant, écrit le 1 septembre 2010 que la dette des hôpitaux publics n'est pas comptabilisée dans la dette publique au sens de Maastricht, ce qui est faux ; embêtant pour quelqu'un qui prétend être un spécialiste de la dette de la France ;

 

- Georges Ugueux http://finance.blog.lemonde.fr/2010/03/15/lehman-brothers-le-rapport-qui-condamne/ qui écrit le 15 mars 2010 que Ernst & Young a concocté le camouflage comptable (recours abusif au Repo 105), alors que ce n'est pas ce qui ressort du rapport Valukas : E&Y était au courant, mais n'a pas concocté ce camouflage.

 

Tout le monde peut faire des erreurs, investigationfin en commet. Et ce n'est parce qu'investigationfin vous dit que vous vous trompez qu'investigation a raison.

 

Sauf que lorsque vous finissez par reconnaître qu'investigationfin a raison (premier cas) je m'interroge sur le fait que l'article initial ne soit pas modifié en conséquence.

 

Et lorsque vous ne prenez pas la peine d'argumenter (deuxième cas), je m'interroge là encore sur le niveau réel de rigueur et d'objectivité dans ce qui est publié ici et là.

 

Principaux thèmes abordés en 2010

 

- revue trimestrielle des résultats des banques internationales ayant les BFI les plus importantes ;

- les bonus ;

- Goldman Sachs et la SEC ;

- Lehman Brothers ;

- la Grèce ;

- le déficit des APU ;

- la réforme des retraites ;

- le respect par l'Etat de la norme zéro volume.

 

Me contacter

Olivier Fluke, journaliste d'investigation financière indépendant olivierfluke@yahoo.fr

La liste complète des 109 articles rédigés en 2010 :

http://investigationfin.canalblog.com/archives/2010/03/07/19004520.html